banniere-concertation-centre-est.jpg

Transition écologique en Centre-Est : des citoyens mobilisés pour leur territoire

15/11/2017

Parce que la transition écologique repose sur des usages et des pratiques de vie liés aux ressources locales, la Fondation de France Centre-Est  soutient à travers son programme « Initiatives collectives pour l’environnement » des actions citoyennes de proximité dont l’objectif est de répondre aux défis environnementaux.

Destiné aussi bien aux associations, qu’aux groupements et aux petites collectivités locales, ce programme permet aux citoyens de contribuer à la transition écologique et d’œuvrer ensemble en faveur de la qualité de l’environnement. Au cœur des préoccupations actuelles, les projets soutenus abordent des enjeux et des solutions d’avenir à l’heure où la France veut, deux ans après la COP 21, relancer la mobilisation internationale avec un nouveau sommet sur le climat.

Des exemples de projets soutenus

CPIE du Haut-Doubs : Défi « Familles zéro gaspi » - Doubs (25)

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, véritable scandale éthique et social, le CPIE (centre permanent d’initiatives pour l’environnement) du Haut-Doubs a lancé sur les territoires de Préval et du SYBERT (Syndicat mixte de Besançon et de sa région pour le traitement des déchets) un défi baptisé « Familles zéro gaspi ». L’objectif est d’encourager les familles à adopter des comportements responsables favorisant leur rééducation. Des opérations de proximité ont ainsi été menées dans des médiathèques, centres commerciaux et autres lieux publics pour ouvrir le dialogue et « recruter » des familles volontaires. Pendant 1 mois, celles-ci se sont engagées à peser l’ensemble de leurs achats et détritus. Les données recueillies ont permis de dresser une analyse qualitative des déchets et du gaspillage. Tout au long du défi, des moments de rencontres ont permis aux familles d’échanger sur les bonnes pratiques mises en place pour limiter le gaspillage et de faire prendre conscience que chacun peut agir au quotidien.
 

Association Polénergie : Mobiliser l'investissement citoyen pour la transition énergétique – Ardèche (07)

L'association Polénergie a pour objet de promouvoir la transition énergétique en Ardèche, territoire rural aux ressources énergétiques importantes. Dans ce contexte, l’association a souhaité donner une nouvelle impulsion au développement de cette dynamique locale, en accompagnant les initiatives pour la transition énergétique sur le département. En s’appuyant sur les Communautés de communes des Pays de Vernoux, d’Aubenas Vals, de Beaume Drobie et de Berg et Coiron - volontaires et déjà engagées dans la mise en place de politiques locales en faveur de la transition énergétique (territoires TEPOS pour la plupart) - l’association Polénergie a organisé des réunions publiques pour informer, sélectionner des projets et accompagner dans la recherche de financements par le biais d'investissements « partagés ». Ce système de financements permet non seulement de mobiliser l'épargne privée des citoyens et entreprises privées au profit de projets locaux mais aussi de les impliquer dans la gouvernance des projets. L'engagement de l’ensemble des parties prenantes (sociétés locales, citoyens et collectivités) garantit le respect de l’intérêt général et permet de lever une partie des freins à l'acceptation des projets. Les citoyens sont ainsi sensibilisés aux enjeux de la gestion locale de l'énergie et plus susceptibles de mettre en œuvre les changements de comportements nécessaires à la transition.
 

FRAPNA Ain : Concertation territoriale pour des Atlas de la biodiversité communale participatifs – Ain (01)

Avec un taux d’extinction des espèces de faune et de flore plus de mille fois supérieur au taux naturel, le déclin de la biodiversité est alarmant. Pour se réapproprier ces enjeux, la FRAPNA Ain (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature de l'Ain) a mobilisé les habitants et acteurs locaux de quatre communes (Artemare, Journans, Saint-Bénigne et Ambérieu-en-Bugey) aux environnements naturels très diversifiés autour d’un projet d’Atlas de la biodiversité communale. Au fil des réunions de concertation, les acteurs locaux se sont appropriés et ont mis en évidence les différents enjeux de biodiversité du territoire, permettant la mise en œuvre de plans d’actions pour préserver et/ou restaurer les milieux naturels. Outre l’objectif de sensibilisation et mobilisation des habitants et autres acteurs locaux, ce projet d’inventaire a permis de développer les connaissances des espèces de faune et de flore sur ces communes et de valoriser les ressources naturelles du département de l’Ain.
 

Art Terre : Les jardins verts du pays d'Evian – Haute-Savoie (74)

Implantée en Haute-Savoie, au cœur du Pays d’Evian, l'association Art Terre profite d’un patrimoine naturel remarquable. Encouragée par la commission « développement durable » de la communauté de commune, Art Terre a lancé un projet intitulé « Les Jardins Verts du Pays d'Evian » qui participe à une vision durable de ce beau territoire, riche en espaces verts publics comme privés. L’objectif de ce projet est d’améliorer les connaissances des pratiques des jardiniers privés mais aussi de lutter contre les pratiques individuelles dans les jardins souvent nocives pour l'environnement et lourdes de conséquences à long terme, qui mettent en péril la biodiversité sur certaines zones. S’appuyant sur une étude « Biodiversité » menée par l'APIEME (Association pour la Protection de l’Impluvium de l’Eau Minérale d’Evian) et la FRAPNA, ainsi que sur les données de l'association sur les comportements privés/publics dans les jardins, Art Terre a formé une douzaine de foyers aux pratiques écologiques dans les jardins privés. Après un an d’accompagnement et de suivi régulier par l’association, les participants de ces « Jardins Modèles » sont devenus des ambassadeurs du projet en promouvant les pratiques écologiques dans la région.
 

Conservatoire d'espaces naturels Rhône-Alpes : Forêt et grande faune, la gestion des équilibres – Rhône (69)

Pour faire face aux tension entre forestiers, chasseurs et organismes à propos du développement des grands ongulés dans les massifs forestiers de Rhône-Alpes, le CEN Rhône-Alpes, soucieux de développer les échanges de savoir-faire en matière de préservation des espaces naturels, a souhaité rassembler l’ensemble de ces parties prenantes autour d’un projet commun. Un comité dit « de rédaction », composé d’une vingtaine de personnes (techniciens, scientifiques, agents de terrains, décideurs) a ainsi été réuni pour rédiger un ouvrage s’appuyant sur des expériences de terrain et proposant des outils techniques et méthodologiques pour mieux appréhender la population d’ongulés sauvages. Au-delà de la rédaction, ce projet a permis de surmonter les difficultés et tensions existantes, de trouver des consensus et de porter à plusieurs des décisions qui s’avéraient nécessaires. 
 

La Ressourcerie Verte : Forêt et grande faune, la gestion des équilibres – Romans sur Isère (26)

La Ressourcerie Verte a pour but de faire évoluer les comportements pour un plus grand respect de la nature et de l’Homme. Pour améliorer les modes de vie et de consommation, l’association intervient à la fois via des actions de sensibilisation à la réduction des déchets mais aussi à travers un projet territorial multi partenarial innovant de ressourcerie / recyclerie qu’elle coordonne. Celle-ci permet de valoriser les déchets en réemployant les objets en bon état en déchetterie.

Chacune des structures partenaires (Emmaüs, la Régie de quartier Monnaie Services RQMS, la Plateforme d'Insertion par l'Humanitaire et la Coopération PIHC et la communauté d'agglomération du pays de Romans) s’implique et trouve sa place dans ce projet selon sa propre logique : Emmaüs pour recycler et rénover les objets, la Régie de Quartier pour collecter et recycler les encombrants, la Plateforme d’Insertion pour utiliser le support déchets dans sa démarche d’insertion et la Ressourcerie Verte par des actions créatives autour d’objets recyclés pour sensibiliser aux cycles de vie des déchets.
 

Syndicat mixte du Parc naturel régional de Chartreuse : Plan de gestion hydraulique concerté sur le site Natura 2000 « Marais-tourbière de l'Herretang » – Isère (38) & Savoie (73)

À cheval sur les départements de l’Isère et de la Savoie, le territoire du Parc naturel régional de Chartreuse dit site Natura 2000 « Marais-tourbière de l'Herretang » s’étend sur 205 hectares en zone humide de plaine. Cette caractéristique lui confère une importante valeur naturelle, mais aussi de nombreuses contraintes qui ne permettent pas sa viabilisation et son exploitation par les agriculteurs. Un comité technique a donc été créé pour rédiger un cahier des charges au vu de lancer la réalisation d’un plan de gestion hydraulique ainsi que son exécution. Ce projet, baptisé « Plan de gestion hydraulique concerté sur le site Natura 2000 Marais-tourbière de l'Herretang », répond à la fois à une demande des agriculteurs locaux mais aussi aux enjeux de préservation de la ressource en eau et du patrimoine naturel européen porté par l’État et par le Parc Naturel de la Chartreuse.