Vous êtes fondateur
Accéder à votre espace
Vous êtes donateur
Accéder à votre espace
Vous êtes porteur de projet
Accéder à votre espace
You are a founder
Log on
You are a donor
Log on
You are a project leader
Log on
Contre les radicalisations, le pari de l’éducation

Contre les radicalisations, le pari de l’éducation

L’actualité récente nous le rappelle : l’intolérance et l’ignorance trouvent dans les réseaux sociaux de puissantes caisses de résonance. Jusqu’à parfois armer la main d’un terroriste, comme celle de l’assassin du professeur Samuel Paty. Depuis 2015, après les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan, les acteurs de la philanthropie se mobilisent pour agir à long terme sur la prévention des radicalisations.

Face au risque terroriste, qui a durement éprouvé la France depuis cinq ans, la réponse est bien sûr avant tout celle de l’État. Mais la société civile peut aussi prendre sa part, et le mouvement philanthropique se mobilise. Des fondations – familiales comme d’entreprises – et de nombreux donateurs font le pari d’une jeunesse éclairée pour lutter contre la violence. Pour cela, ils soutiennent de nombreuses initiatives de terrain, dont l’objectif est de renouer le dialogue et de donner aux jeunes la capacité à développer leur propre esprit critique.

Apprendre à déjouer les pièges que les réseaux sociaux tendent aux jeunes, un levier essentiel dans la lutte contre la radicalisation. © Olivier Lejeune, Ciné Fabrique

Des fondateurs engagés

Abritée à la Fondation de France, la Fondation Valentin Ribet, créée par la famille et les amis du jeune avocat tué au Bataclan, s’est donnée comme mission de lutter de « contre l’obscurantisme et la terreur, lutter avec les armes de l’éducation et de la culture ». Elle soutient par exemple le réseau des écoles Espérance Banlieues et ­Espérance ­Ruralité, qui luttent contre le décrochage scolaire, l’exclusion culturelle, et proposent une éducation au « vivre ensemble ». De son côté, le jeune entrepreneur Nicolas Ségal a souhaité à travers sa ­Fondation Avenir d’enfance, « prévenir les violences sociales en amont, en luttant contre les inégalités dès le plus jeune âge. » Son constat : les enfants des banlieues populaires vivent souvent assignés à leur quartier, ne passant jamais de l’autre côté du périphérique. « La plupart des enfants des cités n’ont jamais vu la Tour Eiffel ! », précise-t-il. Comment les aider à se sentir partie prenante de leur pays, à être fiers d’être Français ? Ses actions vont de l’organisation de sorties culturelles à des ateliers de philosophie à l’école, en passant par le développement de projets de solidarité à l’école, en partenariat avec l’École de la philanthropie.

C’est à partir de ces constats que le Fonds du 11 Janvier a pensé sa stratégie d’intervention. Créé par 10 fondations, dont la Fondation de France, et une entreprise au lendemain des attentats contre ­Charlie Hebdo, ce fonds commun a soutenu une soixantaine d’initiatives, pour un montant de plus de trois millions d’euros. La plupart se concentrent sur les médias, le web et les réseaux sociaux, avec des expérimentations qui désormais se déploient à grande échelle. Par exemple, Cartooning for Peace, un réseau international de dessinateurs de presse engagés porté notamment par Plantu qui se battent, avec humour, pour le respect des cultures et des libertés. L’association a développé plusieurs kits pédagogiques à destination des collégiens et lycéens. 

Près de 60 initiatives
ont été soutenues par le Fonds du 11 Janvier, pour plus de trois millions d’euros..

Avec « Traqueurs d’infox », l’association Les Déclencheurs propose un dispositif d’éducation aux médias par le jeu. Objectif : apprendre à « lire » les images, à déjouer les pièges que tendent les réseaux sociaux, à jouer un rôle positif au sein de sa communauté. Mis au point et expérimenté pendant deux ans avec les jeunes en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le dispositif passe la vitesse supérieure et va toucher l’ensemble du réseau de la Protection judiciaire de la jeunesse, soit 140 000 jeunes. Dans le même esprit, un travail de capitalisation des expériences d’éducation aux médias et de prévention de la radicalisation a été confié au journaliste Alexandre Héraud, auteur d’une série de sept podcasts diffusés par le Fonds du 11 Janvier. L’occasion de porter à la connaissance de tous le travail, l’expérience et l’enthousiasme de celles et ceux qui s’engagent pour aider la jeunesse face aux grands défis qui l’attendent.

Des actions pensées à long terme

Juste après les attentats de novembre 2015, la Fondation de France lançait le programme « Ensemble face au terrorisme », afin de permettre aux donateurs français et étrangers d'exprimer leur générosité. Au total, deux millions d’euros ont été collectés pour soutenir les victimes et les actions de prévention de la radicalisation. « Sur ce second volet, les experts que nous avons consultés étaient unanimes : il fallait intervenir auprès des 11-15 ans, à l’âge du premier smartphone, de la découverte d’internet et des réseaux sociaux… », explique Anne Bouvier, responsable Enfance et Éducation à la Fondation de France.
Très vite, la Fondation de France a identifié des associations aux approches originales partout sur le territoire, et qui s’engagent à long terme. Parmi elles : Entre les lignes, qui rassemble 200 journalistes bénévoles du groupe Le Monde et l’Agence France-Presse, volontaires pour animer des « résidences » de trois mois d’ateliers d’éducation aux médias en milieu scolaire. Dans la même veine, le projet porté par la Cinéfabrique mobilise des étudiants en cinéma qui accompagnent pendant trois ans des collégiens, en travaillant autour de trois notions : la rumeur, le complot, l’endoctrinement. La discussion et la théorie laissent place à la pratique, avec la réalisation de courts-métrages de fiction, une manière très concrète de se confronter au pouvoir des images, à leur montage, à leur manipulation. Soutenu depuis 2015 par la Fondation de France, le projet InterClass' fait collaborer des journalistes et des professeurs pour permettre aux élèves de construire des reportages, diffusés sur la grille d’été de France Inter. 

3 000 jeunes
sont engagés chaque année dans un projet de prévention de la radicalisation soutenu par la Fondation de France.

Les collégiens et lycéens découvrent alors la « fabrique de l’info », expérimentent l’investigation rigoureuse, la vérification des sources et l’exigence de probité dans le journalisme. En cinq ans, 30 émissions ont été produites, et 150 reportages diffusés à l’antenne ! Aujourd’hui le « modèle pédagogique » d’InterClass' s’exporte : à la demande de pédagogues au Canada, en Suisse et en ­Belgique, l’équipe a réalisé un ouvrage1 qui donne les clés pour concevoir des projets similaires.

Des élèves de collège lors d'une émission de radio créée dans le cadre du projet InterClass'. © Christophe Abramowitz

Penser « contre soi-même », et avec les autres

Toutes ces expériences ont une valeur pédagogique qui dépasse la question de la prévention des radicalisations, permettant aux jeunes de devenir des citoyens éclairés : « En atelier radio, les élèves disent avoir l’impression de ne pas travailler, témoigne Emmanuelle Daviet, médiatrice Radio France et initiatrice d’InterClass'. Or se documenter, distinguer les faits et les opinions, construire sa pensée et argumenter… Autant de savoirs et d’expériences utiles pour leurs études ! Il s’agit de dépasser ses a priori, de penser "par et contre soi-même", d’écouter et de respecter l’autre. »

Le soutien aux démarches de prévention de la radicalisation reste plus que jamais indispensable. Et la Fondation de France ne relâche pas sa mobilisation sur le sujet. Aujourd’hui, le programme Enfance de la Fondation de France prend le relais des actions du programme Ensemble face au terrorisme, à travers deux appels à projets : « Décrochage scolaire » et « Grandir en cultures ». 


 

Accès utilisateur
Mon Espace
Vous êtes fondateur
Accéder à votre espace
Vous êtes donateur
Accéder à votre espace
Vous êtes porteur de projet
Accéder à votre espace
You are a founder

Log on
You are a donor

Log on
You are a project leader
Log on