Vous êtes fondateur
Accéder à votre espace
Vous êtes donateur
Accéder à votre espace
Vous êtes porteur de projet
Accéder à votre espace
You are a founder
Log on
You are a donor
Log on
You are a project leader
Log on
Aux côtés des plus fragiles

Confinements successifs, activité ralentie, distanciation… l’impact de la pandémie de Covid-19 a marqué l’année 2021. La Fondation de France et les fondations qu’elle abrite ont constamment adapté leur action, en associant aides d’urgence et démarches de long terme, pour favoriser une reconstruction durable du lien social.

Le contexte de crise durable a lourdement pesé sur les plus fragiles, qu’il s’agisse des jeunes, des femmes isolées, des personnes âgées, ou porteuses de handicap… Partout, les fractures et les vulnérabilités se sont creusées.

En témoignent les résultats de notre baromètre annuel « Les solitudes en France » : en 2021, plus d’un Français sur deux (54 %) était en situation d’isolement ou ne disposait que d’un seul réseau de sociabilité. C’est 18 points de plus qu’en 2020 ! Et le phénomène n’épargne pas les jeunes : plus d’un jeune sur deux exprime un sentiment d’abandon, d’exclusion ou d’inutilité.

La jeunesse en première ligne

Les jeunes isolés cumulent en effet les difficultés : ils sont deux fois plus nombreux que la moyenne des Français à affronter la pauvreté ou le chômage. Depuis le début de la crise, plusieurs fondations d’écoles abritées à la Fondation de France, comme la Fondation EM Lyon Business School ou la Fondation Kedge Business School pour le management responsable, se sont mobilisées pour aider les étudiants touchés par la crise sanitaire.

En mars 2021, l’opération #Solidarité-Étudiants, lancée par la Fondation de France en partenariat avec le journal La Croix, a permis de collecter plus de 500 000 euros pour soutenir une vingtaine d’initiatives en faveur des étudiants en situation de précarité : aide d’urgence (colis alimentaires, produits d’hygiène, hébergement…), équipement numérique, assistance psychologique.

Santé mentale : identifier, valoriser et partager les pratiques innovantes

La crise sanitaire a eu de graves conséquences sur la santé mentale de la population. Les conditions de vie si particulières liées à la pandémie ont fait basculer des milliers de personnes dans l’anxiété, la dépression, voire des troubles plus sévères. « La Fondation de France se mobilise depuis plusieurs années auprès des personnes en souffrance psychique et leurs proches, rappelle le Dr Nathalie Sénécal, responsable du département Santé et Recherche médicale de la Fondation de France. Notre expérience nous a permis d’apporter rapidement une aide aux plus fragiles pendant la crise. En parallèle, nous avons engagé une réflexion plus globale sur la prise en charge de ces troubles, avec les acteurs de la santé, du logement, de l’emploi… » Cet engagement est aussi au cœur de l’action de nombreuses fondations abritées, parmi lesquelles les fondations Sisley-d’Ornano, Chantelix, Vincent Verry, Geneviève Allier ou plus récemment la Fondation Béa.

Quatre ans après avoir initié les Ateliers Parlons Psy, la Fondation de France a organisé en 2021, en partenariat avec Santé Mentale France, les Ateliers du Rétablissement en santé mentale. L’objectif : mettre en avant les pratiques les plus innovantes autour du concept de rétablissement des personnes concernées par des troubles psychiques. La première édition, qui s’est tenue en novembre à Lyon, a mis en valeur une soixantaine de projets exemplaires et réuni plus de 400 participants.

Environnement : miser sur les nouvelles générations

La crise sanitaire a rappelé l’urgence d’accélérer la transition vers des modes de vie, de production, de mobilité et d’habitat plus respectueux du climat et de la biodiversité. Pour cela, il est indispensable d’impliquer la société civile, et tout particulièrement la jeune génération. Ainsi en 2021, la Fondation de France et trois fondations abritées – Fondation Nature & Découvertes, Fondation Terra Symbiosis et Fondation Léa Nature-Jardin Bio – ont décidé de s’engager ensemble en lançant un appel à projets intitulé « Grandir avec la nature » ! Leur objectif : favoriser le lien entre l’enfant et la nature par une pédagogie active. Et pour répondre à l’envie d’agir des jeunes, la Fondation de France et les fondations Léa Nature et Nature & Découvertes se sont associées à la Fondation pour la Nature et l’Homme pour soutenir des actions de préservation de la nature portées par des jeunes de 15-35 ans.

Entre sécurité et liens sociaux : le défi du grand âge

Autre cause qui a fortement mobilisé la Fondation de France cette année, celle du grand âge. Au nom de leur protection, les personnes âgées ont été particulièrement touchées par la crise sanitaire et se sont souvent retrouvées isolées et coupées de leurs proches. En 2021, la Fondation de France a adapté son action autour de deux grands axes: « Nous avons choisi d’une part de soutenir les associations qui apportent aide et répit aux soignants et aux aidants, trop souvent surmenés », explique Agathe Gestin, responsable du programme Personnes âgées. Par exemple, avec la Maison des aidants, à Caudan, en Bretagne, qui offre aux proches de personnes âgées et dépendantes un moment de répit (activités physiques douces, groupes de discussion et écoute personnalisée). « D’autre part, nous accompagnons les initiatives les plus innovantes en matière d’habitat inclusif pour les personnes âgées: habitat partagé, autogéré, logement intergénérationnel, petites unités ouvertes sur la ville, Ehpad repensé… » 87 projets ont ainsi été identifiés et soutenus en 2021, avec, comme point commun l’ambition de dessiner un autre avenir pour nos aînés.

Maison des Sages des Loges en Josas, dans les Yvelines, le 27 aout 2021. La Maison des Sages est une colocation pour  8 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer en domicile partagé. © Lucien LungLa Maison des Sages, dans les Yvelines, est une colocation adaptée pour personnes âgées et dépendantes.

Une stratégie des missions sociales repensée

Notre société affronte des transitions rapides, qui laissent les plus vulnérables « au bord du chemin ». Comment accompagner ces mutations et permettre à chacun de trouver sa place ? « La question a guidé la réflexion menée en 2021 sur la stratégie de nos missions sociales, souligne Alexandre Giraud, directeur du mécénat à la Fondation de France. Cette démarche, qui a impliqué les équipes, les fondations abritées, les bénévoles et de nombreux experts, nous a permis de dégager deux enjeux majeurs. D’une part, la fragmentation de la société, qui se traduit par une forte évolution des inégalités et des discriminations, l’isolement de certains groupes, la dégradation et la polarisation du dialogue public. D’autre part, les rapports de l’homme à ses environnements: crise climatique bien sûr, mais aussi environnement numérique, porteur de promesses comme de nouvelles tensions ».

Face à ces défis, comment favoriser l’émergence de modes de vie, de travail, de logement, d’éducation, de soins… durablement plus inclusifs et plus résistants face aux crises ? En développant des solutions qui traitent les problèmes à la racine, et qui prennent en compte la multiplicité des causes et des acteurs.

Emblématique de cette approche: le nouveau programme Inventer demain. À la fois multithématique et expérimental, ce programme construit des solutions dans la durée, avec les acteurs porteurs de changement et d’innovation, à l’échelle nationale ou territoriale. « L’ambition : développer et valider des initiatives susceptibles d’essaimer à grande échelle pour avoir un impact à long terme », précise Marion Ben Hammo, responsable du programme. En 2021, Inventer demain a soutenu une quinzaine d’associations, comme Les bureaux du cœur, qui proposent aux entreprises d’ouvrir des espaces d’hébergement pour les sans-abri, l’association InSite, qui permet aux jeunes de participer aux projets de revitalisation des villages, ou encore Les petites cantines, qui luttent contre l’isolement en impliquant les personnes précaires dans la réalisation et le partage de repas.

Des élèves et un de leurs instructeurs préparent des poireaux pour le marché du lendemain, à Beaumesnil, France, le mardi 16 novembre 2021.L’École des Semeurs, dans l’Eure, forme des jeunes aux métiers du maraîchage biologique.

Agir « en communauté »

La Fondation de France constitue le premier réseau de philanthropie en France. Réduire les fractures sociales, construire une société plus solidaire et plus durable : ces défis sont immenses et mobilisent l’intelligence de tous ! En 2021, la Fondation de France a organisé 15 ateliers thématiques, qui ont réuni fondations abritées, experts, responsables de programmes et porteurs de projets, autour de grandes causes telles que l’éducation, le handicap, la transition écologique, la lutte contre les inégalités femmes-hommes, la prison et la prévention de la récidive…

Pour un monde apaisé, solidaire et durable

La refonte de la stratégie des missions sociales a été menée en 2021, en mobilisant l’intelligence collective de notre réseau et des partenaires de la Fondation de France. « Elle a permis de préciser notre diagnostic, mais aussi notre mission : contribuer à un monde apaisé, solidaire et durable, où chacun puisse trouver sa place, notamment par l’accès à la culture et à l’éducation », explique Alexandre Giraud, directeur du mécénat. Concrètement, cette stratégie active trois leviers. “Comprendre pour agir”, en soutenant notamment la production et le partage de connaissances pour éclairer le changement. “Prendre soin”, c’est-à-dire réparer, préserver, cultiver partout le lien social et l’accompagnement des plus vulnérables. Enfin, “Pouvoir agir et coopérer”, en donnant à chacun les moyens d’être acteur du changement, mais aussi en multipliant les coopérations pour mettre en place les actions les plus efficaces

Accès utilisateur
Mon Espace
Vous êtes fondateur
Accéder à votre espace
Vous êtes donateur
Accéder à votre espace
Vous êtes porteur de projet
Accéder à votre espace
You are a founder

Log on
You are a donor

Log on
You are a project leader
Log on