banniere-aap-agroforesterie-arbratatouille.jpg

Appel à projets

Recherches sur les agroforesteries

Date limite : 4 mars 2020
Contact : environnement@fdf.org

 

Arbres et durabilité des agrosystèmes en zone tempérée

Contexte

Le secteur agricole comme certaines filières agro-alimentaires traversent une période de crise économique et sociale, reflet d’une profonde mutation des modes de production agricole, de transformation et de consommation des aliments. Des pratiques aux conséquences néfastes pour la santé tant de l’environnement, des animaux que des humains, sont de plus en plus questionnées par de larges secteurs de la société. Face à ce constat et aux enjeux du futur (notamment climatiques et démographiques), de nombreuses initiatives ont émergé pour refonder la manière de cultiver la terre, d’élever les animaux, de nourrir les Hommes et de préserver le fonctionnement de notre planète.

Ces démarches et projets agro-écologiques portent une vision commune dans une perspective de lutte contre le changement climatique. Il est aujourd’hui indispensable et possible d’inventer progressivement de nouvelles voies pour produire, faire vivre et nourrir durablement, en favorisant des systèmes agricoles respectueux de la nature et des humains.

L’agro-écologie n’est pas considérée ici comme une forme particulière d’agriculture mais comme une vision pouvant transformer toutes les formes actuelles d’agriculture et comme une inspiration sur les chemins pour y parvenir. Elle impose cependant de profonds changements dans la façon d’analyser, d’évaluer et de concevoir tant les pratiques de culture et d’élevage que les systèmes de production, d’échange  et de consommation :

  • l’abandon de la recherche de solutions « passe-partout » au profit d’une diversité de systèmes à construire par les acteurs eux-mêmes, dans chaque contexte biophysique et socio-économique ;
  • l’intégration des différentes échelles auxquelles opèrent les processus écologiques et socio-économiques de l’agro-écologie : la parcelle (lieu des interactions entre l’eau, les sols, les plantes, les animaux…), l’exploitation agricole (unité de gestion et de vie), le territoire (échelle d’organisation du paysage, des relations sociales de proximité, des systèmes alimentaires et de maîtrise des flux et impacts sur les ressources) ;
  • l’intégration des savoirs profanes (notamment sur les pratiques agricoles) et des savoirs scientifiques plus génériques (sur les processus et sur les méthodes) pour produire des connaissances activables et utilisables par le plus grand nombre ;
  • une réinscription des pratiques dans le temps long, celui des processus écologiques (croissance d’un arbre, maintien ou restauration d’un sol de qualité, changement climatique…), celui des acteurs (nouveaux apprentissages et compétences à acquérir pour les paysans, les chercheurs et accompagnateurs,...) et enfin celui des institutions (gouvernance, nouveaux référentiels de politiques publiques).

L’agroforesterie qui consiste à associer les arbres ou les haies aux productions agricoles (cultures, prairies) pour obtenir des agrosystèmes pluristratifiés, est l’une des voies agro-écologiques, soutenue par la Fondation de France. Constatant en effet que les recherches fondamentales et appliquées sur les agroforesteries tempérées restaient peu développées, la Fondation de France a depuis 2011 financé 44 bourses de thèses et post-doctorats produisant des connaissances au service de tous les acteurs.

Objectifs

En 2020, la Fondation de France poursuit l’ouverture de son appel à projets pour soutenir la production de connaissances adaptées aux nouveaux besoins et questionnements des acteurs et à leurs pratiques évolutives, en :

  • continuant à financer quelques thèses et post-doctorats mais centrées sur des sujets orphelins, encore peu ou pas explorés ;
  • en renforçant ses soutiens à des recherches plus impliquées (du type recherche-action, recherche participative) reposant sur une association étroite entre des laboratoires de recherche et des acteurs de terrain (paysans, citoyens, acteurs des territoires...).

Attention

Nous avons mis en place un nouvel outil de dépôt des demandes. Nous recommandons vivement aux candidats de créer leur profil très rapidement et d’anticiper au maximum la gestion des renseignements administratifs liés à leur structure.
Il leur sera alors possible d'accéder à tout moment au contenu du dossier de demande de subvention.

Téléchargez les documents ci-dessous

L'appel à projets

Exemples de formulaires :
Dossier de demande de subvention
Aide aux jeunes chercheurs

La demande complémentaire E+
Dans le cadre de votre projet, si vous souhaitez déposer une demande de subvention complémentaire Agir pour l’environnement, celle-ci fait l’objet d’une instruction spécifique. Nous vous remercions de compléter le formulaire E+ ci-joint.

Tout porteur de projet désirant déposer un projet dans le cadre de l’un des programmes de la Fondation de France, se verra demander à quels ODD son projet contribue. Il est possible de choisir quatre objectifs, un obligatoire et trois facultatifs. Chaque candidat est encouragé à les hiérarchiser selon les spécificités de son projet.

> Voir les ODD
En savoir plus sur les ODD

Qui peut répondre ?

  • les étudiants doctorants inscrits dans une école doctorale au sein d’une unité de recherche française. Les demandes de financement de post-doctorats sont également admissibles mais non prioritaires en 2019 ;
  • les associations et éventuellement des coopératives dont l’activité relève de l’intérêt général ;
  • les laboratoires et unités de recherche scientifique ;
  • des consortiums et regroupements de structures sur un même territoire.

Dans tous les cas, l’aide de la Fondation de France sera affectée à une structure à but non lucratif.

Quels sont les principaux critères de sélection ?

L’appel à projet est ouvert à toute proposition de recherche ayant pour objet d’étude les interactions entre l’arbre, les cultures et l’élevage en zone tempérée.

Le jury sera particulièrement attentif aux sujets considérés comme moins explorés et/ou porteurs d’avenir et d’innovation, tels que :

  • les associations entre systèmes agroforestiers et d’autres méthodes agro-écologiques (agriculture de conservation, permaculture, ...) ;
  • les systèmes agroforestiers en polyculture élevage ;
  • la phase d’installation des arbres dans les systèmes agricoles ;
  • la conception de systèmes agroforestiers basée sur l’intégration de différentes échelles (parcelle, ferme, territoire).

Les recherches doivent se dérouler en France métropolitaine ; des collaborations internationales et avec les outre-mer sont possibles si elles apportent des compétences ou connaissances indispensables à la recherche.

Les projets pourront reposer sur une large gamme disciplinaire, depuis les sciences biologiques jusqu’aux sciences sociales. Les approches interdisciplinaires sont encouragées.

Les partenariats recherche-développement et l’implication des agriculteurs sont vivement encouragés et sont incontournables pour les projets de recherche-action.

Afin d‘encourager au mieux les collaborations entre recherche et terrain, la Fondation de France pourra soutenir :

  • les phases d’émergence de projets permettant à des chercheurs et des groupes d’agriculteurs de co-construire des projets de recherche-action ;
  • les étapes de transfert vers le terrain des connaissances acquises grâce aux recherches menées et de manière symétrique la valorisation et l’intégration des savoirs profanes dans des projets de recherche académiques.
vignette-congres-agroforesterie.jpg

Sensibiliser le grand public à l’agroforesterie

En amont du 4e Congrès mondial de l’agroforesterie, la Fondation de France et l’Association française d’agroforesterie ont organisé une journée portes ouvertes intitulée « une agriculture durable, un sujet alimentaire : des arbres dans nos assiettes ! », le dimanche 19 mai, à Montpellier. Cette journée, réunissant plus de 1 800 personnes, a visé à sensibiliser le grand public à l’agroforesterie, approche agricole incontournable mais encore peu connue.

> En savoir plus

Quelles modalités de soutien ?

Pour les allocations doctorales et post-doctorales :

Les financements sont accordés pour les salaires des jeunes chercheurs et versés sous forme de subvention au laboratoire d’accueil, en financement principal ou en co-financement.

Ils sont accordés pour une durée maximum de :

  • 3 ans pour les thèses - le montant sollicité doit correspondre à la grille de rémunérations des doctorants en vigueur dans l’organisme d’accueil ;
  • 2 ans pour les post-doctorats - le montant demandé doit tenir compte de la grille salariale (salaire chargé) de la structure d’accueil du candidat. Il peut inclure une partie des charges de fonctionnement (petit investissement, fournitures, déplacements).

Pour les projets de recherche-action :

Le financement est apporté sous forme de subvention, annuelle ou pluriannuelle, qui peut prendre en charge une partie des frais liés à la mise en œuvre du projet, des salaires des personnels dédiés (en dehors des emplois publics déjà financés) voire de petits équipements indispensables à la recherche.

Des cofinancements sont attendus.

Aide méthodologique complémentaire

     M+ : Accompagner les acteurs de terrain

Attentive aux difficultés rencontrées par certains acteurs de terrain, la Fondation de France peut, dans certains cas, accorder un appui méthodologique m+. Il se traduit par une aide financière, complémentaire à la subvention accordée dans le cadre de l’appel à projets. Comme la subvention, cette aide est soumise à l’avis du comité d’experts. Il s’agit de mettre à disposition conseil et expertise, en finançant l’intervention d’un consultant compétent qui peut intervenir dans toutes les phases du projet : structuration, pilotage, partenariats, évaluation,…

L’aide est estimée en « jours-consultant ». Le curriculum vitae du professionnel pressenti par le porteur de projet doit être approuvé par la Fondation de France pour confirmer son financement.

Comment postuler ?

Les modalités de candidature sont disponibles sur le site www.fondationdefrance.org ainsi que dans les plaquettes de présentation des appels à projets concernés, signalés par m+

→ Pour en savoir plus

S’adresser à environnement@fdf.org

 

     E+ : Comment agir pour l'environnement ?

Votre projet, également bon pour la planète !

Toutes nos actions, nos façons de consommer, de produire ou de travailler ont des impacts, lorsqu’ils sont négatifs, doivent être pris en compte dans la conduite des projets. C’est pourquoi la Fondation de France souhaite donner les moyens aux porteurs de projets qu’elle soutient d’enclencher concrètement les démarches pour limiter les impacts négatifs de leurs actions.

Encore faut-il savoir s’y prendre

Dans cette perspective, la Fondation de France propose un complément de financement pour aider les porteurs de projets à évaluer les impacts environnementaux de la mise en œuvre de leur projet, bâtir un plan d’action avec des solutions alternatives et en évaluer les éléments financiers.  Pour cela, un consultant spécialiste des enjeux qui seront abordés sera proposé aux porteurs de projet qui en font la demande afin d’adapter le plan d’action au plus près de leurs besoins et de manière réaliste.

Important : ne pourront être soutenus que les organismes qui auront bénéficié en 2019 d’une subvention dans le cadre de l’un ou l’autre des appels à projets de la Fondation de France.

> Télécharger la demande d’aide complémentaire E+

Comment répondre ?

Attention, les candidatures s’effectuent exclusivement en ligne. Tout dossier adressé par voie postale ou par courriel sera refusé. 
Les modalités de réponse sont précisées dans le dossier de candidature. Pour les thèses et postdoctorats, le dossier devra comporter une lettre d’engagement du directeur de l’unité d’accueil.

Date limite de réception des dossiers : 4 mars 2020

 

Le comité d’experts

Le comité d’experts qui évaluera les projets est composé de spécialistes de l’agronomie, de l’agro-écologie et de l’agroforesterie

Présidents

Bertrand HERVIEU
Sociologue, président de l’Académie d’Agriculture

Membres

Hubert COCHET
Professeur 1ère classe AgroParisTech, département des Sciences économiques, sociales et de gestion, UFR d’Agriculture comparée et développement agricole

Oswaldo FOREY
Post-doctorant en agroécologie

Christian DUPRAZ 
Chercheur à l’Inra, UMR System, Montpellier

Pierre GASSELIN
Géographe à l’Inra, UMR Innovation, Montpellier

Edith LE CADRE
Professeur d’agronomie, Agrocampus Ouest

Juliette PERES
Consultante - formatrice, InCitu, Responsable développement, le Labo CIVAM

Xavier ROBERT
Ingénieur agronome

Jean-Pierre SARTHOU
Maître de conférences, Ecole nationale supérieure agronomique de Toulouse

Attention

Nous avons mis en place un nouvel outil de dépôt des demandes. Nous recommandons vivement aux candidats de créer leur profil très rapidement et d’anticiper au maximum la gestion des renseignements administratifs liés à leur structure.
Il leur sera alors possible d'accéder à tout moment au contenu du dossier de demande de subvention.

Téléchargez les documents ci-dessous

L'appel à projets 

La demande complémentaire E+
Dans le cadre de votre projet, si vous souhaitez déposer une demande de subvention complémentaire Agir pour l’environnement, celle-ci fait l’objet d’une instruction spécifique. Nous vous remercions de compléter le formulaire E+ ci-joint.