Vous êtes fondateur
Accéder à votre espace
Vous êtes donateur
Accéder à votre espace
Vous êtes porteur de projet
Accéder à votre espace
You are a founder
Log on
You are a donor
Log on
You are a project leader
Log on
Attentat de Nice : six ans après, le bilan

Attentat de Nice : six ans après, le bilan

Le procès de l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice s'ouvrira devant la Cour d'assises spéciale de Paris le 5 septembre prochain. L’irruption d’un camion-bélier fonçant sur la foule, avait fait 86 morts et des milliers de blessés, touchés dans leur corps ou dans leur psychisme. Depuis six ans, la Fondation de France soutient l’aide aux victimes.

Pour venir en aide aux victimes directes ou indirectes de cet attentat, la Fondation de France a mis très vite en place un fonds d’aide spécial destiné à soutenir financièrement les personnes les plus vulnérabilisées. Plus de 547 000 euros d’aides directes ont ainsi été versées à travers de 261 engagements visant à couvrir différents besoins :  soutien psychologique complémentaire, assistance juridique, pertes ponctuelles de ressources, pertes matérielles, dépenses exceptionnelles résultant des conséquences d’attentats… Au total, c’est plus de 600 victimes qui ont bénéficié de ce soutien, d’un montant moyen de 2000 euros. Pour identifier les publics les plus en souffrance et la réalité des besoins, les actions ont été menées en partenariat avec deux acteurs de terrain : le réseau d’associations France Victimes et l’association Montjoye de Nice. 

Un accompagnement dans la durée

Outre les aides financières, un vaste plan d’accompagnement psychologique, adapté au stress post-traumatique a été déployé en direction des plus fragilisés. C’est le second volet de l’action durable que la Fondation de France mène à Nice. Depuis 2016, environ 455 000 euros ont été alloués à des projets de prise en charge, d’évaluation d’impact de l’attentat ou d’information sur la santé mentale des personnes. Ces actions concernent notamment la prise en charge des troubles post traumatiques qui continuent longtemps après le choc à impacter l’équilibre psychologique, physiologique, social ou familial des victimes. C’est dans ce sens qu’intervient entre autres l’association Promenade des Anges : 14 juillet 2016, en partenariat avec l’association pour le Développement de la thérapie familiale psychanalytique. Ces deux structures proposent ainsi aux familles touchées des consultations mensuelles gratuites, assurées par des psychologues spécialisés dans les liens familiaux. Prévu sur une durée de trois ans, ce soutien se veut un complément ou une alternative aux prises en charge individuelles initiées dans l’urgence. Original dans sa démarche, ce dispositif a pour but de reconstruire les liens intra-familiaux abîmés et permettre au groupe familial de dépasser les traumas pour se projeter dans un avenir commun.

De nouveaux outils pour améliorer les prises en charge

Encourager la recherche de solutions innovantes pour le traitement des troubles post-traumatiques est aussi un des axes sur lequel par la Fondation de France s’est engagée. « Nous avons soutenu les expérimentations du service de pédopsychiatrie de l’Hôpital Lenval de Nice. Comme la mise en place d’ateliers thérapeutiques qui mobilisent des techniques de musicothérapie et de psychomotricité, adaptées à la problématique post-attentat », précise Alexandra Kurkdjain, responsable du programme Ensemble face au terrorisme, un programme spécifique mis en place depuis les attentats de 2015 pour aider les victimes. « Et aujourd’hui, nous accompagnons le développement de MoodUp, une application smartphone pour la gestion des symptômes du stress post traumatique, développé par CoBTeK-Lab (pour Cognition Behavior Technology), laboratoire de l’Université Nice Sophia Antipolis », poursuit-elle. L’application ne se substitue pas à une démarche thérapeutique, mais permettra de faire face aux crises de panique et d’anxiété, notamment en guidant l’utilisateur dans la mise en œuvre d’exercices simples (relaxation, méditation, cohérence cardiaque…). « L’application est un outil de première intention, facilement accessible pour les personnes réticentes à consulter un psychiatre. MoodUp accompagnera aussi l’utilisateur en fournissant les adresses et numéros utiles (Samu, urgences psychiatriques, Maison d’accueil des victimes, CUMP06), précise André Quateri, professeur des universités et porteur du projet. Elle proposera également un listing des thérapies recommandées pour l’accompagner vers une prise de rendez-vous psychothérapeutique. »

Nice, et après ? Faire progresser la recherche

Le programme Ensemble face au terrorisme a par ailleurs voulu soutenir une démarche de long terme, utile à toutes les victimes d’attentats ou de catastrophes. Il participe ainsi au financement du programme 14-7, porté par les équipes du centre d’évaluation pédiatrique du psycho-traumatique (CE2P) de la fondation Lenval. Ce programme de recherche clinique s’attache à suivre une cohorte d’enfants et de familles touchées par l’attaque du 14 juillet, pour mesurer l’évolution des symptômes, et l’efficacité des traitements. Trois cent soixante-cinq personnes participent au programme, dont 208 enfants et 157 parents. Les premières observations montrent que selon les tranches d’âge, un quart à un tiers des enfants ont encore des troubles intenses : phobies, angoisses de séparation, troubles du sommeil, etc. Outre l’adaptation immédiate des soins pour les victimes, les connaissances scientifiques dégagées par ce programme vont permettre d’améliorer le suivi et la prise en charge des troubles psycho-traumatiques. Et servir à l’ensemble de la communauté médicale.

Procès : accompagner les jeunes dans l’épreuve

Enfin, à l’approche du procès qui se tiendra début septembre à Paris, la Fondation de France a apporté son soutien à un projet d’accompagnement des victimes au suivi des audiences. Ce projet est porté par l’association Montjoye et co-construit par les services d’aide aux victimes de Paris et de Nice, en lien étroit avec le service pédiatrique spécialisé dans le psycho traumatisme de l’hôpital Lenval. Sa démarche : accompagner et préparer les jeunes, victimes directes ou non de l’attentat de 2016, à la compréhension et au suivi du procès. Pour cela plusieurs outils ont été conçus pour mieux appréhender le rendez-vous : la mise en ligne d’une vidéo présentant le palais de Justice de Paris et la salle d’assises, un livret pédagogique ainsi qu’un livret spécifique pour les enfants sur le fonctionnement du tribunal et de la justice, une plateforme immersive à destination des adolescents, ainsi que des groupes de paroles en amont, pendant et après le procès.


POUR ALLER PLUS LOIN

→ Ensemble face au terrorisme

Accès utilisateur
Mon Espace
Vous êtes fondateur
Accéder à votre espace
Vous êtes donateur
Accéder à votre espace
Vous êtes porteur de projet
Accéder à votre espace
You are a founder

Log on
You are a donor

Log on
You are a project leader
Log on