Vous êtes fondateur
Accéder à votre espace
Vous êtes donateur
Accéder à votre espace
Vous êtes porteur de projet
Accéder à votre espace
You are a founder
Log on
You are a donor
Log on
You are a project leader
Log on
Kiera Chaplin : « contre le crime d’excision, l’arme de l’éducation » !

Kiera Chaplin : « contre le crime d’excision, l’arme de l’éducation » !

Fondations abritées 06 Fév.2020

Les chiffres de l’OMS sont sans appel : 200 millions de femmes dans le monde sont excisées, et trois millions de fillettes sont susceptibles de subir cette mutilation chaque année ! A l'occasion de la Journée internationale de lutte contre les mutilations sexuelles du 6 février, nous avons rencontré Kiera Chaplin, présidente de la Fondation Fleur du désert.

Malgré l’évolution des mentalités et des lois, les mutilations sexuelles féminines demeurent un fléau dramatique. Un fléau qui met en péril la vie des petites filles lors de l’opération, et qui touche plus globalement à l’intégrité physique et psychique des femmes devenues adultes. Comment faire reculer l’excision ? L’arsenal juridique est indispensable pour faire passer cette pratique du statut de coutume traditionnelle à celui de crime.  « Mais la répression ne suffit pas ! » souligne Kiera Chaplin, présidente de la Fondation Fleur du désert, créée en 2015 et abritée par la Fondation de France. « Pour éradiquer durablement cette tradition, l’arme la plus efficace reste l’information, la prévention, l’éducation… des familles et surtout des filles elles-mêmes. On le constate partout : là ou l’illettrisme recule, la pauvreté et les mutilations sexuelles reculent ! ».

Agir durablement : accompagner une génération

C’est en 2002 que la petite-fille de Charlie Chaplin rencontre Waris Dirie, créatrice du réseau Desert Flower Foundation, et lui propose d’appuyer son combat. La Fondation  Fleur du désert, membre de ce réseau, a choisi de s’investir en Sierra Léone, un pays où la loi a évolué et où les autorités peuvent soutenir ce type d’intervention. Début janvier 2020, Kiera inaugurait ainsi une première école créée dans le pays.

Un projet global qui compte plusieurs volets : parrainage des fillettes dont les parents s’engagent à préserver l’intégrité, refuge pour celles qui fuient cette pratique, suivi médical, école primaire, bibliothèque, centre de formation aux métiers du numérique pour les plus grandes. Ce projet est pensé sur la durée, la Fondation Fleurs du désert finançant aussi les frais de fonctionnement de l’établissement. « Au total, avec l’ouverture de trois établissements prévus au programme, l’opération concernera 1200 fillettes sauvées de l’excision, précise Kiera Chaplin. Mais la démarche touche aussi les parents, les frères, les soeurs… c’est tout une communauté, qui bascule ainsi dans une autre représentation de la femme. Si nous touchons une génération, ce progrès sera irréversible… et contagieux ! »

Kiera Chaplin, petite fille de Charlie, inaugure la Desert Flower School qui porte son nom. Un projet soutenu par la Fondation Fleur du désert en France, et la première de trois écoles ouvertes aux fillettes en Sierra Léone, dans le cadre d’une démarche globale de lutte contre l’excision. Photo : Lisi Niesner

 

Accès utilisateur
Mon Espace
Vous êtes fondateur
Accéder à votre espace
Vous êtes donateur
Accéder à votre espace
Vous êtes porteur de projet
Accéder à votre espace
You are a founder

Log on
You are a donor

Log on
You are a project leader
Log on