Les maladies cardiovasculaires : un enjeu de santé publique majeur

En France, une personne est victime d’un accident cardiovasculaire toutes les quatre minutes. Et ces maladies, qui touchent des personnes de plus en plus jeunes, sont aujourd’hui la 2e cause de mortalité en France.
 
Mieux comprendre, mieux prévenir et mieux guérir : la Fondation de France soutient la recherche dans ce domaine depuis plus de 20 ans.
En France, une personne est victime d’un accident cardiovasculaire toutes les quatre minutes. Et ces maladies, qui touchent des personnes de plus en plus jeunes, sont aujourd’hui la 2e cause de mortalité en France.
 
Mieux comprendre, mieux prévenir et mieux guérir : la Fondation de France soutient la recherche dans ce domaine depuis plus de 20 ans.
Le programme en bref
Obésité et maladies cardiovasculaires

Grâce à une meilleure prévention, les conséquences des maladies cardiovasculaires ont diminué durant ces trente dernières années. De nouvelles techniques chirurgicales et, surtout, les avancées de la recherche ont permis ces progrès. Mais, dans le même temps, l’obésité se développe ; elle touche aujourd’hui 15 % de la population française, et près de 20 % des enfants sont en surpoids.

Ces chiffres laissent présager l’apparition de maladies cardiovasculaires de plus en plus précoces. C’est pourquoi la Fondation de France oriente son soutien vers la recherche, notamment sur les conséquences cardiovasculaires de l’obésité.

Nous encourageons les travaux de recherche sur ces maladies, leurs évolutions et les traitements possibles, autour de trois axes :

  • faire avancer la connaissance sur les maladies cardiovasculaires ;
  • mesurer et prévoir l’impact des perturbations métaboliques (tels le diabète ou l’hypertension) sur ces maladies ;
  • concevoir des solutions thérapeutiques innovantes pour en atténuer les conséquences.

L'interview

« 

Les maladies cardiovasculaires sont fréquentes et restent graves

»

Philippe Menasché Président du comité Maladies cardiovasculaires

Notre action en images