Une chercheuse au Centre d'Enseignement et de Recherche Médicale Jean Roget.

Appel à projets

Recherche sur les maladies cardiovasculaires

Date limite de transmission des dossiers : 18 mars 2020, 17h
Contact : recherche@fdf.org

 

Contexte

Avec près de 150 000 décès par an, les maladies cardiovasculaires sont l’une des premières causes de mortalité en France. De plus, les troubles métaboliques sont devenus un problème de santé publique et laissent présager l’apparition de maladies cardiovasculaires chez des personnes de plus en plus jeunes.

Grâce à une meilleure prévention, les conséquences des maladies cardiovasculaires ont diminué durant ces trente dernières années. De nouvelles techniques chirurgicales, et, surtout, les avancées de la recherche ont permis ces progrès. C’est sur ce dernier point déterminant que la Fondation de France s’engage et axe son soutien. Parce que le secteur privé y prête une attention qui n’est pas à la hauteur du problème de santé publique, nous encourageons les efforts de recherche sur ces maladies, leurs évolutions et les traitements possibles.
 

En 2020, la Fondation de France soutient des projets de recherche clinique et fondamentale, portant sur une pathologie cardiovasculaire en lien direct avec des perturbations métaboliques telles que le diabète ou les dyslipidémies.

Au-delà de la qualité du projet et de sa méthodologie, les mécanismes innovants seront particulièrement privilégiés. Les critères d’évaluation incluront l’originalité, la faisabilité, la qualité et l’implication de l’équipe, les publications sur le sujet et la précision de l’évaluation budgétaire.​

 

Objectifs

  1. Faire avancer la connaissance sur les maladies cardiovasculaires.

  2. Mesurer et prévoir l’impact des perturbations métaboliques sur ces maladies.

  3. Concevoir des solutions thérapeutiques innovantes pour en atténuer les conséquences.
     

 

Qui peut répondre ?

Cet appel à projets s‘adresse à des équipes de recherche publique françaises. Les projets doivent être présentés par un clinicien ou chercheur (statutaire ou non) appartenant à une équipe labellisée, au nom de cette dernière.

 

Modalités de soutien

  • Projets « Équipe »

Les projets, d’une durée maximale de trois ans, doivent être présentés par un clinicien ou chercheur (statutaire ou non) appartenant à une équipe labellisée, au nom de cette dernière. Les projets pourront cependant être collaboratifs. Les montants des financements accordés sont compris entre 40 000 et 100 000 €. Ils peuvent aller au-delà de 100 000 € lorsque le projet comprend une demande d’allocation de thèse.

En raison du nombre important de demandes, chaque équipe ne peut adresser qu’un seul projet à la Fondation de France, dans le cadre de cet appel d’offres.

  • Bourses de mobilité

En 2020, le comité considérera également quelques bourses de mobilité pour de jeunes médecins afin d’initier un projet de mobilité internationale sur un thème de recherche clinique, translationnelle ou fondamentale en cardiologie, dont le sujet s’inscrira dans les thématiques de soutiens décrites ci-dessus.

Les candidats aux bourses de mobilité devront avoir moins de 45 ans, exercer en France et souhaiter acquérir une nouvelle expertise, participer à une expérience d'exercice clinique, de santé publique ou de recherche fondamentale ou translationnelle en cardiologie hors de leur établissement d’origine.

Une attention particulière sera portée à l’originalité, la méthodologie proposée et la faisabilité du projet présenté, ainsi qu’à sa rédaction.

Seront également évaluées avec attention : l’implication personnelle du candidat dans le projet proposé, la qualité et l’adéquation du laboratoire d’accueil au sujet, ainsi que la qualité du projet de retour.

La durée de l'aide est de 24 mois maximum. La bourse est d’un montant forfaitaire de 2 700 € par mois.

Attention

Nous avons mis en place un nouvel outil de dépôt des demandes. Nous recommandons vivement aux candidats de créer leur profil très rapidement et d’anticiper au maximum la gestion des renseignements administratifs liés à leur structure.
Il leur sera alors possible d'accéder à tout moment au contenu du dossier de demande de subvention.

Nos experts

Le comité d’experts qui évaluera les projets est composé de spécialistes et/ou acteurs de la santé et de la recherche issus de toute la France.

Président

Philippe MENASCHE
Chirurgien et professeur de chirurgie thoracique et cardiovasculaire à l’hôpital européen Georges Pompidou, codirecteur de l’équipe « Thérapies régénératives des pathologies cardiaques et vasculaires », Inserm UMR 970, Paris

Membres

Fabrizio ANDREELLI
Professeur des universités, praticien hospitalier en diabétologie, service de Diabétologie et métabolisme, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris

Jean-François ARNAL
Professeur de Physiologie médicale, Inserm UMR 1048, CHU, faculté médecine et université de Toulouse

Sophie BELIARD
Maître de conférences des universités, praticien hospitalier en nutrition, service d’Endocrinologie, nutrition et maladies métaboliques, hôpital de la Conception, C2VN, Marseille

Luc BERTRAND
Maître de Recherche du Fonds National de la Recherche Scientifique et Professeur à l’Université catholique de Louvain, Bruxelles (Belgique)

Thierry COUFFINHAL
Professeur des universités, praticien hospitalier en cardiologie, directeur Inserm UMR 1034 « Biologie des maladies cardiovasculaires », CHU Haut-Lévêque, Bordeaux

Hélène DUEZ
Chargée de recherche Inserm UMR 1011 « Récepteurs nucléaires, maladies cardiovasculaires et diabète », Institut Pasteur, Lille

Patrick HENRY
Professeur des universités, praticien hospitalier en cardiologie, Chef de pôle à l’Hôpital Lariboisière, Paris

Martine JANDROT-PERRUS
Directrice de recherche, Inserm UMR S1148 - équipe 1, laboratoire de recherche vasculaire translationnelle, hôpital Bichat, Paris

Soraya TALEB
Chargée de recherche, Inserm UMR 970, équipe « Rôle de l’immunité innée et adaptative dans les maladies vasculaires », Centre de recherche cardiovasculaire de Paris (PARCC)

Sophia VISVIKIS-SIEST
Directrice de recherche, directrice du laboratoire Inserm UMR 1122 « Interactions gène-environnement en physiopathologie cardiovasculaire », université de Lorraine, Nancy