Journée mondiale du coeur

L’obésité, un facteur de risque des maladies cardiovasculaires

29/09/2020
vignette-lydieboury.jpg

Depuis 2013, Lydie Boury est présidente de l’association Les Petits Poids, basée à Amiens. Cette structure se bat pour faire de l’obésité, facteur mal connu de risques de maladies cardiovasculaires, une vraie question de santé et de société. Les Petits Poids accompagnent ses adhérents à travers des activités physiques adaptées et une aide psychologique et diététique. Entretien

Quel est le but de l’association et à qui s’adresse-t-elle ?

L’association Les Petits Poids a pour objectif initial d’améliorer la qualité de vie et le bien-être physique et moral de ses adhérents, atteints d’obésité ou de comorbidité. L’association s’occupe de toutes les personnes, à partir de 6 ans et sans limite d’âge.

A l’origine, la création de l’association a été initiée par des personnes en surpoids, qui en sortant d’hospitalisation et de rééducation physique, ne trouvaient pas de structures adaptées à leurs besoins. L’objectif : poursuivre les actions mises en place et continuer d’améliorer leur santé physique et psychologique, tout en luttant contre l’isolement dû à la maladie.

Les adhérents bénéficient de diverses activités comme des ateliers de sophrologie, des activités physiques adaptées, des temps de parole ou encore des sessions culinaires. Petite nouveauté : depuis septembre, l’option théâtre a démarré.

Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale du cœur, en quoi l’obésité peut-elle avoir des conséquences graves sur les maladies cardio-vasculaires ?

L'obésité entraîne des comorbidités et parmi celles-ci bien sur des maladies cardiovasculaires : artérite, tension artérielle, arythmie. Autant de maladies qui compliquent celle de l'obésité... Le poids fatigue le corps et le cœur. Par conséquent, même marcher est parfois difficile pour les personnes atteintes d'obésité qui sont plus vite essoufflées. L'obésité réduit les capacités physiques et entraîne une diminution de l'entraînement dont le cœur a quotidiennement besoin.

Comment votre association lutte-t-elle contre ces facteurs de risques ?

Au sein de l'association, nous proposons des activités qui permettent de préserver ou d'améliorer les capacités cardiovasculaires grâce à la marche à pied, la marche nordique ou encore la gym adaptée.

Le cœur, c'est aussi l'alimentation. Nous proposons des ateliers santé et des ateliers culinaires pour apprendre à cuisiner et retrouver le plaisir de cuisiner. A noter que la solitude entraîne souvent une dénutrition chez la personne obèse qui seule ne se fait peu ou plus à manger. Autour de ces ateliers, il y a ces notions très importantes de convivialité, de partage, de plaisir de se retrouver.