banniere-solitude-1.jpg

Etude exclusive

Jeune et sans amis : quand la solitude frappe les 15-30 ans

Service presse
presse@fdf.org
01 44 21 87 47

 

Une étude exclusive de la Fondation de France

Déménagement, échec scolaire, précarité… la solitude est souvent le résultat de plusieurs facteurs. Loin des idées préconçues qui l’associent uniquement aux personnes âgées, elle frappe également les jeunes. La Fondation de France a donc mené une étude spécifiquement sur la solitude des 15-30 ans. Un moyen de mesurer l’ampleur du phénomène, d’en comprendre les multiples causes et surtout d’identifier les leviers d’actions à mettre en œuvre pour prévenir et lutter contre la solitude des jeunes. Ce phénomène est, en effet, une réalité : l’étude 2017 montre que 6 % des 15-30 ans sont en situation d’isolement.

Les chiffres de la solitude des jeunes

Derrière les chiffres, une réalité complexe et douloureuse

L’isolement social est souvent le résultat d’un enchaînement d’événements, parfois dès l’enfance. Parmi les nombreux facteurs qui semblent favoriser la solitude figurent le départ du domicile parental, l’absence de relation amoureuse, les mauvaises conditions de logement ou de moyens de transports, la mauvaise santé.

Les histoires des jeunes interviewés lors de l’étude le confirment : manque de confiance, complexe comme le surpoids, problème de harcèlement… conduisent peu à peu certains d’entre eux à se replier sur eux-mêmes. S’ensuivent une méfiance croissante vis-à-vis des autres (seul 1 jeune sur 3 pense qu’il peut faire confiance aux autres) et un sentiment d’inutilité sociale (60 % des jeunes isolés se sentent inutiles).

Plus de 2 millions de jeunes isolés ou socialement vulnérables

La solitude des jeunes est une réalité : l’étude 2017 montre que 6 % de jeunes n’ont aucun « réseau de sociabilité » et 12 % ne peuvent compter que sur un seul de ces réseaux - famille, amis, voisins, collègues, camarades de classe… - avec lesquels ils passent régulièrement du temps au-delà du simple « bonjour ».

A télécharger

La synthèse de l'étude

Les filles en piste

Héka est l’œuvre d’un psychologue clinicien doublé d’un artiste de cirque qui a planté ses chapiteaux près de Chinon. Il propose des thérapies à des adolescentes et à de jeunes adultes. Introversion et absence de confiance en soi sont traitées par des séances de jonglage ou de funambulisme,  entrecoupées de temps de parole. L’occasion de se mettre en risque, de faire confiance aux autres, et de constater « qu’on y arrive ».

Les 4 profils du jeune solitaire

Le web, le lieu de toutes les confidences

Internet représente un moyen de chercher des informations ou des conseils afin de sortir de l’isolement : plus de 16 700 requêtes explicites sur Google sont liées à la solitude des jeunes. Les principales expressions recherchées sont « sos amitié », « site de rencontre amicale », « pas d’amis », « trouver des amis », « toute seule ». Ces requêtes proviennent aussi bien des jeunes eux-mêmes que de leur entourage.

Internet est également un lieu d’expression privilégié où la parole peut être d’autant plus désinhibée qu’elle se cache derrière un pseudo : les espaces les plus utilisés pour exprimer sa solitude sont les réseaux sociaux et les forums, en particulier des sites comme Doctissimo.com, Psychologies.com et Jeuxvideos.com. L’analyse de 23 000 mots-clés montre que les jeunes évoquent surtout leurs relations amicales, leur couple et leur sexualité, tandis que leur entourage exprime principalement des inquiétudes par rapport à l’échec scolaire, les conséquences de la fin d’une histoire d’amour et la dépression.

Le service civique pour se rendre utile

Certains jeunes souhaitent (re)donner un sens et une utilité à leur vie, en se tournant vers le service civique. Unis-Cité anime et développe des programmes de service civique. Quels que soient leur culture, leur milieu social, leur niveau d’études… les jeunes volontaires d’Unis-Cité travaillent en équipe pendant six à neuf mois pour mener à bien des projets utiles à la collectivité. Ils bénéficient d’un soutien individualisé pour à la fois élaborer leur projet d'avenir et les ouvrir à la citoyenneté.

Prévention et lutte contre la solitude des jeunes

Fondation de toutes les causes, la Fondation de France agit dans tous les domaines de l’intérêt général à travers ses propres programmes d’actions et en facilitant le travail de 828 fonds et fondations qu’elle abrite. Une action transversale d’autant plus importante pour prévenir et lutter contre la solitude des jeunes, qui est un phénomène multifactoriel.

Au sein de la Fondation de France, 1/3 des projets soutenus concernent les jeunes. Ce sont toujours des initiatives de proximité pour agir au plus près de leurs besoins. Les actions menées s’adressent aussi bien aux enfants, qu’aux adolescents et aux jeunes adultes : aide à l’enfance / l’adolescence et à la parentalité, lutte contre le décrochage scolaire, médiation culturelle, contribution à la bonne santé et au bien-être, insertion par le sport, développement de l’habitat participatif ou partagé, formation et insertion professionnelle, soutien à la vie sociale et citoyenne malgré le handicap...

L’action de la Fondation de France, c’est notamment 1 000 initiatives pour 15M€ par an en faveur du lien social.

vignette-clubhouse.jpg

Construire son projet de vie au-delà du handicap psychique

La prise en charge du handicap psychique ne repose pas seulement sur les soins. C’est pourquoi le Clubhouse France, présent désormais à Lyon et Bordeaux, se consacre aux jeunes de 18 ans et plus souffrant de ce type de handicap (souvent bipolaires). C’est un lieu de socialisation autour d’ateliers sportifs ou linguistiques, mais aussi un lieu d’apprentissage des gestes du quotidien et d’entraide (faire la cuisine, les courses…). Il s’agit également d’accompagner ces jeunes vers l’insertion professionnelle (job coaching...). Objectifs : (re)construire l’estime de soi, développer l’autonomie, consolider le projet de vie.

Ça me manque de ne pas voir d’autres personnes de notre âge. Des gens comme nous. Mais il n’y en a pas beaucoup qui sont comme nous. On se sent différents par rapport aux gens de notre âge.

— Clara 25 ans