Fondations abritées

Le déclic de Sophie et Vincent Gerondeau, de la Fondation Gerondeau

« S’engager en mémoire des nôtres, au bénéfice des autres »

ledeclic_fondationgerondeau_fweb.jpg

« Après avoir vécu les disparitions d’êtres chers, nous avons eu besoin d’un projet fort pour nous  réunir et mettre nos forces en commun. Ce projet, c’est la Fondation Gerondeau qui l’incarne. Avec elle, nous pouvons soutenir les causes qui nous tiennent à cœur », retracent d’une même voix Vincent Gerondeau et Sophie Gerondeau, co-fondateurs. Née en janvier 2018, elle a pour objet d’aider les personnes abîmées par la vie (handicap, maladie, détresse sociale, fin de vie, etc.) en  France.

À la source de ce besoin collectif, il y a une volonté, celle de Jean-Louis Gerondeau, le « patriarche », longtemps grand patron dans l’industrie, qui souhaite dès la fin des années 2000 œuvrer pour les plus fragiles. Sa disparition, en 2009, fait prendre conscience à ses fils, Vincent et Sébastien, qu’ils partagent la même vision. « Avec mon frère Sébastien, nous avons eu à ce moment-là un déclic, mais sans passer à l’acte. C’est la disparition brutale de Sébastien au printemps 2017 à l’âge de 49 ans qui a été décisive : peu après, j’ai proposé à Sophie, ma belle-sœur, de nous lancer dans cette aventure de fondation familiale avec nos enfants, déjà jeunes adultes », se remémore Vincent Gerondeau.

Pour Sophie Gerondeau, dont le cadet des quatre enfants, Émile (16 ans), est trisomique, la création de la fondation répond à un autre engagement : « C’est un moyen d’agir concrètement sur des projets autour du handicap mental mais aussi auprès d’autres individus fragiles, en mon nom et en mémoire de Sébastien et de mon beau-père… ». Très impliquée dans des associations d’aide aux personnes en situation de handicap – comme le restaurant Le Reflet à Nantes, dont six des salariés sont trisomiques –, Sophie souhaite que les premiers projets soutenus par la Fondation Gerondeau dès 2019 favorisent l’insertion sociale et professionnelle de personnes handicapées en milieu ordinaire.