Emma Veyssière en pleine pratique du double dutch art.

Vulnérabilité & précarité

Une fille très sport

Emma Veyssière

Emma Veyssière habite près de Digne-les-Bains, à Peyruis. Gamine, elle n'est pas spécialement sportive. Elle est lycéenne quand pendant un été, dans un village, elle découvre l'urban double dutch art proposé par le chantier Milieu populaire de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT). Cette activité ludique s'inspire des jeux de corde à sauter que pratiquent les enfants sur le macadam. Il s'agit de multiplier les pas et les figures à l'intérieur de deux cordes que l'on fait tourner à vitesse grand V.

L'effort est bref (40 secondes) et intense. Il nécessite virtuosité, rapidité, agilité. Il faut également y ajouter créativité et sens artistique. Ce mélange de qualités exigées plaît beaucoup à Emma Veyssière. Au-delà de la dépense physique et du bénéfice en termes de bien-être, cette activité pratiquée en groupe lui permet de nouer des liens avec des gens de son âge quand, vers 15 ans, beaucoup de filles pour des raisons sociales ou culturelles se coupent d'une convivialité active. C'est cette émancipation que la Fondation de France veut encourager via le programme « Allez les filles ! ».   

D'autres portraits de jeunes