Un chercheur remplit une éprouvette.

Recherche & innovation

Un programme d’aide à l’accueil en urgence des scientifiques en exil

Le jeudi 2 mars, le Collège de France a accueilli M. Cazeneuve, Premier ministre, et M. Thierry Mandon, Secrétaire d’état à l’Enseignement supérieur et à la recherche lors d'une manifestation en présence des différents acteurs du programme PAUSE, ainsi que de nombreux mécènes et des représentants de la presse.

Le programme PAUSE, lancé le 16 janvier dernier par le Secrétariat d’état et piloté par le Collège de France, avec le soutien du Rectorat et de la Mairie de Paris, a pour but de favoriser et soutenir l’accueil des scientifiques et intellectuels en provenance de pays où la situation politique ne leur permet plus d’exercer leur métier et met leur vie et celle de leur famille en danger. Le premier appel à candidatures, clôturé le 10 février dernier, a démontré, si besoin était, la nécessité de ce programme : 55 candidatures ont été reçues et examinées dans des délais très courts dont 25 ont été validées par le comité de direction du programme. Ces candidatures qui continuent d’affluer sont en majorité originaires de Syrie, Turquie, Irak et Yemen. Ces demandes proviennent le plus souvent de la part d’établissements d’enseignement supérieur et d’organismes de recherche qui vont accueillir et cofinancer les candidats. Un second appel à candidatures est en cours qui sera clos le 24 mars prochain.

Dans son discours, le Premier ministre, M. Cazeneuve, a rappelé une initiative semblable prise par le comité Rapkin dans les années 30 et tenu des propos très fermes contre les attitudes frileuses et xénophobes infidèles aux idéaux de la République française, nuisibles à son image et contraires à ses intérêts. Le Premier ministre a encouragé les donateurs à faire preuve de générosité, confirmé le soutien du gouvernement à l’initiative du Secrétariat d’état à l’Enseignement supérieur et à la recherche, et promis un financement supplémentaire, indispensable face à l’afflux des demandes. Le programme fait appel au mécénat de personnes ou d’entreprises privées. A cet effet, une convention entre le Collège de France et la Fondation de France, dont le Président Philippe Lagayette a souligné l’engagement, a été signée afin que cette dernière puisse recevoir des dons.

college_de_france.jpg

A propos du Programme PAUSE

Le Programme d’aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil (PAUSE), créé le 16 janvier 2017, accorde des subventions aux établissements d’enseignement supérieur et/ou de recherche publics projetant d’accueillir des scientifiques en situation d’urgence. À ce jour, aucun dispositif national d’aide à l’accueil des chercheurs et enseignants-chercheurs n‘existait en France, contrairement aux États-Unis, au Royaume-Uni ou en Allemagne. 

Le Secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, Thierry Mandon, a ainsi décidé et annoncé, le 13 octobre 2016, lors du colloque de rentrée du Collège de France « Migrations, réfugiés, exils », la création d’un programme d’aide à l’accueil en urgence des scientifiques en exil (PAUSE).

Doté d’un financement initial du Ministère de l’Éducation nationale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de un million d’euros, ce programme sera piloté depuis le Collège de France et abrité dans les locaux de la Chancellerie des universités de Paris. Une convention entre ces trois institutions portant création du programme a été signée le 16 janvier 2017.

Au terme d’un processus d’évaluation, le programme accorde des aides à des établissements d’enseignement supérieur et de recherche publics projetant d’accueillir des chercheurs et enseignants-chercheurs étrangers en situation d’urgence, en accordant une subvention de co-financement pour des recrutements variant de 20 000 à 60 000 €. PAUSE a vocation à se développer grâce à de nombreux partenariats publics comme privés. Le fonds de souscription pour le programme a été ouvert à la Fondation de France.