Solidarité Antilles

Un lycée soutenu dans sa démarche éducative

15/07/2019

Après le passage de l’ouragan Irma, le lycée professionnel de Concordia, situé à Saint-Martin, s’est retrouvé privé de salles informatiques. Grâce à la Fondation de France, l’établissement scolaire a pu deux mois plus tard commencer la rénovation et le réaménagement de ses locaux, comme le raconte sa proviseure, Janine Hamlet.

portrait_janine_hamlet.jpg

Quelles conséquences a eu Irma sur votre lycée ?

Les conséquences ont été désastreuses, puisque notre établissement a été ravagé à plus de 50 %. Aujourd’hui encore, nous n’avons plus ni CDI ni salle polyvalente. Irma nous a aussi privés de nos salles informatiques. Avant son passage, nous étions bien dotés, avec une dizaine de salles équipées chacune de 15 ordinateurs. C’est impératif car parmi les 750 élèves que nous accueillons, nombreux sont ceux qui préparent des CAP et BAC pros où la maîtrise de l’informatique est indispensable. C’est même l’enseignement de base pour les 200 lycéens inscrits dans la filière activités tertiaires.

L'ouragan Irma est survenu en septembre 2017 : nous avons dû réagir vite pour que les élèves ne soient pas pénalisés dans la préparation des examens nationaux de juin 2018. C’est là que le soutien de la Fondation de France a été décisif.

En quoi la fondation vous a-t-elle aidés ?

Dès novembre 2017, nous avons décidé de rénover et réaménager deux salles informatiques. La Fondation a financé la totalité de l’aménagement, soit 53 000 euros d’investissement. La collectivité de Saint Martin s’est chargée de la sécurisation des accès et notre personnel s’est mobilisé pour réaliser la peinture et le câblage. Mener le projet à bien a été laborieux car l’île fourmillait de travaux de reconstruction et nos commandes de matériel ont été livrées avec beaucoup de retard par des prestataires débordés. Au-delà de son soutien financier, la Fondation nous a accompagnés dans notre démarche, de même que le rectorat de l’Académie de la Guadeloupe. C’était très important pour nous car nous nous sentions extrêmement démunis. Malgré les difficultés et grâce aux efforts de tous, les nouvelles salles ont été prêtes à temps et la préparation des examens a pu se faire dans des conditions à peu près normales. Nous avons même réussi à faire en sorte que 200 lycéens passent leurs épreuves pratiques sur place ! Seuls quelques élèves de notre GRETA* ont dû effectuer leur deuxième année de BTS en Guadeloupe car nous n’étions pas en mesure de leur proposer des cours adéquats. La Fondation de France nous a d’ailleurs spontanément proposé son aide, payant une partie du transport et de l’hébergement.

Quel regard portez-vous sur le chemin parcouru ?

Nous revenons de loin mais il reste encore beaucoup à faire. Les travaux sont en cours pour reconstruire le CDI et la salle polyvalente et nous allons profiter des vacances d’été pour remplacer les toitures provisoires posées après Irma par des toitures pérennes. Puis, la vie au lycée reprendra son cours. Mais tant que notre établissement ne sera pas entièrement mis aux normes anticycloniques, nous vivrons dans la crainte de nouvelles tempêtes.

 

* Structure de l'Education nationale qui organise des formations pour adultes.

Vous serez aussi intéressé par