un_an_de_solidarite_face_au_virus.jpg

Covid-19

Un an de solidarité face au virus

15/03/2021

Il y a un an le monde entier était frappé par une crise sans précédent. Face à l’urgence sanitaire mais aussi économique et sociale, la Fondation de France a immédiatement adapté son action pour apporter des réponses concrètes et durables. Dès le mois de mars, elle initiait ainsi l’Alliance « Tous unis contre le virus », avec l’Institut Pasteur et l’AP-HP.

Dès le 24 mars 2020, la Fondation de France décidait d’unir ses forces avec l’AP-HP et l’Institut Pasteur autour d’une alliance inédite, « Tous unis contre le virus ». Trois axes prioritaires sont alors identifiés : l’aide aux hôpitaux et aux soignants, l’aide aux personnes les plus vulnérables et le soutien à la recherche médicale. Grâce à la générosité exceptionnelle des donateurs (particuliers comme entreprises) et à la mobilisation des fondations abritées, la Fondation de France a poursuivi son action au plus près des besoins tout au long de cette année : elle a pu notamment soutenir la relève du secteur associatif et appuyer des actions à l’international.

Un an plus tard, ce sont 41 millions d’euros qui ont été collectés, pour financer plus de 850 projets.

 

Un an de mobilisation

 

L’aide aux hôpitaux et aux soignants

Dès le début de la crise Covid-19, la Fondation de France s’est engagée auprès des équipes soignantes, en assurant la fourniture de matériel médical : respirateurs, systèmes d’oxygénothérapie, pousses-seringues, matériel de protection... Très vite, la question du surmenage physique et psychique des soignants et des aidants est apparue cruciale. Pour les aider à faire face à l’épreuve, la Fondation de France a soutenu des solutions d’accompagnement adaptées : télémédecine, renfort d’équipes, plateformes de soutien psychologique, groupes de parole, soins de support, livraisons de repas

aide_aux_soignants_fondation_de_france.png

Parmi les projets soutenus, le CHU de Lille qui a fait bénéficier d’un accompagnement psychologique les soignants et les familles endeuillées par la Covid-19, ou encore le Centre d’action sociale de Vaulx-en-Velin qui a mis en place des ateliers individuels et collectifs (coaching, formations à la communication non-violente...) pour les aides à domicile particulièrement éprouvées par la crise.

L’aide aux personnes les plus vulnérables

Pour la Fondation de France, identifier et accompagner toutes les personnes vulnérables était une priorité : les enfants et les jeunes décrocheurs, les femmes victimes de violences, les personnes âgées isolées, les personnes porteuses de handicap ou souffrant de maladies psychiques, celles qui vivent à la rue… Partout sur le territoire, les initiatives se sont multipliées pour répondre à l’urgence mais aussi penser des solutions adaptées et durables.

aide_personnes_vulnerables.png

Par exemple, de nombreuses personnes âgées et isolées ont reçu des tablettes pour garder contact avec leurs proches. A Marseille, des personnes en grande précarité ont reçu chaque jour du pain frais, produit par le réseau de boulangeries Pain et Partage qui a bénévolement distribué 70 000 pains par jour. Dans le Nord, les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale se sont adaptées pour poursuivre leurs activités en tant de confinement à destination des enfants placés. Partout en France, les associations ont redoublé de dynamisme et d’inventivité pour répondre aux nouveaux besoins générés par la crise.

Le soutien à la recherche médicale

Grâce à l’Alliance inédite avec l’AP-HP et l’Institut Pasteur, la Fondation de France a pu soutenir plus de 40 projets de recherche médicale, dans tous les champs : connaissance du virus, amélioration du diagnostic, mise au point de traitements, épidémiologie… La Fondation de France s’est également adossée à l’expertise de l’Agence nationale de recherche pour développer des projets sur les conséquences de l’épidémie sur les soins et les soignants ainsi que sur les effets du confinement.

Dès le début de la crise, l’AP-HP a développé une application permettant d’apporter un suivi médical aux malades de la Covid-19 à domicile. Objectifs : éviter l’embolie des services d’urgence, suivre les symptômes et déclencher si nécessaire un transfert à l’hôpital.

Le projet CovEhpad, quant à lui, étudie les conditions de diffusion de l’épidémie dans les Ehpad. Avec un suivi précis de 20 établissements, l’équipe de recherche établit des corrélations entre le profil des résidents, les mesures de contrôle et le nombre d’infections.

Aider le secteur associatif fragilisé

Les petites et moyennes associations, acteurs essentiels dans le champ de la solidarité, ont, pour certaines, été fortement déstabilisées. Alors que leur équilibre économique était déjà fragilisé, elles ont dû faire face à des besoins démultipliés et apporter en urgence des réponses adaptées, inventives et efficaces. Aujourd’hui et demain, ce réseau reste essentiel pour faire face à la crise économique et sociale. Pour la Fondation de France, il est indispensable d’accompagner ces partenaires : les aider à passer le cap de la crise et à construire des modèles d’activité durable.

C’est pourquoi, elle apporte son soutien au dispositif France Active qui aide les associations fragilisées par la crise à redémarrer leur activité.

aide_secteur_associatif_fondation_de_france.png

 

Agir à l’international avec nos partenaires historiques

Afrique de l’Ouest ou Centrale, Bangladesh, Haïti, Philippines ou Inde… la Fondation de France a rapidement décidé de soutenir ses partenaires historiques présents dans les pays durement touchés par la pandémie. Elle a orienté son action autour de trois axes d’intervention prioritaires : la sécurité alimentaire et les conditions de vie ; la prévention et l’accès aux soins ; l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène.

Au total, une quinzaine de projets qui ont été soutenus dans plusieurs pays à l’international.

On compte parmi ces projets, celui de l’association Eau & Vie au Bangladesh, aux Philippines et en Côte d’Ivoire. Grâce à cette association, les familles vivant dans les bidonvilles ont pu avoir accès à l’eau potable et ont été sensibilisées aux mesures de protection face à la Covid-19.

Et demain ?

L’impact de la crise sur plusieurs années impose de penser « reconstruction » et « long terme ». C’est le sens du nouveau programme de la Fondation de France « Inventer demain ». Il vise à soutenir les acteurs de terrain, porteurs de changements durables, dans tous les domaines et sur tous les territoires, pour bâtir une société plus solidaire et plus résistante face aux crises.

Ce programme se décline autour de deux axes :

  • Démarches territoriales : un accompagnement ciblé

L’expérience de cette crise a montré la valeur de croiser expertises locales et expertises thématiques. Agir vite et bien, transformer à long terme… nécessitent une connaissance fine des problématiques et une capacité d’action sur le terrain. Dans ce contexte, la Fondation de France renforce son engagement à l’échelle locale en s’impliquant sur des territoires spécifiques, en orchestrant des collaborations et des alliances entre associations et autres acteurs clés des territoires, et en soutenant des expérimentations pour favoriser de nouvelles formes d’action.

  • Soutenir les « acteurs du changement »

La Fondation de France souhaite s’appuyer sur des associations ou des collectifs capables de penser et de mettre en œuvre des solutions durables. Ces acteurs ont une vision, une ambition de changement, mais aussi des capacités d’essaimage et de partenariats. Leur projet peut être au stade expérimental ou engager un changement d’échelle, mais partout, ils favorisent la participation : il s’agit d’inventer « avec » et non « pour » les personnes vulnérables.

Chiffres clés

855 projets mis en œuvre

41 millions d’euros collectés

Près de 33 millions d’euros engagés

Restons unis pour aider les plus vulnérables