salle_de_reunion_association.jpg

Emploi

Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée : le dispositif transforme l’essai

22/02/2021

A l’aube de sa seconde vague d’expansion, retour sur un ambitieux projet qui veut faire du droit à l’emploi une réalité. Pour soutenir l’approche, la Fondation de France organisait le 8 février 2021 une rencontre entre les acteurs du projet et des représentants de fondations abritées.

Malgré un contexte bouleversé par la crise sanitaire et les nouvelles priorités qu’elle fait émerger, la Fondation de France et ses fondations abritées continuent à accompagner sur le long terme des initiatives innovantes en faveur de l’emploi. Parmi elles, le dispositif Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée (TZCLD), soutenu depuis ses débuts en 2013 par la Fondation de France, et qui vise à l’échelle d’un territoire à redynamiser le tissu économique local pour y recréer des emplois pérennes. Ce dernier est financé en partie grâce au transfert du coût social du chômage de longue durée vers la création d’entreprises /d’emploi au sein de structures spécifiques créées dans le cadre du dispositif : les EBE (Entreprises à But d’Emploi) répondant aux besoins particuliers du territoire et valorisant les compétences des personnes durablement privées d’emploi. 

Le Sénat dit oui à 50 nouveaux territoires

Grâce à une première loi d’expérimentation votée en 2016, le dispositif a pu se déployer sur dix territoires avec succès. Cinq années plus tard, une seconde loi, votée le 30 novembre 2020, est venue conforter la démarche en lui permettant de s’étendre à 50 nouveaux sites. A l’occasion de ce point d’étape, la Fondation de France a organisé le 8 février dernier, une rencontre entre les principaux acteurs du projet et plus d’une quarantaine de fondations abritées afin d’apprécier les impacts à l’échelle locale et les défis qu’imposent cette nouvelle phase.

« Ce vote de la seconde loi d’expérimentation, à l’unanimité, vient confirmer toute la pertinence du projet et donne la preuve que la mise en œuvre à l’échelle locale du droit à l’emploi est une ‘utopie’ tout à fait réelle et concrète », a expliqué Laurent Grandguillaume, président de l’association nationale TZCLD. Grâce au travail de terrain des comités locaux pour repérer les besoins, mobiliser les bénéficiaires, impulser la dynamique auprès des acteurs locaux et lancer de manière concertée de nouveaux pôles d’activités viables, le bilan est en effet très positif. Au total, sur les dix premiers territoires concernés, 13 entreprises et près de 1000 emplois ont été créés, mais surtout, dans trois des dix zones, le chômage de longue durée a été en partie banni, c’est-à-dire que tous les candidats repérés ont pu être embauchés.

Des bénéfices économiques et humains

Par la connaissance fine du tissu économique local, chaque comité a su repérer les besoins non pourvus et les activités non concurrentielles à développer, notamment dans la transition écologique, l’économie circulaire, les circuits courts, les services à la personne et les services de proximité. Grâce à cette approche, le territoire de Pripriac en Bretagne, l’un des sites pionniers, a réussi à redynamiser la vie économique locale et embauché 117 personnes éloignées de l’emploi, dont 75 sont engagées dans un parcours de formation ou de professionnalisation. Pour Franck Pichot, maire de la commune et très impliqué dans le projet : « les résultats sont plus qu’encourageants. Même si nous avons rencontré beaucoup de scepticisme au départ, et qu’il a fallu convaincre, rassembler et fédérer l’ensemble des acteurs locaux, aujourd’hui les entreprises que nous avons créées ne sont plus considérées comme des entreprises de chômeurs mais comme des entreprises tout court. Et chacun se rend compte que le plein emploi profite à tous. »

Vertueux, le projet l’est donc en de nombreux points, et pas seulement économiques. Frédéric Dohet Délégué général de la Fondation RTE et soutien du projet depuis 2017, tient à insister sur « les bénéfices humains du projet et les transformations positives que le retour à l’emploi produit sur les personnes » mais aussi son effet sur la « diminution des inégalités territoriales » qui permet à des zones rurales, souvent moins bien dotées en services de proximité de bénéficier d’une offre plus large, telle qu’on la trouve dans des zones urbaines. 

terre_dopale_1.jpg

De plus en plus de territoires séduits

C’est donc auréolé de ces réussites que le dispositif TZCLD entame son nouveau déploiement. Pour envisager ce passage à l’échelle, qui enregistre à ce jour la candidature de près de 139 territoires, l‘association se dote d’un organisme de formation pour accompagner au mieux la réussite des nouveaux arrivés. Il aura pour vocation de renforcer le partage de savoirs, de faciliter la mise en réseau des envies d’agir au sein de groupes régionaux et de proposer des aides d’ingénierie pour la recherche de financements. En plus de ces nouveaux supports, un chantier de recherche-action sera mis en œuvre pour mieux apprécier les impacts qualitatifs et quantitatifs de TZCLD. En attendant peut-être son prochain déploiement à l’international…. L’extension à cinq territoires de Belgique est à l’ordre du jour.

La Fondation de France accompagne cette initiative depuis ses débuts. 1,2 M euros ont été apportés en 7 ans.

Vous serez aussi intéressé par