Portrait de philanthrope

Sylvie Marchais : l’engagement, de mère en filles

03/03/2021
illus-sylvie-marchais.jpg

Le goût des autres est aussi affaire de transmission. La preuve avec Sylvie Marchais, ingénieure agronome de formation, qui a accompli une grande partie de sa vie professionnelle dans le milieu associatif rennais. En 2016, Sylvie Marchais hérite d’un patrimoine familial et s’interroge sur le sens à lui donner. « J’ai fait part à mes filles de mon désir de créer une fondation et j’ai alors découvert, avec beaucoup d’émotion, leur enthousiasme et leur envie de partager l’aventure. Nous nous entendons très bien et la Fondation Sequoia, abritée à la Fondation de France, donne vie à notre désir de nous engager autour de valeurs communes. Nous l’avons pensée autour de trois missions qui nous semblent essentielles : la préservation de la nature, l’accès à la culture pour toutes et tous et l’égalité entre les femmes et les hommes. »

La fondation aide notamment de petites associations à développer leurs actions. Par exemple, l’association Les livres des rues qui a créé, à Rennes, plusieurs bibliothèques de rue afin de proposer une offre de lecture à des publics qui en sont éloignés. Grâce à la Fondation de France, les fondatrices ont découvert la compagnie de danse Hallet Egayan et l’aident à organiser des ateliers dédiés aux enfants et adolescents des quartiers prioritaires de Lyon. Depuis deux ans, la fondation accompagne l’association L’Échappée à Lille qui propose des groupes de parole aux femmes ayant subi des violences. « Nous comptons maintenant élargir notre champ d’action à l’écologie, en continuant à travailler de la même façon. Entamer un compagnonnage avec des associations et les aider à grandir au fil des années, en tissant des liens pérennes. » L’esprit de famille, en somme.

 

Vous serez aussi intéressé par