Solidarités Aude et Indonésie Ici comme là-bas, aider les sinistrés “oubliés”

Solidarités Aude et Indonésie : ici comme là-bas, aider les sinistrés « oubliés »

Une centaine de villages de l’Aude dévastés par des inondations exceptionnelles, plusieurs îles indonésiennes frappées par de multiples catastrophes naturelles. L'objectif de la Fondation de France : reconstruire la vie de manière durable, en travaillant avec les associations locales.

Plus de 2000 victimes, 75 000 foyers sans-abri, 27 000 écoles endommagées et de nombreux besoins de base non couverts : c’est ce premier bilan du séisme du 28 septembre 2018 à Sulawesi  (Indonésie), suivi d’un tsunami et de plus de 400 répliques, qui déclenche le 1er octobre l’appel aux dons de la Fondation de France. Quelques jours plus tard, le 6 octobre, des inondations dévastent une centaine de villages dans  l’Aude. La Fondation de France lance Solidarité Aude.

Deux situations d’urgence, survenues à des milliers de kilomètres l’une de l’autre, prises en charge de manière quasi-similaire : « Très vite, nous mettons en place un comité d’experts bénévoles – psychologues, urgentistes, entrepreneurs, experts en aménagement du territoire ou en écologie… Avec eux, nous déterminons les axes d’intervention et les projets d’associations locales à soutenir en priorité » explique Karine Meaux, responsable des urgences à la Fondation de France.

Aider les villageois sinistrés, partout où il y a urgence

Le 22 novembre, près de deux mois après le séisme indonésien, le comité Solidarités internationales – rejoint par un agronome spécialiste de l’Indonésie – se réunissait. Les axes d’intervention choisis ciblent des projets situés en zones rurales, isolées, où vivent des minorités ethniques, oubliées des autorités gouvernementales. « Sur cinq projets soumis au comité, c’est celui de l’association Bina Desa qui défend villageois et paysans pour l’acquisition de terres, qui a été retenu : après avoir accueilli des villageois sinistrés, son projet est de relancer avec eux une activité agricole sur des parcelles nouvellement récupérées » retrace Karine Meaux.

Quelques jours plus tôt, le 16 novembre, un comité d’experts bénévoles s’était réuni à Narbonne : « La solidarité aux sinistrés de l’Aude privilégie les projets qui aident les petits paysans et artisans non concernés par les dispositifs publics » indique Karine Meaux. La Fondation de France soutient également les petites associations de villages. Avec l’espoir de lutter ainsi contre la désertification définitive de ces territoires.

Pour en savoir plus sur :

Vous serez aussi intéressé par