banniere-philipinnes.jpg

Urgences

Solidarité Philippines

Urgences
urgences@fdf.org

Reconstruire la vie

Le typhon Haiyan, le plus puissant ayant été enregistré sur terre, a balayé 9 régions des Philippines, affectant 14 millions de personnes, détruisant 1,1 million de maisons et de nombreuses infrastructures publiques telles que les écoles et centres de santé.

On déplore près de 8 000 morts et disparus, 4 millions de Philippins sans toit et 6 millions de personnes dont les sources de revenus ont été gravement altérées.

Grâce à la générosité des donateurs, la Fondation de France a collecté 2,7 millions d'euros pour venir en aide aux sinistrés. 2,4 millions d’euros ont été attribués par le comité Solidarité Philippines à 11 projets. Le reliquat est consacré à des missions d’évaluation et d’audit ainsi qu’aux échanges entre opérateurs de terrain.

bilan-2ans.jpgSOLIDARITE PHILIPPINES 2 ans après

Bilan intermédiaire des interventions du fonds Solidarité Philippines de la Fondation de France
Novembre 2015

> Télécharger le bilan

La totalité des fonds disponibles ayant été attribués, nous ne sommes plus en mesure de recevoir de nouvelles demandes de financement à compter de février 2015.

Vous serez aussi intéressé par

La carte des projets soutenus

Les projets soutenus

Soutenir les solidarités locales et des projets durables

Dans toutes les catastrophes de ce type, l’implication des communautés et la solidarité locale sont très importantes : c’est particulièrement le cas également aux Philippines, où de nombreuses associations locales sont actives. Issues des populations, elles sont à l’écoute de leurs besoins et nous permettent de répondre efficacement et avec pertinence. Mais elles ont besoin d’appui, car d’une part elles aussi ont été touchées par le typhon, et surtout, elles sont les plus aptes à redistribuer l’aide et accompagner les populations dans la durée.

A la suite de l’évaluation des besoins menée sur le terrain, la Fondation de France a décidé d’intervenir prioritairement dans les secteurs suivants :

 

- La relance de l’économie locale, par un soutien

  • à l’agriculture comme par exemple faciliter l’accès à l’achat de semences, appuyer les coopératives agricoles, …
  • à la reprise de la pêche : faciliter le rachat des embarcations, la restauration pour les bateaux endommagés, et des outils de travail perdus.

La reconstruction durable de l’habitat individuel. L’objectif est d’améliorer la qualité des constructions en intégrant la prévention des risques et les questions environnementales, en en respectant les modes de vie et de construction locaux et en impliquant les bénéficiaires.

 

Les projets soutenus ont été prioritairement mis en œuvre par des associations locales qui sont en capacité d’agir très rapidement mais aussi dans la durée.

Les projets d’aide à la reconstruction s’attachent à l’amélioration de la qualité du bâti tout en respectant les coutumes et matériaux locaux. La participation des bénéficiaires est un critère important dans la mise en œuvre des projets, et l’ensemble des porteurs de projets sélectionnés ont développé des approches inclusives conduits en collaboration avec les autorités locales et les groupes communautaires existants.

Les projets sont situés au cœur des zones touchées, principalement sur les îles de Panay, Leyte et Samar, avec une attention particulière sur les zones à l’écart des flux d’aide, afin que les victimes isolées ne soient pas oubliées.

Enfin, les projets intégrant la prévention des risques comme objectif transversal sont prioritaires.

Un guide pour la reconstruction

Capitalisant sur son expérience, la Fondation de France attribue une grande importance à la qualité de la réalisation des projets. A cette fin, elle met à disposition des ONG et partenaires un ensemble de recommandations sur des principes de bonnes pratiques, sans pour autant constituer un cahier des charges exhaustif dont le rôle de prescripteur est hors du champ de la Fondation de France, mais dont elles pourront s’inspirer pour concevoir leurs projets ou les compléter. 

Le comité Solidarité Philippines

Chargé de statuer sur la redistribution des fonds collectés, le Comité Solidarité Philippine s’est réuni pour la première fois dès le 22 novembre 2013 et se réunit aussi souvent que nécessaire. Ce comité est notamment composé de membres du Comité Solidarités internationales de la Fondation de France, choisis pour leur connaissance spécifique de ce contexte particulier. Il est animé par Benjamin Bellegy, responsable des programmes Post-Urgence.
 

Jean-Bernard VERON
Président du comité Solidarités Internationales, économiste, responsable de la cellule « prévention des crises et sortie de conflit » à l’Agence Française du Développement (AFD), ex-responsable du Département Asie, Caraïbes, Pacifique à l’AFD.
 

Stéphanie DANIEL-GENC
Chargée de projet à la Délégation aux affaires stratégiques du ministère de la Défense, spécialiste de la gestion des crises. Précédemment collaboratrice du Délégué Interministériel, puis du Coordinateur post-Tsunami. Doctorante en sociologie.
 

Henri ROUILLE D’ORFEUIL
Ingénieur agronome et Docteur en économie appliquée, Conseiller à la direction scientifique du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), ancien Président de Coordination Sud de 2001 à 2008, ancien collaborateur du Ministère des Affaires Etrangères, de la Banque Mondiale.
 

Philippe RYFMAN
Avocat, Professeur et chercheur associé au Département de Sciences Politiques de la Sorbonne et au Centre de Recherche Politique de la Sorbonne (CRPS).