liban_rehabilitation.jpg

Urgences

Solidarité Liban : un an après l’explosion, 46 actions soutenues

02/08/2021

Il y a un an, une explosion dévastait le port et une partie de la capitale libanaise, Beyrouth. Cette catastrophe a tué plus de 200 personnes, blessé 6 500 autres et laissé 300 000 habitants sans logement viable. Immédiatement, la Fondation de France lançait un appel à dons. Trois millions d’euros ont été collectés et deux millions ont déjà été engagés pour soutenir 46 projets de terrain autour de 4 axes prioritaires : le soutien psychologique, la relance économique, le soutien à la jeunesse et la réhabilitation de l’habitat individuel et d’espaces collectifs.

La double explosion survenue il y a un an au port de Beyrouth est venue fragiliser encore un peu plus un pays durement touché par une grave crise économique, politique et sanitaire. Depuis, la situation du Liban n’a cessé de se dégrader. Présente sur place dans les jours qui ont suivi la catastrophe, la Fondation de France a renforcé son appui aux organisations de la société libanaise qui agissent en faveur des populations les plus fragiles.

Deux millions d’euros ont ainsi été engagés autour de quatre volets prioritaires, définis par le comité Solidarité Liban

  • apporter une aide sociale et psycho-sociale aux habitants les plus touchés ;
  • soutenir la jeunesse à travers des activités sociales, éducatives et culturelles ;
  • soutenir la relance de l'activité économique des petits entrepreneurs et artisans ;
  • réhabiliter des logements de familles vulnérables et des espaces collectifs.

Agir dans la durée avec l’Agence Française de Développement

Au lendemain de l’explosion dans le port de Beyrouth, l’Agence Française de Développement et la Fondation de France ont décidé de soutenir conjointement la population libanaise : un partenariat inédit a rapidement été mis en place, l’Agence Française de développement se proposant d’abonder les fonds collectés par la Fondation de France à hauteur de 2 millions d’euros.

Apporter une aide sociale et psychosociale aux habitants les plus touchés

La Fondation de France soutient une dizaine de projets d'appui psycho-sociaux visant à prévenir le développement de troubles psychologiques, à accompagner les personnes en souffrance, et à apporter un soutien social et financier aux personnes très fragilisées (enfants, familles monoparentales, professionnels de soins, migrants, etc.).

Par exemple, les projets des organisations Embrace, Sesobel, Association du Foyer de l’Enfant Libanais, Good Shepherd Shelter for Young Girls, AVT-L ouvrent des espaces d’échanges, physiques et numériques, encadrés par du personnel spécialisé et vont à la rencontre des personnes présentant des signes de détresse psychologique.

Chiffres clés

  • 11 projets d’associations actives localement soutenus ;
  • 553 500 d’euros engagés au 15 juillet 2021 pour soutenir ces actions ;
  • 10 012 familles vulnérables ont bénéficié d’un accompagnement psychosocial ou médical ;
  • 3 220 familles ont reçu des aides financières d’urgence.

Redonner espoir à la jeunesse

Fragilisé par les crises successives, le tissu social et communautaire demeure un élément crucial. C’est pourquoi la Fondation de France soutient des projets favorisant le maintien de ce lien, en particulier à destination des jeunes. Des démarches collectives de solidarité, notamment éducatives et culturelles, se sont développées dans les quartiers défavorisés de Beyrouth et ses alentours ; des initiatives ont émergé pour que les jeunes les plus touchés puissent poursuivre leurs études. Autant d’actions qui permettent aux jeunes de sortir de ce quotidien complexe et de pouvoir s’exprimer face au choc de l’explosion.

Les projets de Himaya Daeem Aataa, Hammana Artist House, Zoukak, Erasmus expertise, Al Khamandjâti et Beirut Film Society permettent ainsi à des enfants et à des jeunes de participer à des activités mixtes artistiques, ludiques et éducatives

Chiffres clés

  • 7 projets d’associations actives localement soutenus ;
  • 235 536 € engagés au 15 juillet 2021 ;
  • 2 772 jeunes ont bénéficié d’un accompagnement pour la continuité de l’éducation, d’aide psycho-sociale ou d’accès à la culture ;
  • 538 jeunes ont bénéficié d’une nouvelle formation.

Soutenir l’activité économique des petits entrepreneurs et artisans

La Fondation de France a souhaité consacrer une part significative des fonds collectés à la relance économique. Une dizaine d’associations locales ont ainsi été soutenues, dans le but d’accélérer la reconstruction et la réouverture des commerces de proximité (épiceries, boulangeries, coiffeurs, cafés, etc.) et des locaux de plusieurs micro-entreprises. Des associations comme Jibal, Al Majmoua et Arcenciel ont ainsi pu appuyer les petits commerçants dans la réparation des vitrines, portes, fenêtres et remplacements des équipements et des stocks.

Des aides financières ont été octroyées à des micro-entrepreneurs sous forme d’effacement de dettes mais aussi de compensations pour pertes de production à des petits artisans. Des formations professionnelles ont également été proposées, avec des débouchés sociaux et économiques durables.

Au-delà de ces projets, toutes les actions soutenues par la Fondation de France au Liban contribuent indirectement à la relance de l’économie et au maintien de l’emploi : elles favorisent le recours à la main d’œuvre, la production et la consommation locales lorsque les produits sont disponibles.

Chiffres clés

  • 11 projets d’associations actives localement soutenus ;
  • 520 000 € engagés au 15 juillet 2021 pour soutenir ces actions ;
  • 352 entreprises soutenues (ayant bénéficié d’une aide financière ou de la rénovation de leur locaux) ;
  • 252 personnes ont bénéficié d’une nouvelle formation.

Réhabiliter des logements de familles vulnérables et des espaces collectifs

Les dégâts matériels occasionnés par l’explosion du 4 août sont considérables : dans une zone de 3 km autour du port, près de 10 000 immeubles ont été touchés dont 2 500 fortement endommagés. Quelque 320 immeubles se sont effondrés ou sont en danger d’effondrement total ou partiel. Dans les quartiers proches du port, se concentrent par endroit les populations parmi les plus vulnérables de Beyrouth. On y trouve également un grand nombre de bâtiments patrimoniaux (souvent habités par ces mêmes populations) dont la réhabilitation est longue et coûteuse. La réhabilitation de ces quartiers est donc extrêmement complexe : elle doit tenir compte d’importants enjeux sociaux, culturels et urbains

Pour répondre à cette urgence de mise à l’abri des personnes les plus touchées, la Fondation de France s’est rapidement mobilisée pour soutenir 14 projets autour de la reconstruction et de l’urbanisme local. Unite Lebanon Youth Project, Developmental Action without borders, Libami Cholet et l’Association Libanaise pour la Promotion Humaine et l’Alphabétisation contribuent à la réparation de logements de familles en situation de très forte vulnérabilité, par exemple à Nabaa ou Burj Hammoud. Liban Sans Frontières propose de son côté des formations à des jeunes apprentis bénévoles qui réhabilitent des logements endommagés.

Chiffres clés

  • 14 projets d’associations actives localement soutenus ;
  • 591 964 € engagés au 15 juillet 2021 pour soutenir ces actions ;
  • 1 210 logements et 13 lieux d’intérêt public réhabilités ou soutenus dans leur réhabilitation ;
  • Plus de 11 000 bénéficiaires ;
  • 100 personnes formées en réhabilitation des bâtiments patrimoniaux.

Vous serez aussi intéressé par

Actions de terrain : quelques exemples de projets soutenus