banniere-japon_0.jpg

Urgences

Solidarité Japon

Urgences
urgences@fdf.org

Aider les victimes de la catastrophe

Après le séisme du 11 mars 2011, la Fondation de France a collecté 1,27 million d’euros. Depuis, elle a soutenu 10 projets portés par des associations japonaises pour venir en aide aux familles et aux agriculteurs en plein désarroi face aux ravages du tsunami et surtout de la catastrophe nucléaire. 
 

Une catastrophe sans précédent

En mars 2011, le Japon subissait l’une de pires catastrophes naturelles de son histoire récente doublée du plus important accident nucléaire depuis Tchernobyl. Plus de 20 000 personnes sont mortes ou disparues, 200 000 personnes déplacées ont été regroupées dans 2 000 centres d’hébergement provisoire et 180 000 maisons et bâtiments ont été dévastés. Depuis, 3 000 personnes sont décédées dans la région de Fukushima des suites du stress et complications de santé liés à la catastrophe, ce qui est supérieur au nombre de victimes directes du tsunami et du tremblement de terre dans cette préfecture.Le coût des conséquences du séisme est estimé à 220 milliards de dollars (hors incidence à long terme de la catastrophe nucléaire). Seules 40 % environ des personnes étaient assurées contre les effets du séisme. Et le tsunami ainsi que le risque nucléaire ne sont pas assurables…

Aujourd'hui,  alors que beaucoup d'entre eux tentent de reconstruire leur vie et d’oublier les risques liés à la radioactivité, les habitants des régions sinistrées et les réfugiés restent dans une situation difficile. Ils sont particulièrement inquiets pour leur santé. Les enfants sont souvent confinés à la maison et n’ont plus d’activité en plein air. Les familles doivent gérer leur anxiété, tiraillées entre la volonté de savoir et celle d’oublier pour reprendre une vie « normale ». D’un point de vue social et économique, l’agriculture et la pêche sont impactées par l’incertitude qui règne sur les dangers liés à la contamination des aliments des régions nord-est.

Avancement des projets Solidarité Japon

La Fondation de France a soutenu 10 projets d’associations japonaises visant à accompagner les familles déplacées et isolées et à soutenir les petits exploitants agricoles ou ostréicoles qui ont perdu leur outil de travail :

  • soutien psychologique et activités culturelles en faveur des réfugiés,
  • relance d’une coopérative de production d’huîtres,
  • mise en place d’un magasin vendant des légumes sains,
  • création d’espaces communautaires avec la participation de personnes déplacées,
  • aide à la relocalisation de petits agriculteurs dont les terres ont été contaminées, etc.

Des milliers de victimes de la catastrophe ont ainsi bénéficié de ces initiatives et les associations japonaises, souvent peu structurées, ont pu être soutenues, renforcées et des dynamiques associatives se sont développées (voir le bilan détaillé 2 ans après).

Aujourd’hui la plupart des projets sont terminés ou en cours de clôture sur le terrain. Un projet a bénéficié d’une nouvelle subvention en 2014, lui permettant de se poursuivre en 2015 pour renforcer son action.

Les grands chiffres estimés à 4 ans

Ressources

1 319 376 €

Ressources collectées auprès du public

919103 €

Subvention des collectivités territoriales

373 673 €

Produits financiers

26 600 €

   
Emplois

1321404 €

Subventions attribuées aux ONG pour les projets

1134000 €

Frais de collecte et traitement des dons

22589 €

Frais de fonctionnement et de gestion du programme : sélection des projets, suivi, évaluation, audits et contrôles, missions de terrain…

164815 €

   
Disponible (fonds dédiés) 1927 €