Portrait de philanthrope

Romain Ferrari

« Revenons sur terre ! »

ferrari2.jpg

A la tête d’une entreprise familiale, Romain Ferrari est également président de la Fondation 2019 qu’il a créée voilà huit ans pour promouvoir les grands principes d’une économie vertueuse et respectueuse de la planète. Explications.

Les grandes décisions naissent souvent d’une déception. Celle de Romain Ferrari a suivi le sommet de Rio en 1992 et le grand mouvement en faveur du développement durable qui lui a succédé, avec cette conviction forte : la croissance n’est soutenable que si l’on peut réduire la consommation de ressources et limiter les émissions de pollution et de déchets. Romain Ferrari appliquera ces règles à sa propre entreprise de fabrication de toiles composites, mettant en place un procédé complet de recyclage.

Hélas, la prise de conscience internationale n’a pas produit les effets attendus, comme le souligne le dernier rapport du programme des Nations Unies pour l’environnement. La croissance économique s’accompagne d’un appauvrissement des ressources et d’effets négatifs sur l’environnement toujours plus grands. Pour Romain Ferrari, « ces résultats sont décevants car il fallait réunir trois conditions pour réussir : une évolution du comportement des citoyens ; un cadre réglementaire incitatif dans chaque pays ; une transformation des règles économiques qui, aujourd’hui encore, ne tiennent pas compte des effets dévastateurs de la fabrication de certains produits. »

Si beaucoup ont baissé les bras devant un tel constat, Romain Ferrari a, au contraire, choisi de lutter en créant, voilà huit ans, la Fondation 2019, abritée à la Fondation de France. Sa mission ? Comprendre pourquoi les règles économiques actuelles s’opposent à la transition écologique et proposer des instruments pour corriger ces défaillances. Romain Ferrari a déjà publié des études remarquées sur le sujet mais il espère beaucoup de la prochaine, qui sera présentée fin février. Celle-ci propose plusieurs mesures très concrètes qui pourraient offrir de vraies avancées : des achats publics responsables, une TVA réduite pour des produits d’utilité comparable mais sans danger pour l’environnement… « La réduction de la TVA entraîne une baisse des recettes fiscales mais elle sera, à terme, compensée par les économies réalisées en matière de santé et de protection de l’environnement ». Des initiatives porteuses d’espoir que Romain Ferrari entend bien faire partager, par le biais de la Fondation 2019. Celle-ci fête-t-elle un anniversaire ? « Oui, répond Romain Ferrari, celui du cinquantenaire du premier pas de l’homme sur la lune. Il est grand temps de le reposer sur terre et de ne plus se satisfaire d’une économie hors-sol ! »