Robin Renucci : « le théâtre éveille une compétence-clef pour grandir  »

22/01/2019

Connue pour son événement estival, les Rencontres Internationales de Théâtre en Corse, l’Aria organise aussi des activités artistiques tout au long de l’année. Elle a développé depuis 1998 un projet d’éducation artistique et culturelle regroupant trois écoles et un collège de la région de Belgodère, en Balagne. Financé à l’origine par un contrat de plan Etat région, il a pu être pérennisé, grâce au soutien de la Fondation de France.

robin_renucci_web.jpg

Les explications de Robin Renucci, président de l’Aria et membre du Haut Conseil de l'éducation artistique et culturelle…

Pourquoi avoir lancé ce projet de création théâtrale en Corse et en milieu scolaire ?

La Corse souffre d’une carence en termes de politique culturelle – c’est la seule région qui n’a pas de centre dramatique ni de scène nationale – et d’équipements. C’est encore plus vrai dans cette micro-région de la vallée de Balagne d’où est originaire ma famille maternelle. En même temps, l’Education Nationale a construit ici au 19ème siècle un établissement scolaire très important, servant également à la formation des maîtres. J’ai souhaité retrouver cette impulsion éducative et cet objectif d’élévation culturelle tout au long de la vie. C’est pourquoi j’ai lancé, voici 20 ans, la réhabilitation de ce bâtiment qui sert aujourd’hui de lieu d’hébergement et de restauration pour les différents publics que nous recevons. Les élus locaux ont compris et soutenu mon projet et nous avons pu construire un 2ème bâtiment, le théâtre A Stazzona, un véritable espace scénique dédié à la formation et à la création, inauguré en 2010. C’est devenu un lieu de pratique théâtrale pour près de 800 enfants chaque année !

Quels sont les principaux bénéfices de ce projet pour les élèves impliqués ?

Les créations théâtrales des enfants et adolescents, volontairement exigeantes, sont réalisées avec l’accompagnement d’intervenants artistiques professionnels et des enseignants. Choix du thème, ateliers d’écriture et de pratique théâtrale, construction de séquences théâtrales, séances d’improvisation… toutes les phases de création sont élaborées avec les enfants et sollicitent leur réflexion comme leur créativité. Les bénéfices dépassent ceux d’un simple loisir. L’Education Nationale a défini 4 savoirs fondamentaux : lire, écrire, compter et respecter autrui. J’en ajoute un 5ème, qui selon moi devrait faire partie du programme scolaire: dire ! C’est-à-dire acquérir la capacité de nommer par le verbe, et, à travers la pratique théâtrale, de passer du bavardage à la parole, de l’excitation à la concentration, de la gesticulation au geste. Le théâtre a une autre vertu fondamentale : il ouvre pour chaque enfant la possibilité de construire son propre imaginaire, loin des produits culturels formatés. Il leur permet d’inventer, d’être auteur et d’aiguiser ainsi leur propre singularité.

En quoi le renouvellement du soutien de la Fondation de France est-il important ?

C’est un soutien essentiel pour notre projet. Car si l’Education artistique et culturelle est une priorité affirmée par les pouvoirs publics, c’est moins de 8 euros par enfant et par an qui y sont en réalité consacrés. L’apport financier assuré par la Fondation de France permet de stabiliser une partie du budget de l’Aria et de poursuivre notre œuvre éducative et culturelle.

Le projet de l'Aria soutenu par la Fondation de France, c'est...

70 enfants de 8 à 13 ans, du CM1 à la 6e 
5 enseignants
3 comédiennes professionnelles
2 techniciens : une costumière-scénographe et un éclairagiste
1 chercheuse en sciences de l'éducation
 
Plus largement, l'Aria a accueilli quelque 1000 enfants en 2018 dans le cadre de projets scolaires, de classes vertes et de foyers éducatifs.

Vous serez aussi intéressé par