Populations Népalaises devant un abri temporaire avec des biens distribués d'urgence.

Urgences

1ère visite par le coordinateur de la Fondation de France, Martin Spitz

Retour de la première mission au Népal 

Dès son arrivée au Népal, le coordinateur de la Fondation de France, Martin Spitz, s’est rendu dans le village de Kohkana, au sud de Katmandou (cf : point bleu sur la carte). Voici ses premières constatations sur les dégâts occasionnés par le séisme et sur les besoins des habitants.

« Les rues de Kohkana sont jonchées d’un nombre impressionnant de câbles enchevêtrés. Il n’y a plus d’électricité. La plupart des façades anciennes des maisons en boue sur bambou n’ont pas tenu face à la violence du tremblement de terre. Les maisons récentes en béton, elles, ont mieux résisté.

Les gens cherchent à déménager de chez eux. Ils entassent leurs affaires dans la rue et laissent leurs maisons à étage devenues dangereuses. Certains se retrouvent sous des tentes, d’autres s’entassent dans la boutique d’un parent…[Deux habitants de Kohkana devant leur habitation endommagée]Les habitants de Kohkana sont tous des agriculteurs et semblent très pauvres. C’est une économie de subsistance : culture du riz et d’autres céréales, élevage de canards et de chèvres…

En dehors du logement, les problèmes immédiats qui se posent aux villageois sont l’accès à l’eau, la nourriture et la santé. Nous avons pu voir un « dispensaire » à l’air libre, en bord de route.[Une famille devant l'une des tentes qui les abritent @ FDF]A brève échéance, il faut planter le riz d’ici un mois. Et les perspectives pour se reloger rapidement sont très sombres car le gouvernement n’a pas les moyens de venir en aide aux villageois. »

>> Télécharger Le rapport de mission

Vous serez aussi intéressé par