Des éprouvettes de recherche médicale.

Appel à projets

Recherche clinique et fondamentale sur l’autisme et le neuro-développement de l’enfant

Date limite de dépôt des dossiers : 28 juin 2018
Contact : recherche@fdf.org 

Contexte 

Les connaissances sur le développement cognitif et affectif de l’être humain et, en particulier, de l’enfant, sont encore trop parcellaires pour permettre une compréhension des trajectoires atypiques comme dans l’autisme.

Depuis une vingtaine d’années, la Fondation de France soutient la recherche dans ce domaine en finançant des projets innovants, collaboratifs et pluridisciplinaires. En encourageant des collaborations entre cliniciens et chercheurs, son objectif est de favoriser le partage de méthodes de recherche rigoureuses, et ainsi contribuer à faire avancer la recherche sur le développement normal et pathologique et sur les mécanismes d’apprentissage de l’enfant, de la vie fœtale à la fin de l’adolescence.

 

Objectifs

En 2018, la Fondation de France décide de réaffirmer son soutien à ce champ de recherche, en considérant des projets innovants d’envergure et collaboratifs, qui contribueront au progrès des connaissances sur :

  • les bases cérébrales du développement cognitif et affectif typique (de la vie fœtale à la fin de l’adolescence) ;
  • les mécanismes d’apprentissage de l’enfant au sens large, en particulier en milieu scolaire ;
  • l’autisme.

Attention

Nous avons mis en place un nouvel outil de dépôt des demandes. Nous recommandons vivement aux candidats de créer leur profil très rapidement et d’anticiper au maximum la gestion des renseignements administratifs liés à leur structure.
Il leur sera alors possible d'accéder à tout moment au contenu du dossier de demande de subvention.

Quels projets de recherche ?

La Fondation de France apporte son soutien aux projets proposant des approches originales et innovantes permettant de faire progresser la compréhension du développement cognitif de l’enfant normal et autiste :

  • mécanismes du neuro-développement normal et pathologique ;
  • modélisations du développement cognitif et des apprentissages, en particulier en milieu scolaire ;
  • identification de biomarqueurs utiles au diagnostic précoce, à l’évaluation de l’efficacité des interventions et des stratégies de prévention dans l’autisme ;
  • stratégies éducatives, thérapeutiques et/ou interventionnelles innovantes.

Les projets sur l’autisme doivent se référer aux classifications internationales en vigueur et, si nécessaire, à l’utilisation des référentiels recommandés par la Haute autorité de santé.

 

Qui peut répondre ?

Le porteur de projet principal doit obligatoirement être un permanent d’une structure de recherche française publique ou privée à but non lucratif.

Quels critères de sélection ?

Les demandes doivent impérativement faire état d’un projet collaboratif multidisciplinaire,  parmi les disciplines suivantes :

  • pédopsychiatrie, psychiatrie, psychologie, neuropsychologie ; 
  • pédiatrie, périnatologie, neuropédiatrie ; 
  • sciences cognitives dont psychologie cognitive ;
  • neurosciences, dont neurosciences computationnelles et neuro imagerie ;
  • épidémiologie, modélisation ;
  • génétique ;
  • sciences de l’éducation.

Le comité porte une attention particulière à la complémentarité des équipes impliquées dans les projets présentés et à l’aspect pluridisciplinaire en recherche translationnelle. Les projets non collaboratifs sont d’emblée exclus.

En revanche, les recherches sur des modèles animaux sont éligibles si elles éclairent les mécanismes d’apprentissage de l’enfant ou contribuent à de nouvelles pistes de recherche de nature à éclairer la compréhension de l’autisme.

 

Les modalités de soutien

Ces aides peuvent être pluriannuelles (d’une durée maximale de trois ans). Elles peuvent notamment être destinées à l’accueil de chercheurs doctorants (financements pour trois ans maximum) et/ou post-doctorants (financements pour deux ans maximum).

Pour information, les montants des financements accordés par projet collaboratif ne peuvent dépasser 250 000 €.

 

Le comité d'experts

Le comité d’experts qui évaluera les projets est composé de spécialistes et/ou acteurs de la santé et de la recherche en neuro-développement, issus de toute la France.

Président

Pierre Gressens
Directeur de recherche, responsable du laboratoire de neurosciences (UMR 1141 Inserm - Université Paris Diderot), hôpital Robert Debré, Paris

Membres

Jamel Chelly
Professeur des universités, praticien hospitalier en génétique et responsable du laboratoire de diagnostic génétique; directeur de l'équipe « Génétique et physiopathologie de maladies neuro-développementales et épileptogènes », hôpitaux universitaires de Strasbourg.

Richard Delorme
Professeur des universités, praticien hospitalier, chef du service de Psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, hôpital Robert Debré, Paris

Christine Deruelle
Directrice de recherche CNRS, Institut de Neurosciences de la Timone, Marseille

Jessica Dubois
Chargée de recherche, unité de Neuro-imagerie cognitive, Inserm U 992, CEA NeuroSpin, Gif-sur-Yvette

Jérôme Fauconnier
Médecin responsable de l'information médicale au CHU de Grenoble, chercheur associé de l'équipe « Techniques pour l'Evaluation et la Modélisation des Actions de Santé» (ThEMAS), université de Grenoble

Marie Gomot
Chargée de recherche, Inserm UMR 930 « Imagerie et cerveau », centre de pédopsychiatrie, CHU Bretonneau, Tours

Stefania Maccari
Professeur en neurosciences, responsable de l'équipe « Glycobiologie des maladies liées au stress »

Stéphane Marret
Professeur des universités, praticien hospitalier, chef du service Pédiatrie néonatale et Réanimation, Hôpital Charles-Nicolle, membre de l'équipe Inserm ERI 28 « Neovasc », Rouen

Sharon Peperkamp  
Directrice de recherche CNRS, directrice du département de Sciences cognitives de l’Ecole normale supérieure, Paris

Mario Speranza
Professeur des universités, praticien hospitalier de Psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent et chef de service au centre hospitalier de Versailles; directeur de l'unité de recherche EA 4047 HANDIReSP, Saint Quentin en Yvelines

Laurent Villard
Directeur de recherche, responsable de l'équipe de Neurogénétique humaine, Inserm UMR S 910 - Equipe 1, faculté de médecine de la Timone, Marseille