Interview

Questions à une femme engagée : Patricia Rousseau

13/03/2019
vignette-prousseau.jpg

Patricia Rousseau a rejoint la Fondation de France en 2017 en tant que bénévole. Particulièrement sensible aux questions de parentalité et à celles qui touchent la jeunesse, cette ancienne assistante sociale instruit des demandes de subvention sur tout le territoire la Fondation de France Nord.

Pourquoi vous être engagée à la Fondation de France Nord en tant que bénévole ?

P.R : « A l’âge de la retraite, après avoir travaillé en tant qu’assistante sociale et avoir été notamment responsable du service social de l’Education Nationale du Pas de Calais, j’ai eu envie de poursuivre mon action auprès des jeunes. Je me suis dit que mes compétences professionnelles pouvaient être encore utiles et que je pouvais les mettre au service d’autres personnes. Je voulais donner de mon temps à une activité bénévole en lien avec mes compétences acquises pendant toutes ces années. C’est grâce à une amie, elle-même bénévole à la Fondation de France, que j’ai pris contact avec l’équipe régionale. »

Quelle y est votre mission ?

P.R : « Bénévole depuis novembre 2017, je me suis engagée dans un domaine que je connais bien, en instruisant des demandes de financement sur les questions de parentalité et de santé des jeunes. Je suis également référente dans le cadre d’un programme spécifique qui alloue des bourses à de jeunes majeurs sans soutien familial. Concrètement, je vais sur le terrain à la rencontre des porteurs de projet pour échanger sur leur projet et rédiger un rapport d’instruction sur la base duquel un jury composé de bénévoles statuera. Aller sur le terrain pour comprendre le projet au regard des critères des appels à projets, c’est tout l’intérêt que je trouve à la démarche ! Nous veillons à ce que les dons confiés à la Fondation de France soient redistribués de la façon la plus efficace et la plus utile possible. »

« Aller sur le terrain pour comprendre le projet, c’est tout l’intérêt que je trouve à la démarche. » 

Que vous apporte votre implication à la Fondation de France Nord ?

P.R : « Je trouve qu’intellectuellement ça fait du bien, c’est important. On rencontre des personnes très intéressantes et engagées qui nous permettent de découvrir encore mieux les enjeux de notre territoire. En tant que citoyenne, bien connaitre son territoire me paraît essentiel ! Je côtoie aussi les autres bénévoles et l’équipe de salariées qui œuvrent tous pour l’intérêt général, et qui sont animés par les mêmes valeurs que moi. On a des échanges authentiques, vrais, respectueux et ça me convient vraiment bien ! »

Le 8 mars était consacré à la journée internationale des droits de la femme. Que pensez-vous de la place des femmes dans notre société ?

P.R : « La place de la femme est un thème qui m’est cher. Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai beaucoup travaillé sur les stéréotypes « garçons-filles » ou « hommes/femmes », c’est un sujet auquel je suis très sensibilisée, tout comme celui de la parité. Pour les projets que j’instruis à la Fondation de France, j’y suis très attentive. J’ai toujours une attention particulière sur la place des femmes et donc sur celles des hommes notamment sur des questions qui touchent à la famille. Au cours de mes rencontres avec les structures associatives, même si cela évolue, j’ai pu constater que cette question était encore d’actualité. Comment les impliquer pour que ce qui concerne l’éducation, la parentalité, la contraception.., ne soit pas qu’une affaire de femmes ?»

Vous serez aussi intéressé par