Bannière de la soirée de la recherche médicale 2016.

Culture

Prix Jacques Monod : Fadel Sayes

Contrer le retour de la tuberculose

Certes, le célèbre vaccin BCG procure une bonne protection contre la tuberculose, jusqu’à 80 % chez les enfants des pays occidentaux. Mais son efficacité contre la tuberculose pulmonaire des adultes peut décliner jusqu’à 0 % dans les zones endémiques comme l’Inde ou l’Afrique du Sud. « On ne le sait pas assez : la tuberculose est une des maladies les plus répandues dans le monde avec 9 millions de nouveaux cas d’infection et 1,5 million de décès dans le monde chaque année », insiste Fadel Sayes.

C’est pourquoi son laboratoire s’investit pleinement dans le développement d’un nouveau vaccin, baptisé delta-ppe25-pe19. Il est constitué d’une souche vivante atténuée de la bactérie responsable de la maladie M. tuberculosis à laquelle des gènes pe/ppe ont été ôtés afin de supprimer sa virulence. « Son efficacité est remarquable, déclare Fadel Sayes : cinq à dix fois meilleure que le BCG. Avec lui, les animaux immunisés sont mieux protégés contre la tuberculose. » Le chercheur s’est lui-même assuré que ce candidat-vaccin induisait des réponses immunitaires plus fortes que le BCG. Lorsque cette souche aura subi une deuxième mutation atténuante, afin de réduire encore sa virulence, il devrait pouvoir être testé sur l’homme.

« Ce prix me remplit de fierté. En le recevant, je pense à mes parents, tous les deux médecins, qui m’ont transmis l’amour de la science, ont été une source inépuisable de connaissance et m’ont toujours soutenu », témoigne Fadel Sayes. Au moment où cette interview a été écrite, en décembre 2016, son père et sa mère se trouvaient en Syrie, dans la ville qui a vu grandir leur fils, à Alep, cité sous les bombes. Lui-même était devenu papa, pour la première fois, quelques jours plus tôt.

Vous serez aussi intéressé par

Fadel Sayes

  • Chercheur post-doctorant, Institut Pasteur, Paris 
  • Unité pathogénomique mycobactérienne intégrée, Institut Pasteur

La Fondation Jacques Monod

La Fondation Jacques Monod a été créée en 1979 par Jacqueline Bernard à la mémoire de ce chercheur, lauréat en 1965 du Prix Nobel de médecine. Elle décerne chaque année un ou plusieurs prix à de jeunes chercheurs ayant entrepris des travaux portant sur les aspects moléculaires des régulations cellulaires. 

Présidé par le Pr Agnes Ullmann, professeur honoraire à l’Institut Pasteur, le jury de ce prix est composé de chercheurs reconnus, dont certains ont travaillé avec Jacques Monod. Cette année, les prix sont dotés de 8000 euros chacun.