accueil-de-refugies-a-marseille-20.jpg

Cap au vert

Prix de la recherche participative 2019

Quatre équipes « chercheurs/citoyens »  distinguées pour des projets d’avenir au service de l’intérêt général 

Pour être efficace, une action d’intérêt général doit être co-construite avec l’ensemble des personnes concernées. Et c’est aussi une réalité pour les travaux de recherche. La Fondation de France lance ainsi, avec le Groupement d’Intérêt Scientifique « Démocratie et Participation », le tout premier Prix de la recherche participative. Il met en valeur et récompense quatre initiatives rassemblant chercheurs, professionnels et citoyens !

Pour la Fondation de France, tout projet solidaire et citoyen doit être pensé en intégrant l’ensemble des acteurs concernés. Un croisement des regards et un partage des savoirs qui sont indispensables pour être efficace ! Cette transdisciplinarité renforce le pouvoir d’agir de chacun.

Le monde de la recherche ne fait pas exception. Les nombreux travaux participatifs menés aujourd’hui, qui associent savoirs académiques, savoirs professionnels et savoirs « vécus » dans toutes les étapes de la recherche, méritent d’être mieux valorisés et partagés.

C’est pourquoi la Fondation de France s’associe avec le Groupement d’Intérêt Scientifique « Démocratie et Participation » afin de lancer le premier Prix de la recherche participative. L’objectif : valoriser des travaux de recherche, dont les premiers résultats permettent d’évaluer la manière dont s’articulent la production de connaissances et l’action mise en œuvre sur le terrain. Chaque équipe lauréate recevra une dotation de 10 000 € pour son projet.

 

Les lauréats de cette première édition seront distingués le jeudi 14 novembre,
à l’occasion de Voix d’Avenir,
événement organisé par la Fondation au Palais des Congrès de Montreuil (93).

 

« A l’heure des réseaux sociaux, le danger serait de croire que tout le monde a la possibilité de s’exprimer et d’agir. Mais en réalité, il n’y a jamais eu autant de personnes laissées au bord de la route. Mais nous ne pouvons pas décréter ce qui est bon pour les personnes, surtout les plus vulnérables, sans les associer étroitement. En soutenant et récompensant ces projets, nous réaffirmons notre conviction profonde depuis 50 ans : chacun, à son échelle, peut apporter sa pierre et contribuer à la construction de notre société », souligne Axelle Davezac, directrice générale de la Fondation de France.

Les quatre lauréats du Prix de la recherche participative :

Réseau Semences Paysannes, un projet « commun » autour de la gestion de la biodiversité cultivée

Créé en 2003, le Réseau Semences Paysannes (RSP) est constitué de plus de 70 organisations, toutes impliquées dans des initiatives de promotion et de défense de la biodiversité cultivée et des savoir-faire associés.

Le projet lauréat est un projet de recherche-action autour de la sélection participative du blé, initié en 2006. Après une première étape de croisements de différentes variétés de blé, des lots de semences ont été distribués dans vingt fermes qui ont formé autour d’elles un collectif composé de chercheurs en sciences sociales, animateurs, paysans, jardiniers, cuisiniers… L’enjeu : produire des connaissances et des méthodes scientifiques originales permettant une gestion « commune » et respectueuse de la biodiversité.

Près de quinze ans après son lancement, l’initiative a essaimé pour impliquer aujourd’hui 100 paysans réunis au sein d’une dizaine de collectifs dans toute la France.

 

PoliCité, pour une meilleure relation entre jeunes et police à Vaulx-en-Velin

Ce partenariat de recherche-action participative est né en 2016, à l’initiative conjointe du centre social Georges-Lévy de Vaulx-en-Velin (Rhône) et de l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l'Etat (ENTPE). L’objectif : participer à un diagnostic des discriminations vécues par les habitants de quartiers populaires, notamment dans le cadre des relations police-jeunes.

Treize jeunes filles et garçons âgés de 13 à 18 ans se sont mobilisés à partir de la rentrée scolaire 2016. Grâce à des ateliers hebdomadaires, ils ont été formés à l’enjeu des discriminations, à la réalisation d’entretiens, et ont ainsi enquêté sur les discriminations. Des séjours d’étude à Paris, Londres et Montréal ont également été l’occasion d’analyser les moyens mis en œuvre pour dépasser ce type de tensions. L’initiative a donné lieu à une bande dessinée, lancée en mai dernier, à l’occasion de la Journée internationale du vivre ensemble en paix.

Aujourd’hui, les jeunes du collectif PoliCité sont conviés aux réunions du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). Ils sont également sollicités pour mettre en place des soirées-débat jeunes-police sur le thème du respect mutuel, mobiliser d’autres jeunes pour les actions de prévention de la ville, intervenir dans les écoles en partenariat avec les professionnels de la sécurité, etc.

Capdroits, une organisation innovante de recherche citoyenne réunissant personnes handicapées, chercheurs académiques et professionnels 

Initiée par l’Institut des Sciences de l’Homme, et dans le cadre des programmes du collectif de chercheurs Contrast, la démarche scientifique et citoyenne Capdroits concerne les conditions d’exercice des droits et de l’accompagnement à la décision. L’objectif : une meilleure appropriation des droits fondamentaux des personnes vulnérables.

Le dispositif lauréat a consisté à mettre en œuvre la méthode dite de « mise en problème public de l’expérience » : avec des trinômes regroupant une personne en situation de handicap, un acteur du champ social et un chercheur, les expériences sont analysées en groupes restreints avant une diffusion collective.

Les effets de ce dispositif ont été multiples. Au niveau personnel, la participation au programme a conduit des personnes en situation de handicap à prendre des décisions relatives à l’exercice de leurs droits. Au niveau collectif, cette recherche a généré la publication d’un manifeste « Tou.te.s vulnérables ! Tou.te.s capables ! » et d’un livre blanc plaidoyer, présentés à des parlementaire et pris en compte dans le groupe de travail interministériel sur la protection des majeurs.
 

Tillandsia, un documentaire réalisé avec des migrants pour mieux comprendre leur parcours

Le collectif Tillandsia composé d’étudiantes en anthropologie et en audiovisuel s’est réuni autour d’un projet : donner à voir une place publique lyonnaise selon le point de vue des personnes qui la fréquentent au quotidien.

Le projet « De bancs en bancs, les oubliés de l'espace public » a consisté à proposer à certains migrants vivant sur cette place des ateliers d’éducation aux techniques audiovisuelles et à l’entretien ethnographique. Ils ont ensuite participé au tournage d’un documentaire de 64 minutes, entre mars et juin 2018 : ils ont interrogé une vingtaine d’autres migrants sur leur parcours, leurs usages de la place ainsi que des lieux qu’ils fréquentent.

Outre l’émancipation des participants, le projet permet de renseigner les liens entre les questions de migration, de territoire et de mémoire. Des projections-débats autour du film ont été organisées. Tillandsia souhaite continuer à diffuser ce documentaire en projection publique, en DVD accompagné d’un livret explicatif à propos du projet et de textes écrits par les participants, et éventuellement via un site internet.

 

Prix de la recherche participative : les membres du jury

Co-présidents du comité de sélection

Loïc Blondiaux (CESSP – Paris 1 / GIS Démocratie & participation)

Yves Henocque (IFREMER - Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer / Fondation de France)

Aude Lapprand (Sciences citoyennes)

Membres du comité de sélection

Pascal Aubert (Association des Paralysés de France- APF France handicap)

Sylvie Blangy (CEFE – CNRS / GDR PARCS)

Martine Bungener (CERMES3 - Centre de Recherche, Médecine, Sciences, Santé mentale, Société)

Agnès Deboulet (UMR LAVUE 7218/ APPUII, Alternative Pour des Projets Urbains Ici et à l’International)

Claude Ferrand (ATD Quart Monde)

Baptiste Godrie (CREMIS, Université de Montréal)

Jean-Luc Grosbois (Fédération des Centres sociaux)

Marcel Jaeger (LISE, Cnam)

Pierre-Benoît Joly (INRA / LISIS - Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés / ALLISS – Association pour l’Alliance Sciences Sociétés)

Romain Julliard (CESCO – Centre d’Ecologie et des Sciences de la Conservation, Muséum National d’Histoire Naturelle)

Alain Kaufmann (Le ColLaboratoire, UNIL – Université de Lausanne et ALLISS – Association pour l’Alliance Sciences-Sociétés)

Isabelle Laudier (Caisse des dépôts)

Bénédicte Madelin (Coordination nationale Pas Sans Nous)

Anne Petiau (CERA - Buc Ressources/CHIMM et LISE - CNAM/CNRS)

 

Comité d’organisation du Prix de la recherche participative

Fondation de France

Marion Ben Hammo, Responsable programmes et fondations emploi - ESS - démarches participatives

Thierry Gissinger, Responsable programme Environnement

GIS Démocratie & participation

Marion Carrel (CeRIES, Université de Lille), co-directrice du GIS Démocratie & participation

Jean-Michel Fourniau (Dest-Ifsttar et Gspr-EHESS), Président du GIS Démocratie & participation