Des enfants philippins sourient devant la caméra.

Portrait de philanthrope

Brigitte Battistella

Philanthrope pour les plus vulnérables

Dans la Rome antique, la déesse Empanda symbolisait la solidarité, l’espoir, l’amitié et la générosité. Deux millénaires plus tard, les époux Battistella ont redonné vie et sens à cette divinité en baptisant de son nom leur Fondation, créée sous l’égide de la Fondation de France en 2012. « Empanda soutient les associations à caractère social et citoyen qui œuvrent en faveur des personnes vulnérables, enfants comme adultes, pour les aider à s’épanouir dans leurs projets individuels ou collectifs » indique Brigitte, ancienne enseignante, administratrice de la Fondation aux côtés de son mari Florent.

« Mon engagement est né dès 2008 avec l’association Band’ A Goss, que j’ai créée avec l’espoir de gommer les différences entre enfants ordinaires et enfants extra-ordinaires, porteurs de handicaps ou blessés par la vie » retrace Brigitte. L’idée : « Vivre ensemble nos différences », faire taire la crainte de l’autre, laisser place au bonheur d’être ensemble autour d’un projet pédagogique commun, au sein d’ateliers, pendant des sorties. Aujourd’hui, Empanda soutient une vingtaine d’associations, une autre façon de faire bouger les lignes : Enfants d’Asie (éducation de minorités ethniques au Laos), Enfants de la Lune (protection d’enfants allergiques au soleil), Halte 33 (accueil de nuit des SDF bordelais), etc. Chaque année, douze à quinze projets sont aidés, à hauteur d’environ 2 500 euros chacun.

« Mon équipe et moi-même nous mettons un point d’orgue à rencontrer toute association qui demande notre soutien financier, en privilégiant les petites structures qui débutent et sont dénuées de moyens » souligne Brigitte. Une conscience humanitaire que cultive aussi Florent, en soutenant une ferme bio de Léognan (Gironde) à vocation d’insertion sociale et professionnelle.