Amphitéatre d'une conférence de la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la Jeunesse

Portrait de philanthrope

Olivier d’Agay

Philanthrope au nom d’un héritage universel

 

Antoine de Saint-Exupéry était le frère de sa grand-mère. Ses auteurs préférés sont les contemporains de son grand-oncle, Kessel, Camus et Zweig. Olivier d’Agay a grandi dans la légende de l’aviateur-écrivain dont le conte philosophique, Le Petit Prince, est l’œuvre la plus traduite au monde.

Lorsqu’il prend en 2005 la tête de la succession familiale, dépositaire d’un « héritage moral » à portée planétaire, il souhaite « redonner ce qu’il a reçu par le hasard le plus complet ». Créée en 2008, la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la Jeunesse consacre 300 000€ par an à des actions pour l’éducation et l’insertion des jeunes, en France et dans le monde (Brésil, Cambodge, Mali, Maroc, Salvador…). La Fondation s’appuie sur divers partenariats : accès à la culture avec la Fondation Réunica Prévoyance, ventes aux enchères de montres de la maison suisse IWC, prélèvements sur les nuitées enfants dans les hôtels Sofitel… Nourrie des valeurs de l’illustre ancêtre, elle finance aussi des bourses pour l’Institut du Service Civique et des brevets de pilotes et de parachutistes de l’Armée de l’Air.

Plus attaché à la qualité de l’engagement qu’au volume des actions menées, Olivier d’Agay souligne l’ « impérieuse obligation » de mobiliser la communauté mondiale des admirateurs de Saint-Exupéry pour « les embarquer dans une autre expérience fabuleuse : la philanthropie ».