Une chercheuse à l'institut de la vision en 2013.

Portrait de fondation

Portrait de fondation : Philippe Chatrier

Un trophée pour la mémoire

Ancien champion et grand modernisateur du tennis en France, Philippe Chatrier est mort des suites de la maladie d’Alzheimer en 2000. Aussitôt, son fils Jean-Philippe se mobilise et crée une fondation au nom de son père, dédiée à la recherche contre cette maladie et financée par un tournoi… de golf !

Après la mort soudaine de Jean-Philippe en juillet 2010, Catherine Sabbag-Nahoum devient présidente de la Fondation. Proche de Jean-Philippe, elle se présente volontiers comme un relais. L’énergie de Catherine Sabbag a permis à la Fondation de connaître une année riche en action et en projet.

Faciliter la mobilité des chercheurs

Afin d’aider efficacement la recherche en faveur de la maladie d’Alzheimer, la Fondation Philippe Chatrier a créé une bourse permettant à des étudiants de haut niveau d’aller passer une année dans un centre d’excellence, en France ou à l’étranger, dans le cadre de leur parcours hospitalo-universitaire ou de recherche. Un chercheur peut ainsi développer un projet en y apportant ses compétences, y apprendre des techniques innovantes et aider au développement d’un réseau de relations scientifiques indispensable à la progression de la recherche qui, aujourd’hui, ne peut être que pluridisciplinaire. Cette année, deux lauréats ont été récompensés : les docteurs Catherine Marqueur et Renaud La Joie. Tous deux ont reçu une bourse de 30 000 euros pour poursuivre respectivement leur projet de recherche aux universités de Columbia et de Berkeley.

Une gouvernance collégiale de référence

Ces lauréats ont été sélectionnés par le collège scientifique de la Fondation, composé du docteur Philippe Koskas et des professeurs Jacques Philippon et Jean-Jacques Hauw, membres de l’Académie Nationale de Médecine. « On ne peut pas lever des fonds auprès de généreux donateurs et ne pas être absolument certain que les fonds seront utilisés le plus efficacement possible », précise la présidente. A leur côté, la Fondation réunit deux autres collèges : un collège fondateur où siègent notamment la présidente et les héritiers Chatrier, et un collège sportif où figure Jean Gachassin, l’actuel président de la Fédération Française de Tennis, successeur de Philippe Chatrier à ce poste. Tous bénévoles, ils entourent Catherine Sabbag qui organise, pour financer la Fondation, un tournoi de golf.

Le sport pour financer la fondation

En 2017, le trophée Philippe Chatrier connaît sa seizième édition. Le tournoi de golf, l’autre passion de Philippe Chatrier, attire donateurs et sponsors et est ouvert à tous, avec une grande finale au célèbre golf le Lys Chantilly dans l’Oise. Le modèle a fait ses preuves, pourquoi ne pas l’adapter au tennis ? C’est ce que Catherine Sabbag convainc Jean Gachassin de faire. Lors du Comité exécutif de la Fondation d’octobre 2012, ce dernier s’engage à créer ce tournoi ouvert à tous les niveaux en 2014, avec des phases qualificatives dans toutes les régions qui culmineraient dans une finale sur le court central de Roland Garros. Celui même qui, depuis 2001, porte le nom de… Philippe Chatrier.

Vous serez aussi intéressé par