Des jeunes posent devant l'appareil

Portrait de philanthrope

Pierre-Hervé Gautier

Philanthrope reconnaissant

Au décès de son parrain en 2006, Pierre-Hervé Gautier décide de créer la Fondation Robert Abdesselam en sa mémoire à partir d’un legs versé à la Fondation de France. D’origine franco-kabile, Robert Abdesselam a été à la fois un grand champion de tennis, un brillant avocat et un député engagé, après une très belle guerre. « Bob » avait un lien privilégié avec son filleul Pierre-Hervé Gautier, qu’il appelait « mon fils ». Le legs a aussi permis de créer la Fondation René Lacoste.

Les deux fondations interviennent notamment en faveur de l’éducation par le sport pour les enfants défavorisés à travers les valeurs de l’engagement, du goût de l’effort, du respect des règles. En France, en partenariat avec les Apprentis d’Auteuil, une école de tennis a été créée à partir d’un foyer d’enfants pour atteindre une ampleur nationale : 400 jeunes jouent une fois par semaine et se rencontrent lors d’un tournoi inter-régional. Au Burundi, avec Sport Sans Frontières, des enfants très fragilisés bénéficient d’une formation dite « playdagogie » à partir d’activités sportives transmettant des messages éducatifs sur le paludisme, le sida ou le planning familial.

Pour Pierre-Hervé Gautier, chaque action est « un îlot de réponse dans un océan de besoins » mais le talent et l’engagement des porteurs de projets sont essentiels. C’est ceux qui sont « sur le terrain », tels des sportifs, que le philanthrope veut saluer.