Un chercheur remplit une éprouvette.

Recherche et solidarité

PAUSE, le programme d’aide à l’accueil en urgence des scientifiques en exil

20/09/2017

PAUSE, le programme national d’aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil est une initiative lancée en janvier 2016 par le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation soutenu pas les établissements d’enseignement supérieur et les organismes de recherche, les acteurs économiques et la société civile. Il est piloté par le Collège de France et abrité à la Chancellerie des universités de Paris avec le soutien de la Mairie de Paris.

Les crises géopolitiques qui se multiplient à travers le monde affectent les libertés académiques de nombreux chercheurs et mettent parfois en péril leur vie et celle de leurs proches. Cette situation appelle une réponse forte de la part des sociétés ouvertes et démocratiques. La France, contrairement à d’autres grandes démocraties (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne), était dépourvue de dispositif d’aide aux scientifiques menacés.

PAUSE, qu'est-ce que c'est ?

Ce programme national permet aux établissements français d’enseignement supérieur et de recherche d’accueillir des scientifiques menacés qui fuient leur pays et de faciliter leur recrutement.

Les soutiens financiers versés aux établissements en co-financements peuvent couvrir les frais d’accueil (suivi médical et psychologique, accès au logement) et une part de la rémunération pour les activités scientifiques, au même titre que pour un autre scientifique qui travaille en France.

En septembre 2017, PAUSE soutient 63 scientifiques en exil, dont 48% de femmes. 35% sont de jeunes chercheurs et 65% sont des chercheurs confirmés qui par leur expertise viennent aussi renforcer l’environnement scientifique de la France.  Chaque dossier est évalué par un comité de parrainage au regard de l’urgence qui pèse sur le scientifique, de son parcours académique et du dispositif d’insertion proposée par l’établissement d’accueil.

50 établissements d’enseignement supérieur et organismes de recherche sont mobilisés à ce jour dans toute la France : Angers, Aix Marseille, Dijon, Lille, Montpellier, Lyon, Nantes, Nice, Paris, Rennes, Rouen, Strasbourg, Tours … Les établissements souhaitant participer au programme PAUSE, peuvent déposer un dossier à l’occasion du nouvel appel à candidatures à échéance du 20 septembre 2017. http://www.college-de-france.fr/site/programme-pause/Procedure-de-constitution-des-dossiers.htm

 

Qui sont les scientifiques en exil soutenus par PAUSE ?

Les scientifiques contraints à l’exil cherchent  à sauver leur vie et leurs libertés, dont la liberté académique.

Ce sont des intellectuels, des scientifiques de haut niveau qui développent un esprit critique, qui questionnent les sociétés, qui remettent en cause des préjugés et des opinions. A ce titre, ils sont particulièrement ciblés par toutes les formes de régimes autoritaires, totalitaires ou des groupes armés. Ils sont les premiers visés par les purges, persécutés, privés de liberté, parfois exécutés. Ce sont des victimes, comme leurs concitoyens, lorsque la guerre fait rage dans leur pays.

Ils sont issus de toutes les disciplines scientifiques (environnement et énergie, santé, génie civil, génie de l’ingénieur, sociologie, histoire, philosophie, sciences politiques….) et origines géographiques (Moyen Orient, Afrique, Amériques, Asie, Europe centrale et orientale).

Un fonds de souscription sous l’égide de la Fondation de France est ouvert pour recevoir les dons.

Ce programme témoigne de l’engagement unique de la société française dans toutes ses composantes, citoyens et citoyennes, enseignants, chercheurs, étudiants, universités, entreprises et pouvoirs publics pour défendre les libertés, renforcer l’attractivité scientifique de la France, réinventer des formes d'hospitalité, et s’ouvrir au monde.