Portrait de Mathilde Chevalier-Pruvo

Vulnérabilité & précarité

Nourritures spirituelles

Mathilde Chevalier-Pruvo

Cette Nordiste, très attachée à sa ville natale de Roubaix, a un père radiologue et appartient à une famille de médecins. Après avoir songé à suivre la même voie, elle finit par étudier les sciences politiques. Puis cette jeune femme de 29 ans bifurque vers la philosophie. Elle entreprend une thèse sur la manière dont la philosophie peut constituer un élément de soin, façon de renouer le lien avec sa vocation d’origine.

Militante associative de longue date, Mathilde Chevalier-Pruvo s’implique depuis quelques années dans l’aide aux personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire. La doctorante explique comment l’anorexie s’apparente à une expérience philosophique qui remet en cause les idées reçues et questionne les évidences. Pour l'anorexique, il ne va plus de soi de manger, de se préoccuper de son corps ou de nouer des liens avec autrui. La philosophie peut aider les malades à mettre des mots sur ce vécu pour ne plus le subir.

Elle s’est occupée au départ de l’Endat (éducation nutritionnelle des diabétiques et d’aide aux troubles du comportement alimentaire) et préside aujourd’hui la FNA-TCA, la fédération nationale qui rassemble une trentaine d’associations qui interviennent sur le même genre de pathologies.
L’Endat propose des ateliers de psychomotricité, de psychologie, de sophrologie, de kinésithérapie et… des Cafés Philo. La FNA-TCA propose des formations d’écoute et favorise le dialogue avec les acteurs de santé. La Fondation de France finance certaines de ces activités et aide aussi à monter des colloques pour favoriser la prise en charge de cette pathologie qui touche 600 000 personnes en France.

D'autres portraits de jeunes