Grand Est

A Mulhouse, une Maison pour accueillir les adultes autistes

En France, les places pour les adultes autistes sans déficience intellectuelle (DI) dans le secteur médico-social sont très limitées. Pourtant, les autistes adultes sont nombreux. Ils représentent environ 1% de la population. Dans la région Grand Est particulièrement, peu de structures sont en capacité de prendre en charge ces personnes. Face à ce constat, Gaël Le Dorze, lui-même atteint de troubles autistiques sans DI, a fondé la Maison de l’autisme à Mulhouse (MAM) en 2017, soutenue par la Fondation de France dès sa création. Décryptage.

Un modèle inédit

Ouverte à tous et conviviale, la MAM a été créée à l’initiative d’une personne autiste, pour des personnes autistes. L’objectif : favoriser l’autonomie des personnes autistes, leur socialisation et leur insertion professionnelle. « Mais ce n’est pas tout, précise Gaël Le Dorze, le fondateur. Cette structure vise aussi à encourager les rencontres, et à faire de la sensibilisation auprès des personnes non atteintes de troubles autistiques ».

La pair-aidance est au cœur de cette Maison. Concrètement, les personnes autistes aident et soutiennent les autres personnes autistes​, à travers des conseils, des témoignages, des activités, etc. Ainsi, la MAM est devenue le premier groupement d’entraide mutuelle (GEM) autisme en France. « L’objectif principal du GEM est de favoriser la socialisation et la communication avec d’autres personnes, explique Gaël Le Dorze. Ce sont deux aspects difficiles pour les personnes autistes, dans leur vie quotidienne ».​

Très ancrée dans sa région, la MAM bénéficie du soutien de la Fondation de France depuis ses débuts, via La mécanique des idées, qui oeuvre dans le Grand-Est dans le cadre du programme Dynamiques territoriales.

Un accompagnement complet

Ouverte du mardi au samedi, la Maison organise deux à trois animations par semaine : café-rencontres, sorties, ateliers créatifs… Par exemple, l’atelier sur les habiletés sociales se concentre sur les astuces pour bien communiquer, l’art d’engager et de clore une conversation ou de faire face aux critiques.

Ce lieu a se veut chaleureux, comme en témoigne son aménagement : une bibliothèque équipée d’un grand canapé et bien garnie, avec des ouvrages spécialisés sur l’autisme mais aussi des romans policiers ou des BD, une pièce « zen » avec fauteuil, lumières tamisées et vidéoprojecteur, une cuisine équipée, un atelier artistique, un centre de formation. Chaque jour, la Maison est investie par les adhérents, pour participer aux ateliers ou pour simplement profiter de l’ambiance calme et du répit que le lieu offre.

accueil1.jpg

Depuis sa création, l’association s’est bien développée. Et les futurs projets commencent déjà à naître, notamment sur l’accompagnement professionnel. « Nous cherchons à développer le réseau auprès des entreprises pour aider à l’insertion professionnelle. Nous sentons également un besoin de sensibilisation sur l’autisme en milieu professionnel. Beaucoup de questions se posent, au niveau de l’employeur comme du salarié : faut-il aménager le poste de travail ? Faut-il parler de ce handicap en entreprise ? », précise Gaël Le Dorze. « Nous avons aussi un projet de logement inclusif, pour pouvoir accompagner au mieux les adultes autistes sans déficience intellectuelle », conclut-il.

La Fondation de France, premier soutien de la Maison de l’Autisme

Innovation, proximité, ancrage local, partage... Pour toutes ces raisons, la Maison de l’Autisme est soutenue depuis ses débuts par La mécanique des idées, qui fait partie du programme Dynamiques territoriales de la Fondation de France.

Le concept : favoriser l’émergence d’idées innovantes, collectives, qui ont le potentiel d’améliorer la vie quotidienne, de créer du lien et de faire naître de nouvelles formes de solidarités, puis accompagner ces idées, du concept à leur réalisation.

En savoir plus