Point de vue

Mon chemin vers la philanthropie, une histoire d’amour…

Il y a bientôt dix ans, alors que je rencontrais un joli succès dans ma carrière en naviguant entre les plateaux de télévision en France et à l’international, j’ai eu une double révélation. Une révélation professionnelle, d’abord : les médias ont un poids énorme dans notre société et en relayant constamment des contenus de violence et des messages de peur, ils rongent les hommes de l’intérieur et les paralysent. À ce stade, je ne pouvais plus rester passive devant ce terrible constat. Mais ce que je savais faire, ma passion, c’était le journalisme. J’ai donc décidé de faire du journalisme autrement, avec espérance, pour nourrir notre société d’autre chose que de noirceur et de cynisme, pour donner à voir le beau et le bon dans notre monde.

La seconde révélation est liée à mon histoire personnelle : j’ai pris conscience que j’avais été élevée par de très grands philanthropes. Pas au sens où on l’entend d’habitude, car mes parents n’avaient pas le sou. C’était un couple très modeste du Nord de la France : mon père avait repris la quincaillerie familiale et ma mère était femme au foyer. Mais quel foyer justement ! Mes parents ont adopté, au cours de leur vie, une vingtaine d’enfants des quatre coins du monde, de toutes origines, qui étaient considérés comme « inadoptables », tant ils étaient cabossés par la vie, physiquement et affectivement. Ma mère naturelle souffrant de lourds troubles psychiques, j’ai moi aussi été recueillie sous leur toit, et j’ai grandi au milieu de cette improbable tribu arc-en-ciel.  Si le philanthrope est amoureux de l’humanité, alors il n’y a pas sur terre de plus grands philanthropes que mes parents. C’est sous leur regard que j’ai pris conscience que j’étais aimée, et que j’ai appris à aimer en retour.

C’est cette force d’amour, que j’avais reçue d’eux, qui m’a poussée à me lancer dans l’aventure du Projet Imagine. Cette ONG d’information, que j’ai fondée en 2010, a pour objet de réaliser des films faisant le portrait de « héros anonymes », de personnes qui ne font pas de bruit mais déplacent des montagnes. Ces films diffusés sur les chaînes de télévision du monde entier portent auprès de nos contemporains un message d’espérance et démontrent la puissance de l’amour. Notre ONG est maintenant dotée du statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations Unies.

Et de l’inspiration naît l’action. Le Projet Imagine grandit au-delà de mes espérances : le Mouvement Imagine rassemble toutes les femmes et tous les hommes touchés par notre message et qui veulent, à leur tour, agir pour le relayer. Ils peuvent le faire de façon anonyme dans leur quotidien, ou de façon plus organisée et structurée : nous développons donc actuellement une offre d’accompagnement à destination des écoles, des collectivités, des entreprises et même des prisons.

La philanthropie est une histoire d’amour, et l’humanité toute entière y est conviée ! Car la philanthropie est précisément le chemin pour que chacun de nous puisse retrouver et révéler ce qui fait son humanité…

 

Portrait de Frédérique Bedos : fondatrice du Projet Imagine

L'auteur

Frédérique Bedos, fondatrice du Projet Imagine

Journaliste, Frédérique Bedos raconte les deux révélations qui l’ont conduite à la philanthropie et à la création de son Projet Imagine, une ONG d’information en plein essor.

Inscrivez-vous à la lettre de la philanthropie

>> Découvrir les anciens numéros