banniere_marcevol.jpg

Patrimoine

A Marcevol, « patrimoine » rime avec culture et écologie

19/09/2019

A l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2019, focus sur le prieuré de Marcevol. Tombé en ruines au fil du temps, sauvé par un groupe de passionnés, Marcevol est aujourd’hui un lieu rénové, protégé et tourné vers l’avenir. Avec une démarche environnementale soutenue par la Fondation de France.

Des concerts. Des huiles essentielles. Un potager participatif. Des séminaires d’entreprise. Des classes vertes. Des expos… Leurs point commun? Le Prieuré de Marcevol, dans les Pyrénées-Orientales. Ce site roman fondé au XIIème siècle est aujourd’hui une véritable ruche, débordant de vie et d’activités… après avoir longtemps été abandonné !  C’est dans les années 1970 qu’un groupe de passionnés, bénévoles, s’attèle à sauver le bâtiment enfoui sous les ronces. L’association deviendra une Fondation reconnue d’utilité publique en 2001, et la conservation du prieuré pourra bénéficier d’aides publiques.

La fondation continue à mener des recherches sur l’étude du bâti et sa préservation architecturale. Mais le prieuré est aussi devenu un lieu de vie, de culture, et d’engagement environnemental. Aujourd’hui s’ouvre une nouvelle phase de son histoire : la mise en cultures de ses espaces extérieurs. Objectif : produire d’ici à 3 à 5 ans une gamme variée de produits locaux de qualité, issus de l’agriculture biologique, à haute valeur ajoutée et labélisée, via une marque spécifique. Avec des méthodes innovantes : le projet relève le défi de l’agriculture en milieu sec, testant et développant des pratiques agricoles économes en eau.

Point fort de la démarche : concilier production agro-écologique (préservation du paysage, produits alimentaires et phytothérapeutiques), démarche éducative (potager expérimental, organisation de séjours de formation…), et dynamique entrepreneuriale (création d’emplois, partenariat avec les éleveurs et les apiculteurs, mise en réseau…). Cerise sur le gâteau : un volet « recherche participative» est mené par les salariés de la fondation, aidés d’étudiants. Il consiste à suivre les évolutions sur les parcelles travaillées (relevé des paysages, des papillons et de l’évolution des plantes aromatiques et des amandiers) puis à valoriser les observations lors d’un atelier-séminaire sur site et d’une journée grand public. La Fondation de France soutient ce nouvel élan, «  Il répond à la nécessité de développer sur les territoires des « lieux-ressources », contribuant concrètement à la transition écologique » souligne Thierry Gissinger, responsable du programme Environnement.

L’équipe du prieuré de Marcevol était présente cette année au Forum de Montpellier pour la journée « Des arbres dans nos assiettes » co-organisée par la Fondation de France et l’association française d’agroforesterie en introduction du 4e congrès mondial d’agroforesterie.