Maladies psychiques

Lutter contre ces maladies qui brisent tant de vie

Parce qu’elles se déclenchent tôt (souvent avant 25 ans), les maladies psychiatriques compromettent la vie entière du malade dès son entrée dans la vie adulte. Les chances de rémission et la réponse aux traitements sont meilleures pendant les premières années de la maladie. « Pourtant, en France, plus de 10 ans sont nécessaires en moyenne pour diagnostiquer une personne atteinte de schizophrénie et 5 ans pour les personnes bipolaires » explique le Professeur Bruno Giros, président du Comité Recherche Maladies Psychiatriques de la Fondation de France. En parallèle, les traitements ont très peu progressé ces dernières décennies contrairement à d’autres pathologies.

Les malades et leurs proches sont cependant en droit d’être pleins d’espoir pour l’avenir. Les sciences et techniques biomédicales (génétique, neurologie, imagerie) ont largement progressé et les neurosciences permettent aujourd’hui de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau. La Fondation de France a décidé de lancer un vaste programme pour encourager et soutenir les meilleurs projets de recherche français et ce, selon trois axes :
identifier des solutions de diagnostics rapides, évaluer les bénéfices des pratiques thérapeutiques existantes et développer à terme de nouveaux traitements.

Le retard français

Selon une enquête réalisée par l’institut Ipsos en 2014, 70 % des Français sont très peu informés sur ces troubles mentaux.

Autre retard pointé par l’étude : trop peu de données épidémiologique et d’informations quantifiées sont disponibles en France. Seuls 3 % des crédits publics en recherche en santé sont consacrés à la recherche en psychiatrie, contre 7 % au Royaume- Uni ou 12 % aux Etats- Unis. Pourtant, chaque année, les pathologies psychiatriques sont le premier poste de dépense hospitalière et coûtent au global 107 milliards d’euros à la France selon la Cour des Comptes.

Vous serez aussi intéressé par