technologies_interet_general.jpg

Recherche & innovation

Les technologies, moteurs d’intérêt général ?

Le numérique pour les personnes âgées : l’une des applications des technologies au service de l’intérêt général.

Les technologies sont partout dans la vie… pour le meilleur ou pour le pire ?
Avec la Fondation de France se mobilisent les acteurs de la philanthropie convaincus qu’innovation technologique et intérêt général doivent se conjuguer.

Tout a commencé… dans la rue. Mobilisée par le nombre croissant de sans-abri confrontés au grand froid, l’association Femmes de demain décide de développer une solution pour parer à l’urgence : l’idée du « Manteau d’avenir » est née. Un manteau pour le jour se transformant en duvet la nuit, conçu pour résister à des températures de -5°, grâce à un isolant provenant de produits recyclés. Traité anti-bactérien, facilement transportable, fabriqué en France… « Ce produit à la fois technique et solidaire nous a immédiatement intéressés, explique Bertrand Delesalle, président de la Fondation Today Tomorrow Textiles, qui a financé la fabrication des premières séries et leur distribution lors d’une maraude à Lille en 2017. La démarche était en effet en ligne avec notre projet : accélérer la recherche et la promotion des solutions textiles T innovantes, particulièrement dans les domaines du développement durable et de l’humanitaire ».

manteau_davenir.jpg

Lutte contre l’exclusion, mais aussi progrès médicaux, traitement des pollutions, transition énergétique, mobilités intelligentes, accès à la connaissance ou encore développement des mégalopoles : pour tous ces défis du XXIe siècle, la technologie est une partie de la réponse.

C’est pourquoi la Fondation de France accompagne ce mouvement qui rapproche culture scientifique et missions sociétales. « Entre les fondations d’établissements d’enseignement, les fondations d’entreprises ou de particuliers, ce sont 30 structures abritées qui agissent dans ce domaine, précise Frédéric Bérard, référent fondations. Elles mobilisent collectivement quatre millions d’euros par an en moyenne, répartis entre bourses aux étudiants ou chercheurs, et subventions aux projets innovants. »

 

Susciter les vocations

Si le monde de demain a besoin d’ingénieurs… il faut susciter les vocations et encourager les talents.

« Un enjeu majeur : trop de bacheliers se détournent de la formation d’ingénieurs ! » souligne Laurent Billès-Garabédian, président d’honneur des anciens élèves de l’École polytechnique et vice- président d’Ingénieurs et scientifiques de France. « Et parmi nos étudiants, seuls 15 à 20 % sont des filles, alors qu’on ne manque pas de lycéennes brillantes en terminale S. De même, certains jeunes manquent d'information ou n'ont pas les codes sociaux pour poursuivre vers des études scientifiques ». Il y a là une perte de chance, pour la société dans son ensemble comme pour les individus, en termes d’emplois non pourvus et d’opportunités industrielles manquées. Les fondations d’écoles d’ingénieurs se mobilisent donc naturellement pour soutenir la scolarité des étudiants en difficultés sociales, pour permettre la mobilité internationale, pour encourager la diversité.

La Fondation Centrale Initiatives, qui regroupe les écoles Centrale de Lille, Nantes et Marseille a ainsi versé plus de 400 000 euros, depuis sa création en 2005, à quelque 250 bénéficiaires. « Cette année, nous soutenons par exemple Ajar Hallal, une jeune doctorante marocaine, qui grâce à sa bourse peut développer son projet de logiciel d’usinage innovant et participer au montage d’une start-up, dans un laboratoire de l'école Centrale de Nantes », précise Laure Quedillac, responsable de la fondation pour Centrale Nantes.

Pour une écologie des relations hommes-machines

Par Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, membre de l'académie des technologies, auteur de Le Jour où mon robot m’aimera : vers l’empathie artificielle, paru chez Albin Michel

serge_tisseron1.jpg

Avec le numérique, nous vivons une période de ruptures technologiques majeures, qui suscite des réactions extrêmes. Certains voient dans l’intelligence artificielle la solution à tous les périls… d’autres la fin de la civilisation ! Défendre, comme le fait la Fondation de France, une vision inclusive de l’innovation technologique, c’est une approche exigeante qui nous renvoie à notre responsabilité : la technologie sera ce que nous en ferons.

Nous avons été, il est vrai, en partie dépassés par la place des smartphones et écrans dans nos vies. Cette expérience doit nous amener à mieux penser la nouvelle ère qui s’annonce, celle de la robotique. Quelle place voulons-nous pour les robots ? Comment développer des usages qui favorisent la sociabilité, l’autonomie et l’humanité ?

Nous avons sur ces sujets un pouvoir d’initiative ! Ces questions engagent nos responsabilités de parents, de citoyens, de consommateurs… et bien sûr quand c’est le cas, d’ingénieur et d’entrepreneur !

L’innovation au service du bien commun

Au-delà de la formation et de la recherche, l’émergence d’une société créative et résiliente passe aussi par le soutien à la conception de solutions, de produits, de procédés innovants. C’est une des missions de la Fondation Norbert Ségard, qui soutient chaque année de nouvelles promotions d’ingénieurs-créateurs d’entreprises.

Des jeunes pousses brillantes comme Constance Madaule, lauréate 2017, qui a développé une nouvelle méthode de fabrication de soie naturelle, selon des procédés « propres » et frugaux. Ou Johann Kalchman, inventeur du premier défibrillateur à domicile. Ou encore Cyril Colin, concepteur d’un logiciel permettant de réduire la facture énergétique et d’optimiser la production locale d’énergie renouvelable ! « Points communs de tous ces projets : ils sont porteurs d’une rupture technologique, viables économiquement, et créateurs de sens, d’une amélioration pour la société », explique Jean-Paul Ségard, président de la fondation.

Si tous les domaines de l’ingénierie sont ainsi soutenus par les fondations abritées, la mobilisation du numérique au service du bien commun constitue un champ aujourd’hui stratégique. Notamment pour Anne Bouverot, créatrice de la Fondation Abeona, qui met l’intelligence artificielle au service de l’égalité hommes- femmes ! « Par exemple, nous ne sommes pas égaux face à la maladie, souligne-t-elle. La maladie d’Alzheimer touche plus les femmes que les hommes, sans que l’on sache pourquoi.

Aujourd’hui, la science des données et l’intelligence artificielle peuvent améliorer la compréhension, le dépistage et le développement de traitements individualisés. La Fondation Abeona et l’Institut du cerveau et de la moelle épinière s’associent sur des projets pour la sclérose en plaques et les maladies neurodégénératives. »

Grand pouvoir, grandes responsabilités

L’accélération des avancées scientifiques et technologiques va transformer nos modes de vie, mais détermine aussi le futur de l’humanité. Pour le meilleur ou pour le pire ? La responsabilité de l’ingénieur est engagée, il doit questionner les conséquences des progrès techniques auxquels il travaille. « Or les écoles et les universités proposent aujourd’hui des formations tournées vers le savoir et le savoir-faire. Le "savoir-être" et le "savoir-penser", sont souvent considérés comme une cerise sur le gâteau » regrette Laurent Billès-Garabédian.

Regard partagé par Danielle et Marc Mainguené, dont la Fondation Anthony Mainguené vise à promouvoir les prises de consciences éthiques, et organise des cycles de formation, des rencontres, tables rondes, colloques… dans nombres d’écoles d’ingénieurs et d’universités. « Développer une conscience élargie de leur mission, une responsabilité prospective, une capacité d’analyse et un engagement humain, notamment quant à la révolution numérique bouleversant nos relations à l’autre et au temps… cela donne du sens à leur vie, et contribue au bien-être personnel et professionnel des ingénieurs, témoignent-ils. Les jeunes que nous rencontrons sont demandeurs d’éthique ». Bonne nouvelle !