Les lauréats des prix médicaux 2014 sur scène.

Recherche & innovation

Les Prix médicaux de la Fondation de France 2014

 

Soutenir les progrès de la science et de la médecine est au coeur des priorités de la Fondation de France depuis sa création en 1969. Grâce à ses donateurs, elle consacre annuellement près de 7 millions d’euros à la recherche médicale. Au-delà de cet indispensable engagement pour accompagner les avancées de la médecine dans la durée, la Fondation de France et plusieurs fondations placées sous son égide remettent chaque année des Prix médicaux qui saluent le travail des équipes et encouragent la vocation des jeunes chercheurs.

Le Grand Prix de la Fondation de France

Le Grand Prix de la recherche de la Fondation de France est décerné à une équipe déjà soutenue à travers ses programmes, récompensant ainsi l’avancée de travaux de recherche originaux et innovants, qui déboucheront à terme sur des applications en santé publique. La Fondation de France a en e‑ et le souci de faire progresser la recherche sur les pathologies particulièrement dévastatrices, telles que le cancer et les maladies cardiovasculaires par exemple. A l’heure où les pathologies liées au vieillissement, et notamment les maladies neuro-dégénératives, prennent une importance croissante, elle réaffirme son soutien à la recherche sur la maladie de Parkinson en attribuant ce Grand Prix. Le lauréat de ce Prix, doté de 100 000 euros grâce à la générosité des donateurs, a été désigné par un jury présidé par le Pr Patrice Courvalin, chef de l’unité des agents antibactériens à l’Institut Pasteur.

 

Erwan Bézard
Directeur de l’Institut des Maladies neurodégénératives, responsable de l’équipe « Physiopathologie des syndromes parkinsoniens » (CNRS UMR 5293 – Université Bordeaux 2).
Maîtriser les troubles moteurs dus au traitement de Parkinson 

 

Grand Prix de la Recherche 2015

 

Le Prix de la Fondation de l'oeil

La recherche en ophtalmologie bénéficie de peu de crédits, alors même que les maladies de l’oeil constituent un problème de santé publique de plus en plus préoccupant. Ce Prix récompense des travaux de recherches originaux ou innovants dans le domaine de l’ophtalmologie ou des sciences de la vision, ayant des applications en termes de santé publique tant dans les avancées thérapeutiques que dans l’amélioration de la prise en charge des maladies de l’oeil et de la vision. Les lauréats de ce Prix, doté de 50 000 euros, ont été désignés par le comité Maladies de l’oeil de la Fondation de France, présidé par le Pr Bahram Bodaghi, coordonateur du département hospitalo-universitaire Vision et Handicaps à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Frédéric Chavane Chef de l’équipe « Inférence et comportements visuels » (InViBe) de l’Institut de Neurosciences de la Timone (UMR 7289), Marseille. Vers une amélioration des rétines artificielles Guy Lenaers Responsable du groupe « Neuropathies optiques héréditaires et désordres mitochondriaux » de l’équipe « Génétique, physiopathologie et thérapie des dystrophies rétiniennes et du nerf optique » (U1051-Inserm), Institut des Neurosciences, Montpellier Un regard visionnaire sur les maladies héréditaires du nerf optique

 

Les Prix médicaux
des Fondations sous égide

Prix Soeurs Lucie et Olga Fradiss

Créée en 1993, la Fondation Lucie et Olga Fradiss, attribue chaque année trois Prix récompensant des travaux, d’une part, dans le domaine de la recherche médicale – en cancérologie et en cardiologie – et, d’autre part, en histoire de l’art. Le Prix Soeurs Lucie et Olga Fradiss, remis cette année dans le cadre des Prix médicaux de la Fondation de France, est décerné à un chercheur français ou une équipe de cancérologie fondamentale, en partenariat avec l’Institut Gustave Roussy de Villejuif. Le lauréat de ce Prix, doté de 23 000 euros, est désigné par un jury composé d’au moins sept cancérologues et présidé par le Pr Jean Feunteun, professeur des universités à l’Institut Gustave Roussy.

Clarisse Thiollier
Post-doctorante au laboratoire « Génétique moléculaire des cellulessouches » à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de Montréal (Canada).
Du nouveau dans le diagnostic des leucémies rares de l’enfant

Prix Gilbert Lagrue

La Fondation Gilbert Lagrue a été créée en 1999 par le Professeur Gilbert Lagrue et l’Institut de recherches sur le tabagisme, afi n de soutenir la recherche sur la dépendance tabagique et son traitement et ainsi combler le défi cit constaté dans ce domaine. Relancé en 2014, le Prix Gilbert Lagrue récompense un jeune chercheur ou médecin pour ses travaux de recherche fondamentale ou clinique en sciences de la vie et de la santé concernant la dépendance tabagique, son traitement et le mécanisme des addictions, ayant débouché sur des résultats originaux avec une application potentielle en termes de santé publique. Le lauréat de ce Prix, doté de 4 000 euros, est désigné par un jury composé d’experts français et présidé par le Pr Gilbert Lagrue, professeur honoraire à la Faculté de Médecine.

Morgane Besson
Chercheuse à l’unité de Neurobiologie intégrative des systèmes cholinergiques (CNRS –URA 2182) de l’Institut Pasteur, Paris.
Gène prédisposant à l’anxiété et nicotine : une mauvaise rencontre…

Le prix Marie-Ange Bouvet Labruyère

Cette fondation a été créée en 2005 par les quatre enfants de Madame BouvetLabruyère. Ces derniers ont souhaité que leur fondation récompense un chercheurou une équipe de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière pour ses travauxinnovants sur les maladies de la myéline.Le lauréat de ce Prix, doté de 20 000 euros, est désigné par le conseil scientifi quede l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière, présidé par le Pr Alexis Brice.

Anne Desmazières
Chercheuse dans l’équipe « Mécanismes de démyélinisation et de remyélinisation dans le système nerveux central » de l’Institut du Cerveau et de la Moelle Épinière (U1127 INSERM), groupement hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris.
Reconstituer la myéline pour lutter contre la sclérose en plaques

Le prix Thérèse Lebrasseur

Créée en 1978 par testament, la Fondation Thérèse Lebrasseur décerne un Prix annuel à un chercheur de l’Institut Pasteur qui n’a jamais eu recours à la vivisection. Le lauréat de Prix, doté de 50 000 euros, est désigné par le conseil scientifi que de l’Institut Pasteur, présidé par le Pr Pascale Cossart.

Sandra Pellegrini
Responsable de l’unité « Signalisation des cytokines » à l’Institut Pasteur, Paris
Des avancées majeures dans la connaissance des interférons

Les prix Jacques Monod

La Fondation Jacques Monod a été créée en 1979 par Jacqueline Bernard à la mémoire du Prix Nobel de médecine. Elle décerne chaque année un ou plusieurs Prix à de jeunes chercheurs ayant entrepris des travaux portant sur les aspects moléculaires des régulations cellulaires. Présidé par le Pr Agnes Ullmann, professeur honoraire à l’Institut Pasteur, le jury de ce Prix est composé de chercheurs reconnus, dont certains ont travaillé avec Jacques Monod. Cette année, les Prix sont dotés de 8 000 et 6 000 euros.

Estelle Marion
Post-doctorante dans l’équipe Inserm Avenir ATOMycA du Centre régional de recherche en Cancérologie Nantes/Angers (UMR 892– INSERM /6299 CNRS), Université et CHU d’Angers. 
L’étonnant pouvoir antidouleur d’un bacille tropical

Emilia Mauriello
hercheuse au laboratoire de Chimie bactérienne (CNRS UMR 7283), équipe « Biologie cellulaire de la motilité bactérienne », Institut de Microbiologie de la Méditerranée, Marseille.
Comprendre M. xanthus, une bactérie dotée d’un arsenal d’appareils sensoriels, 

Le prix Jean et Madeleine Schaeverbeke

Créée en 2002 par testament de M. et Mme Schaeverbeke, tous deux atteints d’un cancer colorectal, la Fondation Prix Jean & Madeleine Schaeverbeke attribue chaque année jusqu’à quatre Prix qui récompensent plusieurs doctorants en fin de thèse, post-doctorants ou jeunes chercheurs pour la qualité de leurs recherches relatives au cancer du côlon, au traitement des douleurs associées et aux moyens thérapeutiques de sa rémission ou de sa guérison. Les lauréats de ces Prix, dotés de 10 000 euros chacun, sont désignés par un comité de chercheurs et de cliniciens français, présidé par le Dr Alain Sarasin,directeur de recherche CNRS à l’Institut Gustave Roussy.

Ada Colura
Post-doctorante au sein de l’équipe « Instabilité des microsatellites et cancer » du Centre de recherche de l’Hôpital St-Antoine (UMRS 938), Paris
Prédire la réponse aux chimiothérapies grâce aux marqueurs génétiques

Diane Goéré
Chirurgiène oncologue, responsable de l’unité de Chirurgie digestive à l’Institut Gustave Roussy, Villejuif.
Les traitements locaux, alliés de la chirurgie contre les métastases

Les prix Jean Valade

Créée en 1994, la Fondation Jean Valade attribue chaque année deux Prix – un Prix senior et un Prix pour un jeune chercheur – récompensant chacun une découverte dans le domaine médical qui trouve une application diagnostique, physiopathologique ou thérapeutique rapide. Ils sont destinés à distinguer les travaux de chercheurs francophones (y compris au-delà des frontières françaises). Le Prix senior est doté de 35 000 euros et le Prix jeune chercheur de 18 000 euros. Les lauréats sont désignés par un jury composé d’experts français et étrangers, présidé par le Pr Jean-Daniel Sraer, membre de l’Académie nationale de Médecine. Johanne Silvain Maître de conférences des universités (Paris VI Sorbonne), chercheur INSERM (CMRS 1166 – Équipe 3) et praticien hospitalier au département de Cardiologie médicale du groupement hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris. Personnaliser les traitements antithrombotiques

Florent Soubrier
Professeur de génétique à l’UPMC de Paris, chef du département de Génétique (UMR UPMC /Inserm 1166), directeur de l’IFR 14 (coeur, muscles, vaisseaux) et coordinateur de la plateforme post-génomique du groupement hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris.
Comprendre l’hypertension par la génétique

Le prix Georges Zermati

Créée en 1986 par une donation de Madame Zermati, la Fondation Georges Zermati récompense un chercheur de l’Institut Pasteur, quelle que soit sa discipline. Le lauréat de ce Prix, doté de 7 000 euros, est désigné par le conseil scientifique de l’Institut Pasteur, présidé par le Pr Pascale Cossart.

Artur Scherf
Directeur de l’unité « Bases génétiques et moléculaires des interactions de la cellule eucaryote » (URA CNRS 2581), responsable de l’unité « Biologie des interactions hôte-parasite » à l’Institut Pasteur, Paris.
Dévoiler les armes secrètes du parasite du paludisme