Un hippocampe dans l'eau.

Méditerranée

Les hippocampes du bassin de Thau à la loupe

 

Dans le cadre de son programme Environnement, la Fondation de France soutient des projets de sciences participatives, dans lesquels sont impliqués les acteurs du territoire étudié. Aujourd’hui, l’environnement est, en effet,  souvent menacé par les activités humaines qui se développent sans toujours tenir compte du contexte local, souvent méconnu. C’est le cas pour les hippocampes de la lagune de Thau, une population peu étudiée en Europe et dont l’avenir inquiète les scientifiques.

C’est pourquoi le CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement du Bassin de Thau - Mèze, 34), qui mène des actions de valorisation, de développement et de promotion des initiatives dans le domaine de l’environnement et du développement durable, s’est emparé de ce sujet. Ce projet a été soutenu en 2013 par la Fondation de France.

Sensibiliser à la protection de l’écosystème local

Le projet Hippo-THAU est initié en 2005 par l’association Peau Bleue, une structure membre du CPIE. Il a pour but de collecter des connaissances et d’étudier l’écologie des populations d’hippocampes de la lagune de Thau, entre Agde et Frontignan. C’est le premier projet d’étude scientifique des hippocampes en France. Pour pouvoir récolter des données, des suivis scientifiques sont effectués en plongée sous-marine et des enquêtes sont menées auprès des différents publics impliqués. Les dimensions de ce projet sont multiples : économiques, sociales et bien sûr écologiques. Hippo-THAU se démarque ainsi par sa capacité à impliquer l’ensemble des acteurs locaux et du grand public par la mise en place d’une démarche de sciences participatives : scolaires, plongeurs, habitants, conchyliculteurs, scientifiques… y participent.
Plus largement, cette démarche permet de sensibiliser les différentes parties-prenantes à la fragilité de l’écosystème local et à la nécessité de le préserver. La CPIE souhaite initier ainsi auprès des publics impliqués des actions concertées pour une gestion durable des richesses naturelles.

Des résultats qui s'exposent

En 2013, on dénombre 160 participants à Hippo-THAU et 555 plongées relatives au projet dans la lagune de Thau. La démarche a été retenue par la fondation Nicolas Hulot comme projet exemplaire. Elle est également reconnue par des scientifiques internationaux. En février 2015, une exposition à Sète a mis en valeur les résultats obtenus. La démarche de sciences participatives fait également référence puisque d’autres structures en France ont sollicité l’accompagnent du CPIE pour le développement de projets similaires. Aujourd’hui, la mobilisation citoyenne et la collecte de données innovantes sur les hippocampes de la lagune de Thau continuent.