L’égalité hommes-femmes,  au cœur de la lutte contre le Sida !

L’égalité hommes-femmes, au cœur de la lutte contre le Sida !

36,7 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde, dont 2/3 en Afrique subsaharienne.
La Fondation de France se mobilise depuis 1985, en agissant sur le front de la recherche comme sur celui de l’accompagnement des malades.
Aujourd’hui, notre action se concentre sur un levier majeur pour combattre la maladie et améliorer la prévention : l’égalité hommes/femmes.
Le programme en bref
L’inégalité entre les sexes : un accélérateur de l’épidémie

Parce que les jeunes filles sont peu ou mal informées, parce que trop peu de femmes parviennent à négocier le port du préservatif, parce que la contraception, l’accès aux traitements, la santé, restent trop souvent « une affaire de femmes » : les inégalités entre les sexes sont un facteur d’expansion de l’épidémie de Sida.

Depuis 1985, la Fondation de France se mobilise dans la lutte contre le VIH en finançant des projets d’aide aux malades, des recherches en santé publique, en épidémiologie et en sociologie. Outre la France et les Antilles françaises, notre action s’est élargie depuis 10 ans à plusieurs pays, avec une attention particulière au lien entre question de genre et VIH.

Aujourd’hui, le programme se déploie en Guyane, à Mayotte, aux Antilles et en Afrique Subsaharienne francophone. Depuis 2006, plus de 250 projets ont été financés à hauteur de 7 millions d’euros. Parmi les critères clés :

  • la prévention des conduites à risques auprès des jeunes : information, accès à la contraception, mais aussi réflexion sur la sexualité, la masculinité, la féminité ;
  • la prévention et la prise en charge des violences faites aux femmes, le renforcement de l’autonomie des femmes et de la connaissance de leurs droits ;
  • l’implication et la responsabilisation des hommes dans la lutte contre le sida et leur accès au dépistage et aux soins ;
  • la professionnalisation des structures d’accueil sur la prise en compte des inégalités hommes-femmes et de leurs conséquences sur l’épidémie.

L'interview

« 

Les femmes sont en première ligne

»

Véronica Noseda Membre du comité Sida, santé et développement

Notre action en images