banniere-tribune-marseille-.jpg

Tribune

Le territoire, premier niveau d’engagement pour les philanthropes

03/02/2020

Alors que les inégalités sociales et le sentiment de relégation sont douloureusement ressentis dans notre pays, une nouvelle forme de philanthropie, territoriale, se développe rapidement afin de répondre aux enjeux locaux. Sa vocation : encourager les initiatives susceptibles de créer de nouvelles formes de solidarité sur les territoires les plus fragiles.

89 % des entreprises mécènes privilégient des projets au niveau local ou régional, et la moitié des fondations, qu’elles soient portées par des particuliers ou des entreprises, agissent à l’échelle territoriale. Ces chiffres reflètent la réalité de ce qu’est la philanthropie dans notre pays : le territoire représente une valeur culturelle et identitaire qui rassemble et suscite de l’engagement. De plus en plus de philanthropes ont la conviction que cet échelon territorial permet d’identifier de manière très précise des besoins ou préoccupations peu ou mal pris en compte et d’expérimenter des solutions nouvelles et innovantes à des problèmes de société.

Ces fondations territoriales, inspirées du modèle anglo-saxon des Community Foundations, ont pour atout de créer des espaces de dialogue où se croisent les regards et les volontés d’agir de l’ensemble des acteurs du territoire – entrepreneurs, pouvoirs publics locaux, société civile… Ce principe de gouvernance collégiale, qui associe les expertises locales et diversifie les sources de financement, permet de répondre au plus juste aux besoins les plus prégnants en termes de formation, de logement, de santé… et de pouvoir mesurer l’impact des actions entreprises.  

La Fondation de Marseille, abritée à la Fondation de France, est un parfait exemple de cet engagement territorial volontariste, qui n’est nullement le fruit d’injonctions sociales ou politiques : portée par quatre figures de l’entrepreneuriat local, sa vocation est de mobiliser le tissu économique local en faveur de l’intérêt général à Marseille et dans sa région, territoire qu’elles connaissent, qu’elles aiment et pour lequel elles veulent se mobiliser. Cette fondation associe dans sa réflexion des représentants des pouvoirs publics et de citoyens, afin de garantir des échanges constructifs avec tous les acteurs locaux mobilisés en faveur de l’intérêt général. 

Dans une ville qui compte la population parmi la plus pauvre d’Europe et où les clivages sociaux entre le nord et le sud sont majeurs, la Fondation de Marseille a pour objet de lutter contre le déterminisme social, et permettre à chacun d’accéder à un travail et un logement décents, une éducation et une santé de qualité… à une vie digne. Des actions pérennes, inventives et à fort impact, menées en complémentarité avec celles de l’État. La Fondation de France est fière d’apporter son savoir-faire et son expertise à ce projet. 

Cette démarche fait écho à notre programme Dynamiques territoriales. Lancé en 2014, il consiste à accompagner, dans une zone géographique déterminée, toutes les envies d’agir, qu’elles soient portées par des habitants, des entreprises ou des collectivités – les mieux à même de savoir comment revitaliser leur territoire. En six ans, ce programme a permis de soutenir plus de 400 idées et projets, pour un montant de 2,3 millions d’euros.

 

vignette-cecile-malo.jpg

L'auteur

Cécile Malo
Déléguée générale de la Fondation de France Méditerranée

Vous serez aussi intéressé par