Baromètre de la philanthropie

Le regard de la Fondation Autonomia et de la Fondation Apprentis d’Auteuil

10/06/2021

Face à la crise, la Fondation Autonomia, qui a pour vocation de préserver l’autonomie à tous les âges de la vie, a engagé une réorientation stratégique de son action. Sa trésorière Alexandra Vernier Bogaert explique cette démarche.

La Fondation Apprentis d’Auteuil, fondation opératrice agissant auprès des jeunes et des familles les plus fragiles, a vu son activité très touchée par la crise de la Covid. Stéphane Dauge, son directeur de la communication, revient sur la mobilisation de la fondation pour répondre à des besoins accrus par la pandémie.

 

Alexandra Vernier Bogaert, trésorière de la Fondation Autonomia

alexandra-bogaert-portrait.jpg

« Nous avons revu notre stratégie d’action »

« La crise sanitaire a bousculé notre calendrier et nous a conduits à reporter le lancement des projets qui devaient accompagner notre changement de gouvernance.

Depuis la fin 2019, nous avons cessé d’être une fondation opératrice en cédant l’ensemble de nos établissements d’accueil et de soins des personnes en perte d’autonomie. Au vu du contexte, nous avons fait le choix de reporter notre refonte stratégique pour nous concentrer sur le soutien immédiat à apporter à nos fondations abritées qui agissent sur le terrain. Des aides financières ont été allouées, en particulier à Siel Bleu qui gère plusieurs structures dédiées au maintien de l’autonomie via le sport adapté et qui a vu ses activités empêchées par les confinements.

L’objectif : aider à repenser l’action et développer des outils spécifiques permettant de poursuivre, grâce au numérique, les activités au sein d’Ehpad, de centres de rééducation ruraux ou à destination de personnes isolées.

À l’aune de cette crise et des problématiques qu’elle a révélées, nous avons revu notre stratégie d’action concernant notamment les personnes isolées en situation de handicap ou dépendantes qui ont été confrontées à une rupture de soins. Aujourd’hui, nous souhaitons influer sur les politiques publiques pour renouveler l’approche en matière d’autonomie, d’inclusion et de dépendance.

Nous avons lancé en décembre 2020 notre appel à projets sur la recherche d’autonomie dans tous les domaines de la vie. Notre objectif est d’accompagner l’évolution des structures en charge de l’inclusion par l’emploi, la vie à domicile, les aidants et l’habitat. Nous souhaitons également développer de nouvelles coopérations européennes et ouvrir notre gouvernance à des acteurs de la société civile, pour qu’ensemble, nous puissions agir sur les problématiques du vieillissement, du handicap et des nouvelles formes d’addictions. »

Stéphane Dauge, directeur de la communication de la Fondation Apprentis d’Auteuil 

s-dauge.jpg

« Éviter le décrochage scolaire chez ces jeunes déjà en difficulté »

« Lors du premier confinement, une partie importante de nos 240 établissements ont dû fermer. Néanmoins nos missions se sont toutes poursuivies, pour assurer la continuité pédagogique et les formations à distance auprès des 30 000 jeunes que nous suivons. L’enjeu principal a été d’éviter le décrochage scolaire chez ces jeunes déjà en difficulté, en les aidant à s’équiper en matériel informatique, fournitures pédagogiques, kits d’hygiène… Nous avons également poursuivi notre accompagnement auprès de milliers de familles fragilisées en leur proposant des dispositifs d’écoute et d’échanges, voire même des réponses à des situations d’urgence, comme du portage à domicile de matériel informatique, des kits d’hygiène voire des denrées alimentaires…

Pour faire face à cette situation, un fonds Covid a été lancé. Grâce à nos partenaires, philanthropes et mécènes, plus d’un million d’euros a été collecté. Ce soutien a été essentiel car les besoins se sont accrus sur l’ensemble de nos missions : la protection de l’enfance, la lutte contre le décrochage scolaire, l’insertion sociale et professionnelle et l’aide à la parentalité. Aujourd’hui, l’une de nos priorités est d’aider les jeunes à trouver des stages, des formations ou un emploi. La crise sanitaire va sûrement aggraver les difficultés scolaires, sociales, économiques ou psychologiques à long terme. Notre action s’annonce donc plus essentielle que jamais. »