Portrait de David Sainati.

Culture & éducation

Le geek pharmacien 3.0

David Sainati

Costume gris impeccable, silhouette nerveuse, débit rapide et précis, David Sainati reçoit dans le hall d'un incubateur de start-up, situé dans un ancien hôpital. Ce diplômé en pharmacie a eu l'idée de labelliser les applications de santé qui prolifèrent sur Internet afin que l'usager puisse faire le tri et que le malade soit rassuré par la certification.

David Sainati a 27 ans. Il est né à Millau, dans l'Aveyron. Ses parents sont magistrat et enseignante et vivent loin du monde des pommades et des onguents. Lui adore les plantes et les ordinateurs. Ce geek botaniste a toujours voulu entreprendre dans le domaine de la santé connectée.    
Hyperactif et monomaniaque, l'étudiant blogue sur la santé ou s'investit dans l'humanitaire. Surtout, il s'engage de tout son être dans l'aventure de la création d'entreprise.

Son enthousiasme et son implication lui ont valu d'obtenir les 7 600 euros de la bourse Déclic jeune. Cela lui a permis de faire avancer sa jeune maison qui, sans cet apport, aurait eu du mal à démarrer. Pour l'instant, David Sainati se paie au Smic et vit dans un studio, mais Medappcare, lancée voici trois ans, salarie trois personnes. Des projets pleins la tête, David Sainati veut s'intéresser au handicap, à la « silver economy », au bien-être. Celui « qui adore parler en public » participe déjà à la commission européenne de la santé connectée. Il est reconnaissant envers la Fondation de France qui a mis le pied à l'étrier à sa vivacité pressée.

D'autres portraits de jeunes