Fondations abritées

La Fondation de France rend hommage à Henryane de Chaponay

henryane-de-chaponay.jpg

La fondatrice Henryane de Chaponay, de la Fondation Beija Flor, est décédée mercredi 9 octobre, à l'âge de 95 ans. La Fondation de France lui rend hommage.

La vie d’Henryane de Chaponay a été marquée par un très grand nombre d’engagements au service de la fraternité, des droits humains et de la solidarité internationale. Elle a dédié sa vie à la lutte contre les inégalités et la promotion du dialogue, notamment en Amérique latine.

Ses actions se sont également tournées vers le Maroc, où elle y a vécu et travaillé, en particulier pour promouvoir la place des femmes dans la société marocaine.

Puis, elle a co-créé de plusieurs associations et en a rejoint d'autres : l'Institut de recherche et d’applications métholodogiques (IRAM) en 1957, une association toujours active aujourd'hui, le Comité catholique contre la faim et pour le développement (devenu CCFD-Terre Solidaire), le Centre d’études et de documentation sur l’Amérique latine dans les années 70...

Dans les années 2000, elle a participé très activement aux Forum sociaux mondiaux, au Brésil, au Kénya, en Inde, au Sénégal, en Tunisie.

Henryane a fondé et présidé, jusqu’à son décès, la Fondation Beija Flor (qui signifie colibri en portugais), abritée par la Fondation de France. Cette fondation a pour mission de soutenir des projets de développement durable innovants et de favoriser les échanges entre acteurs sociaux dans les pays du Maghreb et d’Amérique latine. Elle oeuvre également à la préservation de la mémoire de l’histoire sociale dans ces pays ainsi qu'en France. La fondation perpétue ses engagements et sa mémoire.

La vie extraordinaire d’Henryane de Chaponay est décrite dans le livre « Toile filante », paru en 2014, co-écrit avec Lygia Segala, et dans un film réalisé par Nadine Outin et Bruno Vienne « Graines d’avenir » (2017).

 

Vous serez aussi intéressé par