25_ans_fondation_benoit_chamoux.jpg

Fondations abritées

La Fondation Benoit Chamoux : 25 ans aux côtés des « orphelins Sherpa »

26/04/2021

En 1995 disparaissait l’alpiniste Benoît Chamoux, le premier « himalayiste » français. Aujourd’hui, la fondation qui porte son nom compte 25 années d’engagement pour les enfants et les familles Sherpa.

A 22 ans, Dadiki est une jeune femme épanouie : en devenant infirmière, elle a accompli son rêve, et elle pratique son métier aujourd’hui à l’hôpital de Phaplu, au Népal. Et pourtant, son parcours n’a pas été facile : Dadiki a perdu son père, guide de haute montage dans l’Himalaya, alors qu’elle n’était qu’une petite fille. Sans une aide extérieure, sa mère n’aurait pu financer ses études. Cette aide viendra de la Fondation Benoît Chamoux, qui fête cette année ses 25 ans.

Vingt-cinq années au service d’un projet : accompagner les petits garçons et filles Sherpa qui ont perdu leur père durant une expédition sur le « toit du monde », financer leur éducation en internat, assurer les soins médicaux… indispensables pour leur permettre de devenir des adultes autonomes et de réaliser leurs projets.

La Fondation a été créée par Fabienne Clauss en souvenir de l’himalayiste Benoît Chamoux, son mari disparu en octobre 1995 alors qu’il tentait de conquérir le Kangchenjunga, son quatorzième sommet de plus de 8000 mètres. Depuis ce drame, elle a permis à près de 40 orphelins de poursuivre leur éducation et d’apprendre un métier. Parmi les « alumni » de la fondation : Ang Dawa, ingénieur à Hambourg, après avoir obtenu un Master en technologie géospatiale en Allemagne, Mingma Diki, qui travaille en tant que kynésithérapeute dans un hôpital à Katmandou, Phurba Phuti, correspondante d’une ONG belge à Katmandou, ou encore Nima Tenzi, ingénieur civil au Népal, et qui travaille pour une ONG coréenne.

La fondation Benoît Chamoux assure ce soutien aux jeunes orphelins grâce à la générosité de parrains (particuliers ou entreprises), qui s’engagent à ses côtés pour financer la scolarité pour une durée de 6 à 10 ans, ou pour délivrer des bourses d’études supérieures.

En parallèle, la Fondation a développé sept projets culturels (rénovation de moulins, de bâtiments religieux dans les vallées de l’Everest, du Solukhumbu et du Makalu). En 2021, elle soutient également la Rolwaling Sangag Choling Monastery School, une petite école entièrement gérée par la communauté locale Sherpa de la vallée de la Rolwaling, qui offre un enseignement gratuit à une trentaine d’élèves. L’aventure continue.

« Le bonheur dans la vie, c’est de savoir qu’il y a toujours des cimes à atteindre et des sommets à conquérir ! »

- Benoît Chamoux

Vous serez aussi intéressé par