Interview

Sammy Arm, correspondant professions juridiques et financières pour la région Sud-Ouest

Peut-on revenir sur votre parcours professionnel et ce qui vous a donné envie de vous engager dans les domaines de l’intérêt général ?        

Ingénieur Centralien et diplômé de Science Po, j’ai débuté ma carrière à Paris chez BNP, aujourd’hui BNP Paribas et que je n’ai pas quitté jusqu’à la retraite. J’ai assumé de nombreuses fonctions au sein de la banque de détail jusqu’à celle de directeur régional successivement à Toulouse, Bordeaux et Nantes. Ces missions m’ont quotidiennement mis en relation directe avec les acteurs du monde économique,  particuliers, professionnels et entreprises.  

Dans mon dernier poste à Nantes, je me suis particulièrement investi auprès des entreprises des Pays de la Loire sur le sujet de la responsabilité sociale et environnementale (RSE). Tout au long de mon activité professionnelle, je me suis engagé au sein de la Fondation BNP Paribas (abritée à la Fondation de France) outil de la banque pour sa politique de mécénat et de RSE. C’est du reste au sein du comité de sélection des projets où je représentais avec d’autres le réseau de la banque que j’ai eu la chance de croiser la route de Francis Charhon, qui était alors le directeur général de la Fondation de France. À l’issue de mon parcours, le souhait de consacrer ma disponibilité à m’engager dans les domaines de l’intérêt général m’est apparu comme une évidence.

Quelles sont les missions du correspondant Professions juridiques et financières ?

Ma mission au sens large est de favoriser le développement de la philanthropie dans le Sud-Ouest, en facilitant le rapprochement des clients de ces professions juridiques et financières exprimant un intérêt pour la philanthropie avec des projets méritant d’être soutenus.        

Pour ce faire, le développement d’un courant continu de contacts de ces professions, facilité par mon parcours antérieur, a pour but de leur permettre une meilleure compréhension de la démarche de leurs propres clients, de les aider à dialoguer avec eux et de leur fournir un appui à travers la Fondation de France. Mon rôle est de faire naturellement apparaître l’intérêt de cette intervention  aux yeux de mes interlocuteurs à travers les atouts que sont sa neutralité financière, son éclectisme en termes de causes soutenues, l’importance de son réseau de fondations sous égide ainsi que son rôle de référent de la philanthropie en région.

Selon vous, quels sont les éléments indispensables pour réussir dans cette mission ? Quelles sont les similitudes rencontrées avec le métier de la finance ?

Il faut à la fois avoir la capacité à discuter avec les interlocuteurs des professions juridiques et financières grâce à la connaissance du métier, et en même temps avoir une très bonne connaissance de la Fondation de France. C’est pourquoi au-delà de la partie juridique et financière qui est mon domaine, je n’hésite pas à participer à des comités dans d’autres champs que le mien. Ainsi je suis mieux en capacité d’expliquer quelles sont les valeurs de la Fondation de France et quel est son mode de fonctionnement : compétences, engagement, gouvernance et rigueur dans la gestion des processus. Je compare souvent les comités de sélection auxquels j’assiste à la Fondation de France avec les comités d’attribution de crédit auxquels j’ai consacré une bonne partie de ma vie professionnelle. L’enjeu est le même : bien connaître, bien comprendre et bien échanger pour prendre les bonnes décisions. Il n’y a pas de rupture entre ce que je faisais en activité professionnelle et ce que je fais aujourd’hui. Par mon engagement, je souhaite contribuer à mon échelle, aussi modeste soit-elle, au progrès économique et social du monde qui nous entoure par une action de terrain menée en équipe.

Parmi l’équipe des bénévoles, quel rôle jouez-vous ?

Je me suis senti membre de l’équipe à part entière dès mon arrivée. J’essaie d’apporter sur tous les sujets abordés un point de vue hérité de l’expérience de mon parcours professionnel mais aussi celui d’un simple citoyen qui se veut éclectique, qui aime découvrir, connaître, comprendre le monde qui l’entoure pour tenter, en toute humilité, d’apporter quelques solutions concrètes et d’essayer de les faire partager.           

Enfin je ne me prive pas de semer un peu d’humour dans l’accomplissement de ma mission. C’est pour moi une hygiène de vie. Face à des sujets complexes, voire graves, bien sûr il faut agir avec sérieux mais ne pas se prendre au sérieux.

Quel est votre bilan au terme de cette première année ?

Pour moi c’est évidemment un bilan extrêmement positif. Pour les rencontres d’ores et déjà effectuées avec la Fondation de France. Pour la très bonne camaraderie qui règne au sein de la Fondation de France Sud-Ouest. Soutenus et accompagnés par les salariés, les bénévoles sont engagés de façon tout à fait exemplaire, ils se rendent  sur le terrain, connaissent parfaitement les sujets qu’ils traitent, font un travail rigoureux d’écoute et d’analyse auprès des porteurs de projets. Tous incarnent, au quotidien, les valeurs que la Fondation de France porte dans toutes ses activités.

Aujourd’hui je me sens très à l’aise pour porter les valeurs, et apporter les réponses de la Fondation de France auprès des différents acteurs juridiques et financiers. J’éprouve un grand plaisir à revenir auprès d’eux et à les aider à promouvoir la philanthropie.

Dans mon entourage, je constate que mon engagement à la Fondation de France suscite un intérêt particulier. Cela me permet de me comporter comme un ambassadeur de la Fondation de France, et me confrontant aux uns et aux autres, de mieux comprendre le sens de mon engagement. Lorsque je me retourne et regarde ce que fait à la Fondation de France, et ce que l’on peut y faire, je trouve que cela correspond bien à ma volonté de mettre un peu d’énergie à essayer de changer les choses, sans prétendre révolutionner le monde.

Sammy Arm

Ancien Directeur régional chez BNP Paribas, Sammy Arm a rejoint l’équipe du comité Bordeaux Atlantique de la Fondation de France Sud-Ouest depuis maintenant un an en tant que Correspondant Professions Juridiques et Financières.

Vous serez aussi intéressé par