Points de vue

« Il y a urgence à agir sur le long terme ! », par Erik Orsenna

23/06/2020

De deux choses l’une, lors d’une catastrophe : ou, la panique nous ayant ôté toute intelligence, on ne pense qu’à soi, pour sauver sa peau. Ou s’étant découvert fragile, on réapprend la solidarité. La mer vous force à cette évidence : dans la tempête, chaque membre de l’équipage compte. Ou encore, l’un et l’autre coexistent, car l’on prend conscience que nos destins sont liés et que la solidarité est une meilleure option que le repli, dans son propre intérêt…

De ces derniers mois d’épidémie, j’ai, pour ma part, tiré deux conclusions.

La première est une conviction, nourrie par une longue expérience : il ne faut pas tout attendre de la Puissance Publique. Et, au sein de celle-ci, ne pas tout attendre de Paris. Vive, au sens propre, vive l’alliance du Public et du Privé ! Et salut aux maires ! Quand je pense qu’on les dit trop nombreux... Sans eux, sans leurs équipes, la plupart bénévoles ou quasi, que serait-il resté de la France ? Leur générosité inlassable et quotidienne est un trésor de notre Nation. Et chapeau bas à tous ces acteurs de la solidarité qui ont répondu présents : ces associations qui ont tenu, coûte que coûte, pendant cette période, et les fondations qui se sont mobilisées pour organiser cette solidarité. La société civile a encore montré à quel point elle était essentielle et son action complémentaire à celle de l’Etat.

Ensuite, la nécessité de la continuité.

Je vais peut-être vous choquer mais au don ponctuel, même considérable, je préfère de loin l’engagement durable. Le don ponctuel, fils d’une émotion, s’adresse autant à soi-même qu’à la cause qui, soudain, est devenue essentielle. D’une autre plus belle nature est le soutien durable, l’accompagnement. C’est une bataille menée avec des compagnons, année après année. C’est un partenariat qui tisse des relations entre humains, bien au-delà de cet anonymat, de cet « équivalent général » dont vous savez peut-être que c’est la définition de l’argent. C’est un engagement qui permet de construire des solutions, patiemment, d’agir durablement, efficacement. Le soutien durable est essentiel dans des domaines où il faut faire preuve de constance, de persévérance… Et puis la vie, la vie véritable, s’inscrit dans le temps long, celui que notre démocratie et nos médias ont tellement, tellement de mal à considérer. L’affaire des masques a révélé notre aveuglement. Figurez-vous que l’urgence se prépare, surtout l’urgence probable et récurrente, comme celle d’une épidémie. Et ce n’est pas seulement quand la maladie frappe qu’il faut aider la recherche ou penser à ceux qui œuvrent auprès des plus fragiles d’entre nous, ou se soucier de la planète. Il y a urgence à agir sur le long terme.

vignette-erik-orsenna.jpg

Erik Orsenna

Ecrivain récompensé par le prix Goncourt et membre de l’Académie française.

Vous serez aussi intéressé par