cp-concert-13novembrea.jpg

« Il fait novembre en mon âme » Un concert hommage aux victimes des attentats de novembre 2015

retransmis le vendredi 13 novembre à 20h30

depuis la Grande salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris dans le cadre des commémorations de la Ville de Paris

sur le site et l'application Philharmonie Live live.philharmoniedeparis.fr

Concert initialement prévu le mardi 10 novembre à la Salle Gaveau
sera enregistré sans public depuis la Philharmonie de Paris

le 10 novembre à 18h30
 

+ concert capté par France Musique (date de retransmission à venir)

 

Cinq ans après les attentats du 13 novembre 2015 et à la veille du Forum de Paris sur la paix du 11 novembre 2020, l’Orchestre de chambre de Paris, le compositeur et poète franco- libanais Bechara El-Khoury et la Fondation de France, ont souhaité s’associer pour ce concert à la Salle Gaveau, en hommage aux victimes. Celui-ci donne à entendre Il fait novembre en mon âme, une création mondiale de Bechara El-Khoury commandée par les parents en mémoire de Stéphane, décédé au Bataclan.

Cette commande a été réalisée dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires de la Fondation de France qui propose à des citoyens, confrontés à une question de société d’intérêt général, de passer commande à un artiste.

Dans son rôle de médiateur, Bruno Messina, directeur du festival Berlioz, a œuvré pour que ce projet voie le jour : « Après la disparition tragique de son fils, une mère s’est adressée à la Fondation de France dont elle connaissait l’action Nouveaux commanditaires. La commande d’une œuvre musicale s’est progressivement imposée. Nous avons écouté beaucoup de musiques. Elle a été séduite par l’œuvre de Bechara El-Khoury, qui l’a profondément touchée. Dès la première rencontre, mon rôle de médiateur au sein des Nouveaux commanditaires a consisté à accompagner les parents vers la réalisation de ce souhait : une œuvre d’art pour la mémoire. Il a fallu résoudre tous les aspects artistiques et pratiques de cette entreprise de longue haleine, assurer le lien entre le compositeur et l’ensemble des partenaires dont, bien évidemment, l’Orchestre de chambre de Paris, enthousiaste dès l’origine du projet. ». Ce projet reçoit également le soutien de la Sacem.

L’enjeu de cette commande réside dans la difficulté d’appréhender par une forme musicale la question de la mémoire, de l’impossible deuil, de l’impensable qui a eu lieu, mais également de rendre hommage aux disparus en créant un moment d’union collectif qui dépasse les douleurs particulières. Comment concilier l’atteinte collective et l’intime? Comment traduire, à travers une œuvre nouvelle, la demande d’une mère et une catastrophe commune à Paris? Cette création de Bechara El-Khoury y répond à la fois au singulier et au pluriel. En regard, la symphonie « Paris » de Mozart célébrera la ville-lumière éternelle.

Cette manifestation se trouve ainsi au point de convergence de plusieurs thématiques très actuelles :

  • La commémoration des attentats de 2015;
  • l'attention aux victimes et à leurs proches;
  • le soutien à la création artistique par la commande, publique et privée, dans le contexte que subit le secteur culturel;
  • l'illustration de l’amitié entre la France et le Liban, à travers la personnalité et le parcours de ce compositeur reconnu.

Pour ce concert en tout point exceptionnel, le chef Pierre Bleuse dirigera l’Orchestre de chambre de Paris et la mezzo-soprano Isabelle Druet.

Programme et distribution

BECHARA EL-KHOURY

Il fait novembre en mon âme (création mondiale) Poème symphonique n° 7, pour orchestre et voix de femme

MOZART

Symphonie no 31 en ré majeur «Paris»

 

Pierre Bleuse, direction

Isabelle Druet, Mezzo-soprano

 

Philharmonie de Paris - mardi 10 novembre

Concert capté à 18h30, retransmis sur le site et l'application Philharmonie Live le vendredi 13 novembre à 20h30

 

Orchestre de chambre de Paris - Lars Vogt, directeur musical

Plus de quarante ans après sa création, l’Orchestre de chambre de Paris est considéré comme un orchestre de chambre de référence en Europe. Profondément renouvelé au cours de ces dernières années, il intègre aujourd'hui une nouvelle génération de musiciens français devenant ainsi l’orchestre permanent le plus jeune d'Île-de-France et le premier orchestre français réellement paritaire.

L'orchestre rayonne sur le Grand Paris avec des concerts à la Philharmonie dont il est résident, au Théâtre des Champs-Élysées, au Théâtre du Châtelet, à la MC93 mais également dans des salles au plus près des publics de la métropole, tout en développant de nombreuses tournées internationales. Acteur musical engagé dans la cité, il développe une démarche citoyenne s’adressant à tous les publics, y compris ceux en situation de précarité ou d’exclusion. Les récentes créations musicales conçues avec des bénéficiaires de centres d’hébergement d’urgence de Paris ou des personnes détenues du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin en sont de brillantes illustrations.

Après un travail remarquable mené pendant cinq ans avec Douglas Boyd, l’Orchestre dechambre de Paris accueille son nouveau directeur musical, le chef et pianiste de renommée internationale Lars Vogt. Avec lui, il renforce sa démarche artistique originale et son positionnement résolument chambriste.

Au cours de cette saison 2020/2021, l’orchestre s’entoure d’une équipe artistique composée de Marzena Diakun, première cheffe invitée, du violoniste Christian Tetzlaff, artiste en résidence, et de Clara Olivares, compositrice. Il collabore notamment avec les chefs Trevor Pinnock, Douglas Boyd,Thomas Dausgaard, Antonio Méndez, Maxime Pascal, les solistes Emmanuel Pahud, Thibaut Garcia, Anne Gastinel, Gautier Capuçon, des grandes voix comme Jodie Devos, Marie Perbost, Christoph et Julian Prégardien, Karine Deshayes et met en avant le joué-dirigé avec Martin Frost ou encore Avi Avital.

L’Orchestre de chambre de Paris, labellisé Orchestre national en région, remercie de leur soutien la Ville de Paris, le ministère de la Culture (Drac Île-de-France), les entreprises partenaires, accompagnato, le cercle des donateurs de l’Orchestre de chambre de Paris, ainsi que la Sacem, qui contribue aux résidences de compositeurs.

 

Pierre Bleuse - chef d’orchestre

Doté d’un enthousiasme inspirant, d’une autorité charismatique et d’une technique claire et expressive, Pierre Bleuse mène une carrière internationale de premier plan. En mars 2020, il est nommé nouveau directeur musical de l’Orchestre symphonique d’Odense, à compter de la saison 2021-2022.

Pierre Bleuse dirige régulièrement de nombreux orchestres internationaux, parmi lesquels entre autres l’Orchestre de Paris, l’Orchestre national de France, le Royal Stockholm Philharmonic Orchestra, les orchestres symphoniques de la MDR de Leipzig, de Tokyo, de São Paulo, l’Orchestre de la Suisse romande, l’Orchestre de chambre de Bâle et l’Orchestre national de Russie. En France, il est l’invité de l’Ensemble intercontemporain, des orchestres nationaux d’Île-de-France, du Capitole de Toulouse et Bordeaux Aquitaine, l’Orchestre philharmonique de Strasbourg, les phalanges des opéras de Tours, Rouen et Saint-Étienne.

Très actif dans le secteur lyrique, il noue une relation forte avec l’Orchestre de l’Opéra de Lyon, avec lequel il se produit pour la troisième fois au festival de la Ruhr en 2019 (Didon et Énée, Purcell). Il est choisi pour diriger l’orchestre lors des Victoires de la musique classique 2018, avant de diriger l’Orchestre de chambre de Paris au Théâtre des Champs-Élysées (Psyché, Lully).

Très convoité dans le répertoire contemporain, Pierre Bleuse est également le co-directeur musical du Lemanic Modern Ensemble. Il triomphe au Grand Théâtre de Provence dans Cassandre, porté alors par Fanny Ardant, du compositeur Michael Jarrell – dont il dirige le concert anniversaire au Victoria Hall de Genève l’année suivante. En février 2020, Matthias Pintscher l’invite à diriger l’Ensemble intercontemporain dans Into the Little Hill de George Benjamin au festival Présences à Radio France.

Pierre Bleuse s’est formé à la direction auprès de Jorma Panula en Finlande et de Laurent Gay à la Haute École de musique de Genève. Il est également premier prix de violon du Conservatoire de Paris (CNSMDP).

 

Isabelle Druet - mezzo-soprano

Isabelle Druet est l’une des mezzo-sopranos les plus appréciées de sa génération. Elle passe avec un égal bonheur de l’opéra au récital, et traverse les siècles de Monteverdi à Britten avec une aisance déconcertante.

Musicienne au parcours atypique, Isabelle Druet se forme d’abord au théâtre, puis fait ses premières armes de chanteuse dans les musiques actuelles et traditionnelles, tout en étudiant parallèlement le chant au Conservatoire de Paris (CNSMDP). S’ensuivent rapidement de nombreuses récompenses (Adami 2007, Concours Reine Élisabeth 2008, Révélation des Victoires de la musique classique 2010, Rising Star 2013) et des engagements dans les plus grandes maisons d’opéra et auprès des ensembles les plus reconnus.

Parmi les nombreux rôles qu’elle a incarnés, citons Carmen, Isabella, Didon, Cassandre, Béatrice, Orphée, La Périchole, La Grande-Duchesse de Gérolstein, Concepción, Baba la Turque, Melanto et Fortuna, sur les scènes de l’Opéra national de Paris, du Théâtre des Champs-Élysées, de la Salle Pleyel, de la Philharmonie de Berlin, du Barbican Centre, de l’Opéra de Düsseldorf, du Grand Théâtre du Luxembourg, des festivals d’Aix-en-Provence, Berlioz à La Côte Saint-André, ou encore des principales maisons d’opéras françaises.

Sollicitée par de nombreux orchestres et ensembles, elle s’est produite sous la direction de chefs tels que François-Xavier Roth, Leonard Slatkin, René Jacobs, Raphaël Pichon ou encore Laurence Equilbey, aux côtés du London Symphony Orchestra, du Gürzenich Orchester, de l’Orchestre de la Tonhalle de Zurich, de l’Orchestre symphonique de Detroit, du BBC National Orchestra of Wales, de l’Orchestre national de Lyon, de l’Orchestre de Liège, de l’Orchestre national de Belgique, de l’Orchestre philharmonique du Luxembourg, de l’ensemble Pygmalion, des Arts Florissants, des Berliner Barocksolisten, d’Insula orchestra, pour n’en citer que quelques-uns.

 

Bechara El-Khoury - Compositeur et poète franco-libanais

Né à Beyrouth en 1957, Bechara El-Khoury fait ses études musicales à Beyrouth, sous la direction de Agop Arslanian. Maître de chapelle à l’Église Saint-Elie à Antélias, il se partage alors entre la composition de musiques pour chœur et pour orchestre. Il s'installe à Paris en 1979 afin de se perfectionner auprès de Pierre Petit.

En 1983, l’Orchestre Colonne enregistre un album consacré à ses œuvres symphoniques et concertantes et, la même année, dans le cadre du « Centenaire Khalil Gibran », un grand concert télévisé est organisé au Théâtre des Champs-Élysées à Paris en son honneur.

Il est membre du jury aux concours de l’École Normale Supérieure de Musique de Paris depuis 1980. La Lebanese Broadcasting Corporation International, première chaîne de télévision libanaise, lui décerne le prix des Arts et de la Culture en 1994. Il reçoit en 2000 le Prix Rossini de l’Académie des Beaux-Arts (Institut de France), puis est promu en 2001 Chevalier dans l'Ordre National du Cèdre du Liban. Il est finaliste du Concours International de Composition pour orchestre le Masterprize à Londres en 2003 avec Les Fleuves engloutis opus 64. Cette œuvre est créée par le London Symphony Orchestra au Barbican Hall, puis reprise par l’Orchestre national de France

En 2017, pour son soixantième anniversaire, l’Orchestre Philharmonique du Liban avec le Centre du Patrimoine musical libanais organisent un concert de gala son l’honneur avec de nombreux solistes invités.

En 2018, le grand pianiste italien Giacomo Scinardo entreprend une intégrale des quatre sonates et autres pièces pour piano dans le cadre d’une tournée mondiale aux Etats- Unis et en Europe avant de les enregistrer pour le label Naxos.

Certaines de ses pièces ont fait l'objet de commandes de Radio France, l’Orchestre de Paris, Musique Nouvelle en Liberté, l'Orchestre symphonique Français, les Master classes de Shlomo Mintz, l'École Normale de Musique de Paris, le Menuhin Gstaad Festival, Festival Présences Paris, le Festival des Flâneries de Reims...

Sa production musicale, qui exprime un humanisme poétique sous-jacent, est dominée par des œuvres symphoniques et concertantes.

 

À propos de la Fondation de France

Chacun de nous a le pouvoir d’agir pour l’intérêt général. Cette conviction est, depuis 50 ans, le moteur de la Fondation de France. Chaque jour, elle encourage, accompagne et transforme les envies d’agir en actions utiles et efficaces pour construire une société plus digne et plus juste.

La Fondation de France a développé un savoir-faire unique, en s’appuyant sur les meilleurs experts, des centaines de bénévoles et des milliers d’acteurs de terrain, dans tous les domaines de l’intérêt général : aide aux personnes vulnérables, recherche médicale, environnement, culture, éducation… Elle intervient de deux façons : à travers ses propres programmes d’actions et en facilitant le travail de 888 fondations qu’elle abrite. Elle soutient ainsi près de 10 000 projets chaque année. Présente sur tous les territoires, la Fondation de France est le premier réseau de philanthropie en France. Indépendante et privée, elle agit grâce à la générosité des donateurs. www.fondationdefrance.org

L’action Nouveaux commanditaires de la Fondation de France

Initiée par la Fondation de France, l’action Nouveaux commanditaires permet à des citoyens confrontés à des enjeux de société ou de développement d’un territoire de faire appel à l’art, en assumant une commande d’œuvre à des artistes contemporains de toutes disciplines. Son originalité repose sur une conjonction nouvelle entre trois acteurs privilégiés : l’artiste, le citoyen commanditaire et le médiateur culturel agréé par la Fondation de France, accompagnés des partenaires publics et privés réunis autour du projet. www.nouveauxcommanditaires.eu

 

 

CONTACTS PRESSE

Orchestre de chambre de Paris : Lucy Boccadoro / lucy@boccadoro.fr / 06 62 15 50 78

Fondation de France : Laura Crépin / presse@fdf.org / 01 44 21 31 48

Télécharger le communiqué de presse